19/09
“ Entre deux Can à la maison”: Ou revue historique du football Camerounais de 1972…
18/09
Monument de l'Unité: L’édifice trône désormais au rond point du Mont Febe
18/09
Frais d’Ape: “Le plafond à 25000 sur l'étendue du territoire national”
18/09
Cabral Libii: “Chers camarades combattants cybernétiques - Rentrez à la base"!
18/09
Enseignement Supérieur: Quarante enseignants-chercheurs promus au Cameroun
18/09
Brésil : L’état de santé de Pelé, de retour en soins intensifs, est “stabilisé”
18/09
Nécrologie - Algérie : L’ex-président Abdelaziz Bouteflika est décédé
18/09
AFCON 2021: CAF boss says Olembe stadium will be among the best upon completion
18/09
Visite du stade Olembe: Le président de la Caf dit son satisfécit
17/09
Cameroon erects Unity Monument at Unity Boulevard
17/09
Tuerie des soldats à Bamessing/Dieudonné Essomba : «allons vite au fédéralisme»
17/09
Propos injurieux, tribalistes ou haineux: Maurice Kamto rappelle à l'ordre une fois de plus les…
17/09
Concert de Valsero au Zénith: Samuel Eto'o apporte son soutien au rappeur engagé
17/09
Douala: Residents fed up with repeated flooding
17/09
La manifestation de Maurice Kamto du 18 septembre à Paris reportée par les autorités françaises
17/09
Anglophone crisis: About 15 soldiers perish in Amba ambush in Sabga
17/09
Les Unes des journaux du 17 septembre 2021
17/09
CAN 2021: Risque de délocalisation de la poule A en raison du non achèvement des…
17/09
Marché camerounais : La Cimencam plaide pour l’augmentation du prix du sac de ciment de…
17/09
Cotisations sociales : Accord trouvé entre la CNPS et la Mairie de Douala
  • Vous êtes ici :  
  • Accueil
  • International

Si Denis Emilien Atangana a été débouté devant le Conseil constitutionnel pour défaut de qualité, le Sénateur Pierre Flambeau Ngayap de l’Union Nationale pour la Démocratie et le Progrès se dit prêt à continuer le combat qu’il a engagé pour obtenir le retrait de 18 Directeurs généraux en situation illégale des affaires publiques.

Alors qu’on pensait que l’affaire sera close après le verdict du Conseil constitutionnel, oh que non, elle va se poursuivre avec le Pierre Flambeau Ngayap de l’Union Nationale pour la Démocratie et le Progrès (UNDP). Il veut tout comme Denis Emilien Atangana le président du Front des démocrates camerounais (FDC) que 18 Directeurs généraux (DG) de société publique en situation illégale, soit retirés des affaires. Pour lui, ces hommes ont dépassé le temps réglementaire à leurs fonctions. Le Sénateur affirme être à mesure de rallier à sa cause 32 autres parlementaires.   

«Je suis prêt à réunir 32 autres sénateurs pour qu’on soit 33 ou 34 pour constituer le tiers du sénat et saisir le conseil  constitutionnel. C’est une question de volonté des parlementaires de constituer le quorum nécessaire pour saisir le Conseil », a-t-il déclaré.

Il faut préciser que l’article 47 en son alinéa 2 de la Constitution stipule que seuls le président de la République, le président du Sénat, de l’Assemblée nationale, un tiers des députés ou des sénateurs, les présidents des exécutifs régionaux dont les régions sont en cause,  peuvent saisir le Conseil Constitutionnel. On comprend donc la raison pour laquelle, Denis Emilien Atangana qui a commencé ce combat, a été débouté devant le Conseil constitutionnel. Le Conseil a évoqué comme motif défaut de qualité. Et le 7 septembre 2021, il a rejeté la plainte introduite par le président du FDC. Denis Emilien Atangana demandait à ce que la loi 2017/011 du 12 juillet 2017 sur les établissements publics soit respectée. Cette loi dispose que le président de la République nomme les DG des sociétés publiques pour un mandat de trois ans renouvelable deux fois, soit maximum 9 ans.

Liliane N.

