Alerte : La Sonara en arrêt de production après un grave incendie revendiqué par les sécessionnistes

samedi, 01 juin 2019 12:38 Marie MGUE

Dans une déclaration publiée ce samedi, le directeur général de la Société nationale de raffinerie située à Limbe, a déclaré un cas de force majeure et  la suspension provisoire de leurs engagements contractuels, en attendant l’évaluation définitive des dégâts provoqués par cet incendie survenu  dans la nuit de vendredi dernier.

 

Les réseaux sociaux se  sont chargés de diffuser les premières images de la Société nationale de raffinerie (Sonora) en proie aux flammes, dans la nuit de vendredi 31 mai 2019. En effet, aux environs de 21  heures, une forte explosion en provenance de cette société d'État chargée du raffinement du pétrole brut a plongé  les habitants de Limbe  dans le département du Fako, région du Sud- Ouest, dans une peur effroyable. Après cette détonation, les flammes ont jailli dans les installations de la Sonara, témoigne une riveraine. « Nous vous informons de la survenance d’une  explosion suivie d’un incendie grave dans nos unités de production le 31 mai 2019 aux environs de 21 heures 30 minutes, entraînant des dégâts et un arrêt de production  de toutes nos unités pour une période à déterminer », a indiqué le directeur général de la Sonara, Jean-Paul Simo Djonou, dans une note  d’information ayant  pour objet « Déclaration de force majeure », adressée aux partenaires de cette structure,  ce samedi 1er juin 2019.

 

Par conséquent, explique-t-il, « nous déclarons un cas de force de majeure, et la suspension  provisoire de nos engagements contractuels, en attendant l’évaluation définitive des dégâts ». Dans cette correspondance qui ne donne aucun détail sur l’origine réelle de cette explosion à la Sonora, située   dans une zone en proie à une  crise sociopolitique, dite anglophone,  le directeur général annonce la cessation de ce cas de Force majeure en temps utile. « Nous vous assurons de tous nos efforts pour la reprise de nos activités dans les meilleurs détails », souligne  Jean-Paul Simo Djonou.

 

Revendication par les leaders ambazoniens

 

Même si la cause réelle de cet incendie n’a pas encore été dévoilée, Mark Bareta, l’un des leaders du mouvement sécessionniste n’a pas tardé à le revendiquer, dans un message publié sur son mur Facebook au moment de l’incendie. «To build we must destroy. To go to heaven, you must die. To build Ambazonia, we must send Cameroun out of Ambazonia. Thank you Victoria silent warriors-The Black Cats », peut-on lire. Ce qui signifie en français, « Pour construire, il faut détruire, pour aller au paradis, il faut mourir, pour construire l’Ambazonie il faut chasser le Cameroun hors du territoire ambazonien. Merci aux victorieux soldats du silence-The blacks cats ». Aux environs de 11 heures ce samedi, il a encore écrit : « Toutes les opérations de Sonara sont suspendues jusqu'à nouvel ordre. La tenue francophone qui bénéficie des ressources de l'Ambazonie depuis 50 ans s'est fermée. Que les dieux le ferment jusqu'à ce que nous ayons le contrôle. Après tout en ce moment, les camerounais du Sud n'en bénéficient pas du tout. Les occupants et les tueurs en profitent. C'est fini. Au revoir ».

 

La  réaction du gouvernement, qui probablement donnera la cause exacte et  dressera un bilan financier et matériel de cette  tragédie  reste attendue. La Sonara possède une capacité de production d'environ 2,2 millions de tonnes par an pour un capital de 23 milliards F Cfa. Les produits pétroliers commercialisés sont entre autres, le butane, le kérosène, le gasoil total.

 

Marie MGUE

Leave a comment