Paul Daizy Biya, le Journaliste à qui tous les indigents disent "MERCI"

mercredi, 27 mars 2019 09:30 Stéphane Nzesseu

La décision du Minsanté de libérer tous les prisonniers dans les hôpitaux publics est le fruit du travail de dénonciation acharné de Paul Daizy Biya et son équipe. Pendant des mois ils ont reçu sur les antennes de Voice Radio, une station de radio émettant à Yaoundé, des indigents séquestrés dans les hôpitaux de la ville. Une pression médiatique qui vient d'aboutir à cette décision de Manaouda Malachie. Paul Daizy Biya nous a accordé une interview.
 
 
Mr Paul D. Biya, dites nous dans quelles circonstances vous entrez en contact avec ces familles séquestrées ?
Ravis de l'occasion que vous me donnez pour que je me prononce sur l'une des questions majeures qui fait partie des secteurs qui exigent des réformes profondes dans notre pays à savoir: la santé. Elle est préoccupante dans le sens où les personnes doivent se soigner quelque soit leur niveau de vie. Nous étions en cours production de l'émission que je présente sur VOICE RADIO [Démocratie entre 10h et 12h, ndlr], programme radio qui a un volet social très important. C'est alors que nous sommes appelés par une source qui nous indique qu'il y a des Camerounais séquestrés à l'hôpital Gynéco Obstétrique de Ngousso. En bon Journaliste, nous passons deux à trois coups de fils et l'information est vite vérifiée. Nous tombons effectivement sur un scandale à nulle autre pareil. Notamment, l'utilisation des victimes emprisonnées dans un magasin érigé en local de prison à l'hôpital gynéco-obstetrique et pédiatrique de ngousso, nos équipes vont se déporter sur le terrain, elles vont rencontrer les responsables de ladite Formation hospitalière en question. Après quelques formalités administratives, nous parvenons à rencontrer les filles séquestrées. Dans un bref échange avec elles nous collectons suffisamment d'informations qui nous permettrons ensuite de marteler sur notre média, la misère de ces prisonnières de circonstance.
 
Quelles sont les actions que vous avez menés ?
Comme je le disais plus haut, nous avons mis sur pied une opération de pression médiatique pour interpeller les pouvoirs publics sur cet état de choses dans cet hôpital. Nous avons initié des actions en direction du ministère de la santé ou un responsable nous a clairement dit qu'il était très tôt pour que le ministre se "salisse les mains" avec cet affaire. Selon ce responsable dont je préfère taire le nom, la nomination toute récente du ministre de la santé, dans ce type de dossiers ne sera pas favorable pour sa carrière. Je dois dire que sa note du 14 mars est fantaisiste et honteuse.
La présidence s'est enquise de la situation.
Le sommet de l'État s'est rapproché de nous avoir des éléments précis sur ce dossier. Et l'implication du sommet de l'État a abouti à la libération des prisonniers  de l'hôpital Gynéco de Ngousso. Dès camerounais qui ne demandaient qu'à obtenir la santé. 
 
 
Comment avez vous accueilli la lettre du ministre de la Santé publique ?
Lettre fantaisiste, le résultat de l'inertie que leur patron leur reproche. C'est une lettre d'un ministre distant de ses administrés et de son travail. C'est un acte de bureaucrate carriériste, pour se faire plaisir. C'est pour la compétence de sa compétence. C'est malheureux tout simplement.
 
Le ministre a demandé à ses collaborateurs de lui faire des propositions pour éviter ces situations en attendant la mise en œuvre de la couverture santé universelle. Que pourriez-vous proposer aux pouvoirs publics ?
Le septennat des grandes opportunités impose aux pouvoirs publics de laisser tomber les costumes et se mettre sous la peau de l'ouvrier républicain. Le Cameroun est face à des défis importants. Il faut aller à la quête du bien être collectif. Les besoins collectifs sont plus forts que les envies personnelles qui font de certains ministres d'aujourd'hui, des prisonniers demain.
 
 
Propos recueillis par Stéphane Nzesseu

Leave a comment

Economie

Innocent D.H. Publié le lundi, 21 septembre 2020 13:47
Offre en énergie électrique : Le Cameroun annonce la résorption du déficit pour février 2022 dans la région de l’Est

C’est la principale information à retenir de la visite effectuée le 18 septembre dernier par le ministre camerounais de l’Eau…


Innocent D.H. Publié le jeudi, 17 septembre 2020 08:05
Entrepreneuriat féminin : Le Minpmeesa annonce un appui de 50 millions de FCFA au GFAC en 2021

Le ministre des Petites et Moyennes entreprises, de l’Economie sociale et de l’Artisanat (Minpmeesa), Achille Bassilekin III a fait l’annonce…


Santé

Innocent D.H. Publié le lundi, 07 septembre 2020 22:25
Cameroun : Une campagne de vaccination contre la poliomyélite en vue dans certaines régions

Les journées locales de vaccination contre cette maladie se déroulent dans les prochains jours au Cameroun. Cette campagne qui concerne…


Stéphane Nzesseu Publié le vendredi, 28 août 2020 11:22
Epidémie de Rougeole : Plus de 1.427 malades de rougeoles et 13 décès enregistrés

Alors qu’on la croyait presque vaincue, la rougeole refait surface et mine de nombreux ménages. De plus en plus d’enfants…


Videos

Newsletter

Please type your full name.Invalid email address.