 

The Moderator of the Presbyterian Church Cameroon, PCC, the Rt Rev. Samuel Fonki Forba has appealed to God to reward Ambazonia fighters in Bali accordingly to the "disgrace" brought to the Church by banning its activities in that part of the country.

“Enough is enough! We don’t have to pamper anybody at this time” That was the phrase used by the PCC Moderator while concluding his discourse Sunday September 05 in reaction to separatist fighters’ ban on activities of the Church in Bali Nyonga, Mezam Division of the North West region of Cameroon.

The PCC boss who appeared calm at the beginning of his declaration became fast adopted a serious tone while expressing discontentment with the order of things in the Anglophone regions and more precisely the current fate of the PCC in Bali.

“If the Gospel in the land of Bali cannot be preached by the PCC, we can move out of Bali quietly and let the other churches continue to grow the Church of God and to nurture the people of Bali. We should not be discouraged. Christianity has not been wiped out of Bali, just the PC that has been stooped…” Rev. Samuel Fonki Forba told his PC Christians.

If he is okay with moving out of Bali reported to have been the headquarters of the Basel Mission in Cameroon, whose departure led to the birth of the Presbyterian Church Cameroon, the Rt Rev. Samuel Fonki Forba is far from having swallowed the bitter pill of the disgrace brought about by the ban on the Church activities. The man of God has appealed to God to leave room for his wrath to befall the separatists behind the ban.

“The disgrace the Bali boys have brought to this Church; I leave them all to God because vengeance is the Lord’s…” He said with a stern tone and a loud voice that belied his usual caring appearance.

As to what could possibly lead to a way out of the Anglophone crisis that is at the origin of the problem, the Moderator of the PCC has for the umpteenth time appealed for a ceasefire.

“There should be a ceasefire in this country as far as this problem is concerned. The Government of Cameroon thought that in a few days they would crush Anglophone Cameroon and stop the crisis. We are getting to the fifth year. The barrel of a gun will not solve this problem until we sit down as a family and sort out our problem we will not solve this problem…”

The Anglophone crisis, which started as a street protest by teachers’ trade unions and lawyers associations, will enter the fifth year this November. Hostilities between Government forces and separatists have led to thousands of deaths and chased hundreds of thousands away from their comfort zone.

 

Ariane Foguem

Dans la version des faits qui est attribuée à l’artiste Tenor, il affirme qu’il était au volant le jour où l’accident de circulation qui a couté la vie à Erica Mouliom s’est produit.

Il s’agit d’une version des faits qui a été publiée par le blogueur Paul Chouta. Une version des faits attribuée au rappeur Tenor actuellement poursuivi, pour homicide involontaire dans l’affaire portée au Tribunal de première instance de Bonanjo, sur la plainte de George Mouliom le père d’Erica décédée, le jour de l’accident.

Contrairement à la première sortie de son manager, les propos qui seraient de l’artiste confirme que c’est lui qui était bel et bien au volant. Et il affirme qu’il était en compagnie de la jeune Erika Mouliom et qu’il a perdu le contrôle de la voiture avant de se réveiller à l’hôpital plus tard.

Retrouvez ci-dessous le récit attribué au rappeur Tenor

Cette nuit-là, j’avais concert à l’institut français du Cameroun (IFC). Les fans après le concert nous ont suivis. L’une d’elle a dit qu’elle avait des amis qui voulaient faire des photos avec moi et profiter pour organiser un anniversaire surprise à mon chauffeur. Nous étions dans le couloir de l’hôtel.

Après mes rendez-vous aux environs de 3 heures passées, j’allais déposer une des personnes que je suis allé voir à Bonamoussadi. Ceux qui étaient à la fête m’ont dit qu’ils se trouvaient au snack Bar le Mermoz. Je m’y suis rendu pour honorer l’anniversaire de mon chauffeur. Les boissons étaient offertes par le propriétaire.

Vu la fatigue, j’ai décidé de rentrer. On était dans la voiture avec mon ami et la jeune Erica. Sur cet axe, j’ai complètement perdu le contrôle du véhicule et c’est après que le drame est survenu. J’ai repris conscience à l’hôpital.

