Olivier Bibou Nissack déplore les conditions de détention Maurice Kamto

mardi, 05 février 2019 06:51 Mfoungo

Nous sommes rendu au sixième jour de grève de la faim du Professeur Maurice Kamto et de ses co-detenus dans ce qu'il convient désormais d'appeler "l'affaire Kamto et compagnie".
 
Arrêté à Douala au soir du lundi 28 janvier dernier, Maurice Kamto passe de très mauvais moments dans sa cellule. Il a été arrêté avec plusieurs militants dont Christian Penda Ekoka, Albert Dzongang et Célestin Djamen. Ce dernier avait été sorti de son lit d'hospitalisation à l'Hôpital général de Douala pour les geôles mal famées du GSO (Groupement Spécial d'opération) de Yaoundé. 
 
Le leader de l'un des partis d'opposition au Cameroun est accusé d'incitation à l'insurrection et d'hostilité contre la patrie. Il a entamé depuis quelques jours une grève de la faim afin d'obtenir la libération de ses militants et sympathisants enfermés par les forces de l'ordre. Pour Maurice Kamto, toutes ces personnes n'ont rien à faire en prison. Le candidat arrivé deuxième à la dernière présidentielle est détenu dans des conditions qui ne sont pas conformes aux dispositions en vigueur selon les membres du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (Mrc). Les conditions de sa détente sont d'une extrême cruauté.
D'après son porte parole Bibou Nissack, "Devoir soulager les urgences corporelles sur soi parce qu'on y est tenu et maintenu, c'est assez curieux ". Olivier Bibou Nissack qui était l'invité de l'émission Canal Presse sur Canal 2 ce dimanche a décrit, avec le maximum de détails, les conditions abjectes dans lesquelles est gardé le président du MRC.
 
En effet, les conditions de détention du président Kamto ne sont que la suite des réalités de son arrestation et de son transfert jusqu'à Yaoundé. Le porte parole du leader du MRC, Olivier Bibou Nissack au cours de l'une de ses prises de paroles à préciser que Maurice Kamto, Penda Ekoka et Célestin Njamen ont été transportés dans la cabine d'un pick-up de la police. Eux mêmes encadrés par deux autres policiers. Ce qui amenuisait l'espace et les obligaient à garder une position très difficile durant tous les quatre heures de voyage. Les prisonniers étaient interdits de sacrifier aux besoins humains tout au cours du transfert.
 
Une autre personnalité détenue avec Maurice Kamto et qui endure avec beaucoup de peines cette incarcération, c'est bien le conseiller économique du Chef de l'État, Christian Penda Ekoka. Dont les jambes sont en piteux états et qui risque désormais d'être un handicapé moteur du fait du mauvais traitement dont ils sont victimes.
 
Stéphane Nzesseu

Leave a comment