Condamnation à Mort : Ces victimes « innocentes » qui souffrent dans l’ombre

mercredi, 16 octobre 2019 12:42 Marie Mgue

 

Au Cameroun, les familles et proches des condamnés à mort sont rejetés et maltraités par leur entourage, a décrié les associations de la société civile qui plaident pour leur prise en charge psychologique et leur insertion sociale.

 

Près de 330 condamnés à mort, selon le Réseau des avocats camerounais contre la peine de mort (Racopem) croupissent dans les différentes prisons du Cameroun. Malgré les multiples plaidoyers  de la société civile, notamment le Racopem, pour une abolition de la peine de mort, le Cameroun figure toujours parmi les pays du monde qui continuent de prononcer cette sentence. « La peine de mort ne fera pas diminuer le taux de criminalité », a réitéré ces abolitionnistes lors de la Conférence nationale sur l’abolition de la Peine de mort organisé à Douala, le 10 octobre 2019 dans le cadre de la 17e journée mondiale contre la peine de mort.

Malheureusement, déplore t-ils, cette  décision judiciaire n’affecte pas seulement les détenus, mais également leurs proches et leurs familles, principalement les enfants. « J’avais 9 ans  quand ma mère a été condamnée à mort à Bangangté. Mes frères et moi  avons été abandonnés, j’ai été contrainte d’arrêter mes études  pour des raisons financières », témoigne Christelle N. Malgré son jeune âgé au moment des faits, la jeune fille a été  stigmatisée et rejetée par les siens. Un fardeau qu’elle continue de traîner avec qu’elle au quotidien. « Ceux qui me connaissent me qualifient de fille de criminel », déplore  Christelle. 

Ce châtiment psychologique, Henriette Beatrice G l’a également vécu depuis que sa mère et certains de ses frères ont écopé de la peine de mort. En plus des railleries sociales, cette mère, tout comme ses enfants, a été abandonnée  par son mari. « Nous sommes allés jusqu’à la Cour Suprême sans suite. Nous nous sommes battu pour prouver leur innocence, mais en vain. Mon mari m’a abandonnée, nous sommes rejetés par la société », regrette cette jeune mère.

Lire aussi : Interview exclusive de Me Sandrine Dacga : « Les proches des condamnés à mort sont des victimes invisibles » 

A en croire Me Sandrine Dacga, les proches des condamnés à mort et leurs conseils sont les victimes invisibles de cette lourde peine. La stigmatisation, préjugés, rejet, dépression … sont autant de mots qui collent à la peau de ces victimes d’un genre nouveau, dit-elle. « S’agissant des proches des condamnés à mort, notamment leurs progénitures, leur protection et leur réinsertion sociale sont possibles si des dispositions sont prises. Tant la société que le gouvernement ont des devoirs envers ces victimes invisibles. La société devra éviter de verser dans les préjugés, l’exploitation, la maltraitance et le rejet », souligne cette avocate. Le gouvernement quant à lui, dit-elle, doit aménager des cadres d’encadrement de ces victimes et assurer leur scolarité gratuitement et leur accompagnement dans la vie active jusqu’à insertion complète dans la société. Un accompagnement psychologique doit également être aménagé par le gouvernement.

 

Marie Mgue

 

Leave a comment

Economie

Liliane N. Publié le mercredi, 28 octobre 2020 09:56
Marché des jeux sur Smartphone en Afrique: Le camerounais Kiro’o Games fait son entrée sur play store

Grâce à une opération de Crowfunding qui a conduit à la mobilisation d’une enveloppe de 190 millions de FCFA, la…


Innocent D.H. Publié le vendredi, 23 octobre 2020 17:13
Riposte au Covid-19 : Le FMI salue la transparence du Cameroun dans l’attribution des contrats

Selon Mitsuhiro Furusawa le Cameroun a fait montre de transparence dans l’attribution des contrats aux entreprises, en rapport avec le…


Santé

Videos

Newsletter

Please type your full name.Invalid email address.