L’école vient à peine de commencer que déjà certains enseignants et autres marchands accrédités au sein des établissements scolaires se permettent d’exiger un argent supplémentaire pour des photocopies, des brochures etc. 

 

Va t-on s’en sortir ? C’est la question qui taraude les esprits de la quasi majorité des parents d’élèves, soucieux du devenir de leurs progénitures. Ils n’ont pas encore fini avec les frais d’inscription, le paiement de la première tranche, l’achat des tenues scolaires ( dont le marché est parfois confié à un proche de tel ou tel autre), des fournitures scolaires que d’aucuns leur imposent ces autres dépenses.

“Papa, l’enseignant a dit que tu envoies 475 pour les photocopies parce qu’il ne veut plus écrire au tableau…”.

“Maman, il y a un monsieur qui est venu dans notre classe pour nous vendre les fascicules et il a pris nos noms en disant que tu envoies 500 frs, le maître a même dit que c’est avec ça qu’il travaille parce que les livres là ne contiennent rien de bon…”.

“Maman, l’enseignant nous a donné les devoirs et on doit aller au cyber pour faire des recherches et cela va compter pour les notes. Je suis dans le même groupe que mes camarades et nous avons prévu d’aller travailler tel jour et il faut mille francs…”.

“Papa, maman, le directeur (la directrice) a dit qu’on va organiser les cours de répétition à l’école et il faut que tu donnes 5000 chaque mois parce qu’elle va faire les photocopies et nous donner les exercices…”.

“ Papa, maman, la maîtresse a dit que le goûter là n’est pas bon, il faut me faire les frites avec le poulet ou les œufs et vous mettez le jus, pas l’eau parce que le pain simplement chargé bloque ma croissance et ne me permet pas d’être intelligent, elle a pris le goûter de tel pour nous dire que c’est comme ça qu’il faut faire…”.  

 

Une liste qui est loin d’être exhaustive mais qui présente assez le calvaire auquel sont soumis les parents qui s’acquittent de leur devoir régalien, celui d’assurer l’instruction de leurs enfants afin de faire d’eux, des personnes responsables, aptes à participer à la construction de leur pays.

Ces parents, au-delà des frais d’inscription et de l’Apee qu’ils payent en fonction des taux fixés par les chefs d’établissements, au-delà des livres homologués qu’ils achètent, ajoutent l’argent pour les cours d’informatique (qui figurent sur la fiche de renseignement remise à l’école même si la salle d’informatiques dans certains cas reste un éternel projet),  les rames de papier …

Mais jusqu’à quand ?

Lorsque certains parents osent se plaindre à cause de ces dépenses supplémentaires qui leur sont imposées, on leur rétorque, après avoir pris soin de “ficher” négativement leurs enfants que l’instruction coûte chère, et que seule, la progéniture de ceux qui sont  nantis peuvent en bénéficier;

On vous fait des leçons de morale en vous rappelant que “ce n’est pas vous qui payez les enseignants, que cet argent participe à l’instruction des votre enfant et qu’en fait, on vous fait une faveur”.

Des conséquences insoupçonnables

Simplement parce que les enseignants vont se faire le devoir de présenter votre enfant à tous leurs collègues qui vont lui rappeler à l’occasion que “ses parents viennent marchander et se faire voir pour quelques miettes”;

Lorsqu’il lève le doigt en classe, c’est à peine si on lui donne la parole et malheur à lui si la réponse n’est pas juste. A la maison, son comportement change et lui qui était tout content de partir à l’école les premiers jours vous fait savoir qu’il ne veut plus y retourner…

Si pour certains, “l’arbre broute où il est attaché”, si d’aucuns estiment que c’est auprès des parents qu’ils peuvent “bénéficier des avantages liés à leur profession”, il est temps de changer la donne, il est temps de revoir ces façons de faire parce que justement, le parent n’a aucun arbre où il lui est possible de cueillir l’argent à volonté.

Lorsqu’on choisit d’exercer un métier, il faut s’assurer qu’on ne va pas devenir une “charge” pour les autres parce que les parents ne sont pas des vaches à lait qu’il faut traire au besoin.

En envoyant leurs enfants à l’école, en s’acquittant des frais de scolarité, en payant malgré eux les frais d’Apee, de même que la pension exigée, en achetant les livres inscrits sur les listes qui leurs sont remises à l’école, ils s’acquittent de leur devoir.  Le reste n’est qu’arnaque.



Nicole Ricci Minyem 

 

Les agricultrices d'Iseyin, qui n'ont pas reçu de plan de relance économique, comptent les pertes car le bétail, les ravageurs des cultures et le changement climatique affectent leurs rendements.



ISEYIN, OYO, NIGERIA — En réponse à la sécurité alimentaire d'urgence COVID-19 en 2020, le gouvernement de l'État d'Oyo a créé une base de données de 10 000 petits agriculteurs dans le cadre du programme de micro-entreprise agricole d'Oyo. Plus de 9 300 petits agriculteurs figurant dans la base de données ont reçu le soutien du gouvernement de l'État sous forme d'intrants.

Alice Omotosho, une petite agricultrice de gombo, de poivron et de légumes à feuilles, a entendu parler d'un programme de subventions en 2019, dans lequel elle a demandé à agrandir ses petites terres agricoles, bien qu'elle ait promis ₦10 000 (24,4 $) à tous les agriculteurs de la liste - elle ne se souvient pas le nom.

Alice Omotosho, Iseyin, Oyo, Nigéria, 2021. Crédit photo : Francis Annagu
Alice Omotosho, Iseyin, Oyo, Nigéria, 2021. Crédit photo : Francis Annagu

 

30 ont postulé, mais l'un d'eux a reçu l'argent; elle s'appelle Rebecca Araona. “C'est une vendeuse de maïs,” a déclaré Alice.

Bien qu'elle connaisse la section Iseyin de la All Farmers Association of Nigeria (AFAN), un organisme regroupant tous les agriculteurs, associations et coopératives agricoles, elle n'en est pas membre. Elle pense que c'est seulement pour les gros agriculteurs.

“Je n'ai jamais bénéficié d'aucune subvention du gouvernement ou des banques commerciales,” a déclaré Alice. Mais, Rebecca, qui n'était pas agricultrice, a reçu une subvention en juillet 2020. Elle ne se souvient pas qui était le donateur, cependant, l'argent qu'elle a obtenu a été investi dans son entreprise de vente de maïs.

20 000 petits agriculteurs ciblés de l'État d'Oyo qui ont été gravement touchés par le COVID-19 ont reçu des engrais, des herbicides et des semences résistantes au climat dans le cadre de l'Action de relance et de stimulation économique COVID-19 du Nigeria (N-CARES) 2020. Le gouverneur de l'État, Oluwaseyi Abiodun Makinde, a lancé le programme visant à fournir aux petits agriculteurs des options de location flexibles et rentables pour l'agriculture mécanisée afin d'améliorer leur productivité et leurs moyens de subsistance.

N-CARES, financé à hauteur de 750 millions de dollars par la Banque mondiale, a été coordonné par l'Agence de développement de l'agroalimentaire de l'État d'Oyo (OYSADA), une agence gouvernementale, pour évaluer les besoins prioritaires des petits agriculteurs, y compris les intrants agricoles et les actifs de production. Le Dr Debo Akande, directeur général de l'OYSADA, a déclaré que le programme était axé sur l'atténuation de l'impact du COVID-19, car de nombreux petits agriculteurs ont été touchés.

Sophia Abdulrazaq, 34 ans, dont la ferme se trouve à 7 kilomètres de chez elle, n'a reçu aucune subvention pour laquelle elle a demandé au cours du premier trimestre 2021. Les responsables de la subvention l'ont appelée il y a seulement quelques semaines pour confirmer le montant exact dont elle aurait besoin pour sa ferme.

Sophia Abdulrasaq, Iseyin, Oyo, Nigéria, 2021. Crédit photo : Francis Annagu
Sophia Abdulrasaq, Iseyin, Oyo, Nigéria, 2021. Crédit photo : Francis Annagu

 

“Je suis agriculteur depuis 11 ans, je cultive 20 acres de maïs. Je ne suis pas membre de l'AFAN car il n'y a pas d'avantages après les réunions,” a déclaré Sophia.

Le Dr Oyedele Adekunle, responsable du suivi et de l'évaluation à OYSADA, zone d'Ibadan, a déclaré “La plupart des agriculteurs ont bénéficié de divers programmes de relance économique, mais si vous leur demandez, ils nieront en faire partie.” Il a refusé de commenter le processus de sélection et de qualification pour les subventions.

Le seul soutien que Mausilat Ahmed, 60 ans, cultivateur de manioc et de maïs sur 4 hectares de terrain, ait jamais reçu était des tiges de manioc en 2020. Son nom n'a pas été présélectionné, mais en a profité. Elle a loué la terre agricole pour ₦10 000 (24,4 $) parce qu'elle appartient à un parent. Elle cultive du maïs deux fois par an. Il profite davantage de l'agriculture de saison sèche, car il n'y a pas beaucoup d'approvisionnement en maïs frais sur le marché.

4,43 pour cent du projet de loi de crédits de ₦208,8 milliards de yens ont été alloués au secteur agricole par le gouvernement de l'État d'Oyo. Cependant, la Small Scale Farmers Organization of Nigeria maintient que les provisions budgétaires pour l'agriculture sont trop faibles, ce qui nuit à la productivité et affecte les revenus des petits exploitants agricoles, en particulier les femmes.

Le financement est le défi majeur de Mausilat, bien qu'elle n'ait jamais sollicité de prêt auprès d'une banque de microfinance, en raison du taux d'intérêt élevé. Il y a plusieurs mois, un programme de subventions auquel elle a postulé en septembre 2020 envoyé des fonctionnaires pour inspecter les types de cultures qu'elle cultive. Depuis ce temps, elle n'a plus de nouvelles de personne.

Rasaq Ariran, le leader des agriculteurs d'Iseyin, a révélé que la plupart des agricultrices ne se souviennent pas des noms des programmes de subventions auxquels elles ont postulé parce qu'elles n'ont aucune éducation. Dans le passé, les agents de collecte de données sur les donateurs répertoriaient les noms et les informations bancaires des candidats.

Avant 2015, les banques commerciales imposaient des conditions strictes d'accès aux prêts pour les petits agriculteurs. Le Anchor Borrowers’ Program (ABP), créé en 2015 par la Banque centrale du Nigeria (CBN), visait à assurer un accès facile aux prêts, à soutenir les agro-industries et les chaînes de valeur. Sur la base d'un rapport CBN de 2021, depuis sa création, 3,8 millions d'agriculteurs ont bénéficié du programme et ₦554,61 milliards de yen ont été déboursés dans le cadre du programme.

Cependant, Musirat Adewumi Adediran, un producteur de maïs et de manioc sur 6 acres de terre, a déclaré que l'accès aux prêts des banques de microfinance était difficile. “Les banques ont des exigences strictes, elles exigent que nous amenions un fonctionnaire de niveau 16 à considérer pour le prêt. Je ne peux pas obtenir de tels prêts,” Musirat a dit. En 2017, elle avait postulé pour un OSEEA Agric. Subvention de ₦250 000 (609,61 $) – en vain. OSEEA : Odua Socio-Economic Empowerment Association, a été créée pour unir et autonomiser le peuple autochtone Yoruba.

“Depuis que nous avons demandé un financement à OSEEA et à la Theobarth Global Foundation il y a quelques années, nous n'avons reçu aucun document de leur part,” ajoute Rasaq.

Lorsqu'il a été contacté, Moses (deuxième nom refusé), l'assistant personnel du directeur d'OSEEA, a déclaré que les sponsors de la subvention, originaires d'Ukraine, sont limités par la pandémie de COVID-19. Il a poursuivi en disant que OSEEA est une association où chaque membre a payé ₦500 (12,20 $) pour l'inscription. Il a également refusé de parler des donateurs ukrainiens, mais tous les candidats devront attendre si la demande est approuvée ou non.

Les tentatives pour contacter la Theobarth Global Foundation et son coordinateur national, Philip Shamback, par téléphone et par courrier, ont échoué. Elle a été fondée en tant qu'organisation non gouvernementale qui réglemente tous les conglomérats commerciaux au Nigeria.

OSEEA & Theobarth Grant Forms, 2021. Crédit : Francis Annagu
OSEEA & Theobarth Grant Forms, 2021. Crédit : Francis Annagu

 

La dirigeante de l'AFAN, Alimotou Sulaiman, a révélé que la plupart des anciens bénéficiaires de subventions étaient des personnes instruites qui n'étaient pas des agriculteurs. Les agricultrices, sans éducation occidentale, ne bénéficient pas de subventions. Depuis son élection en 2020, les agricultrices d'Iseyin n'ont reçu aucun plan de relance économique. “Ma ferme a 10 acres de terrain appartenant à une autre association qui me l'a donné gratuitement. Alors que d'autres agricultrices louent un acre pour ₦5 000 (12,2 $) par an,” a déclaré Alimotou.

Musirat ajoute : “Chaque fois que j'investis ₦200 000 (488 $) dans ma ferme de manioc et gagne ₦300 000 (732 $), mon bénéfice est de ₦100 000 (244 $). Cette année, j'ai loué un tracteur à grands frais et acheté de l'engrais qui a épuisé mon capital. À la fin de cette saison, j'aurais dépensé beaucoup d'argent.”

“L'incapacité des agricultrices à accéder à ces subventions et prêts les rend incapables d'étendre leurs activités agricoles existantes. Elles ne sont même pas en mesure de maintenir leur ferme existante stable,” a déclaré Ngizan Chahul, présidente de l'Association nigériane des femmes dans l'agriculture (NAWIA).

Fasilat Adefabi, 49 ans, petite agricultrice et mère de 10 enfants, gagne ₦150 000 (366 $) par hectare—si elle s'autofinance ₦100 000 (244 $) en maïs et manioc. Pourtant, les 35 acres appartiennent à son mari de 60 ans.

Fasilat Adefabi, Iseyin, Oyo, Nigéria, 2021. Crédit photo : Francis Annagu
Fasilat Adefabi, Iseyin, Oyo, Nigéria, 2021. Crédit photo : Francis Annagu

 

“Les subventions devraient être acheminées par l'AFAN plutôt que par d'autres moyens, pour donner accès aux fonds aux plus de 160 agricultrices enregistrées à Iseyin. Les tracteurs devraient coûter moins cher à cultiver et vendre plus de récoltes,” a déclaré Alimotou.

De sa voix tempérée, le Dr Oyedele, a noté que l'État a des problèmes d'infrastructure qui limitent la production agricole par an. En tant que telle, la Banque centrale du Nigéria devrait être critique quant à la manière dont les banques commerciales soutiendraient les agriculteurs.

Un rapport des Nations Unies de 2020 a révélé que la pandémie a rendu les droits des femmes rurales à la terre et aux ressources plus vulnérables. L'agriculture paysanne génère près de 80 pour cent de la nourriture en Asie et en Afrique subsaharienne et soutient les moyens de subsistance de quelque 2,5 milliards de personnes. Les agricultrices peuvent être aussi productives que les hommes, mais elles sont moins en mesure d'accéder à la terre, au crédit et à d'autres intrants.

Données montrant le pourcentage de femmes dans l'agriculture au Nigeria (2000 à 2019). Source : Banque mondiale, 29 janvier 2021.
Données montrant le pourcentage de femmes dans l'agriculture au Nigeria (2000 à 2019). Source : Banque mondiale, 29 janvier 2021.

 

Musirat dépense de l'argent pour élever et subvenir aux besoins de ses enfants. L'accès à des engrais à bas prix est un défi pour elle, lorsqu'il est vendu ₦5 000 (12,2 $) au lieu de ₦8 000 (19,6 $), puisqu'elle les a achetés en plusieurs fois.

“Le manque d'accès aux subventions et aux prêts du gouvernement a rendu difficile pour ces femmes d'exploiter une ferme plus grande en réponse à la demande croissante d'augmenter les revenus et de nourrir les familles. Il y a des actes délibérés de détournement de ces fonds par des politiciens ou des fonctionnaires chargés de distribuer ces fonds aux agricultrices,” a déclaré Ngizan.

Pluie insuffisante

Une diminution notable de la quantité de pluie à Oyo en 2020 a été découverte alors que la température, qui variait généralement de 26 à 31 degrés centigrades, augmentait à 36 degrés centigrades. Avec la prévision de pluies persistantes l'année dernière par l'Agence météorologique du Nigeria (NiMET), les agriculteurs s'attendaient à de graves inondations. Au lieu de cela, il y a eu une sécheresse.

Une carte topographique d'Iseyin, 2021. Source : ArcGIS
Une carte topographique d'Iseyin, 2021. Source : ArcGIS

C'est pourquoi il n'y avait pas assez de pluie pour que les cultures de Sophia fleurissent. “J'ai essayé de faire pousser des tomates deux fois. La première fois, en raison des pluies rares, je l'ai vendue ₦1 000 (2,5 $) au lieu de ₦4 000 (9,76 $). La deuxième fois n'a pas été bonne. J'attends avec impatience une année 2021 abondante. saison,” a déclaré Sophia.

Malgré cela, en 2020, Mausilat ne pouvait pas récolter la moitié de ses 4 acres parce que la pluie était rare.

L'année dernière, la pluie n'a commencé qu'en juin. Les agriculteurs ont admis à quel point il est tombé entre juin et juillet et s'est terminé soudainement en septembre avant que leurs récoltes ne puissent mûrir.

“Les agricultrices devraient s'engager dans une agriculture intelligente face au climat et adhérer aux guides consultatifs du gouvernement. Ils devraient travailler dans le cadre des prévisions de précipitations de l'Agence météorologique nigériane (NiMET) pour réduire les pertes de rendements agricoles,” a déclaré le Dr Oyedele.

Invasion de ravageurs du bétail et des cultures

En août 2021, Musa Dale, 46 ans, Abubakar Musa, 40 ans, et Adamu Maza, 35 ans, ont été inculpés conformément aux articles 516 et 451 du Code pénal, Cap 38, Vol.11, Law of Oyo State, 2000, pour pâturage bétail sur les cultures agricoles du village d'Aje Oluwa. Un porte-parole du gouvernement, Wasiu Olatunbosun, dit que l'État avait déclaré du pâturage ouvert, mais qu'il était préoccupé par sa mise en œuvre.

La ferme de tomates de Musirat a été détruite en 2020. Lorsqu'elle l'a signalé au chef peul d'Iseyin, qui l'a convoquée à une réunion avec l'envahisseur, le différend a été résolu sans compensation.

Cependant, Alimotou a été indemnisée de ₦10 000 (24,4 $), une petite fraction de sa perte, lorsqu'elle a attrapé du bétail en train de ravager ses cultures.

“Actuellement, une loi de l'État prévoit une amende de ₦500 000 (1 220 $) ou la confiscation du bétail en cas de capture. Le problème, cependant, est l'application,” Le Dr Oyedele a révélé.

En mai 2020, Sophia a attrapé un troupeau de bovins se nourrissant de ses cultures. Elle avait l'intention d'appeler la police, sachant cela, le chef peul l'a suppliée de refuser et à la place de résoudre le problème en privé. Bien qu'elle ait été indemnisée avec un maigre argent.

Alice a investi ₦20 000 (48,90 $) en 2020, après la récolte - les gains n'ont pas été à la hauteur, car les parasites ont mangé ses récoltes.

Au cours de la saison 2020, des ravageurs des cultures ont envahi la ferme de Mausilat en raison de la faible pluviométrie. Elle n'a pas pu vendre sa récolte car elle était petite.

“Plus de 68 pour cent de toutes les activités agricoles qui ont souffert aux mains des bergers en maraude étaient de petites agricultrices. NAWIA s'engage à plusieurs reprises dans des visites de plaidoyer, des programmes radio, des campagnes et des rassemblements impliquant le président, les législateurs, l'armée et le ministre de la Défense pour mettre fin aux meurtres et à la destruction afin que nos femmes puissent retourner à la ferme pour se nourrir et joindre les deux bouts,” dit Ngizan.

 

Par Francis Annagu

Cette histoire a été produite en partenariat avec le Pulitzer Center.

 

Separatist fighters in Bali Nyonga, a locality in the North West region of Cameroon, hard-hit by the Anglophone crisis have placed a ban on the activities of the Presbyterian Church Cameroon (PCC) in that part of the country after accusing the Moderator, the Rt Rev. Samuel Fonki Forba of failing to indict Governmen forces for the deadly attack at the PCC Ntanfuang on August 22 that left Rev. Voma Simon Montoh injured and Grace Titalabit death. They have asked for the Moderator and  pastor Montoh's resignation.

Activities of the PCC Bali have been on a standstill for days following a restriction placed by separatist fighters.

In an audio circulating on social media, a representative of self-styled Ambazonia General Grand Pa said the Rt Rev. and the pastor of PCC Ntanfoang betrayed the mission of the church, that is to uphold the virtues of justice and truth at all times, by refusing to decline the identities of those respeonsible for the attack on the house of God. According to them, just like some Christians indicated, the military is responsible and the Church ought to have pointed that out.

“The PCC Moderator lied that he doesn’t know who killed Ma Grace Numvi. The pastor, Rev. Voma Simon Montoh who was shot in the arm says he too is not in the know as to who shot him and Grace. Christians say, the know those behind the shootings and that, it was the Cameroon military,” the voice said.

“The church is supposed to be the epitome of Justice and Truth but has been proven otherwise by the leaders who have resorted to lies telling. Because of this, we have decided to ban the activities of the Presbyterian Church in Bali until the Moderator and Pastor Numvi Simon resign. Christians can go to other churches, not the PCC.” It added.

Reacting to the ban, the PCC Moderator, Rt Rev. Samuel Fonki Forba said the Church would not report anything contrary until a clear report of an investigation into the attack is made available.

He added that the doors of the Churches in Bali would remain closed and asked PCC Christians to worship in sister churches, to the greatest surprise of some who took to social media to condemn the “coward decision”, quoting bible verses.

“PCC Bali Nyonga shouldn’t be such a weakling, bowing to terrorist threats. Cowards won’t make Heaven – Rev 21: 8” “by succumbing to terrorist threats, the PCC Moderator has denied Jesus 3 times before the cock crowed” “Jesus said in Matthew 16: 18 that even the gates of hell shall not prevail against his church. Why is the PCC afraid of ambazonia” Frankline Njume, popular Anglophone web influencer posted on Facebook.

Nonetheless, this view is not shared by all as others have indicated that respecting the decision of separatist fighters is much better than having Christians killed in the course of attacks.

 

 Ariane Foguem

Georges Mouliom le père de la défunte Erica réclame justice pour sa fille et veut savoir ce qui s’est réellement passé le jour de l’accident.

Georges Mouliom le père d’Erica morte dans l’accident de circulation dans lequel l’artiste Tenor est impliqué, a donné une conférence de presse ce mercredi 8 septembre 2021. Au cours de ladite conférence, il a donné la raison pour laquelle, il a décidé de mener le combat en faisant recours à la justice.  

«Le combat que je mène aujourd'hui est pour que plus jamais nos enfants qui vont à l'université n'aient plus à courir ce risque», a-t-il déclaré.

Georges Mouliom a décrié l’attitude de l’artiste Tenor et de sa famille. Il a apporté des précisions sur la demande qu’il avait formulée juste après le décès de sa fille. On se rappelle qu’il avait déclaré qu’il attendait Tenor au pays Bamoun pour venir doter sa fille.

«En son temps, j'attendais que ce jeune vienne doter ma fille. J'attendais beaucoup plus qu'il arrive avec sa famille, sa mère, son père, qu'ils arrivent et qu'ils essayent d'essuyer mes larmes…Il y a eu des non-dits. Je tiens à repréciser, nous sommes tous des Bantou et moi je suis Bamoun. Lorsque sur la voie publique et même dans un champ vous piétinez la parcelle d'un voisin la 1ere chose à faire c'est : je m'excuse», a-t-il déclaré.

Reconnaissant que rien ne peut remplacer sa fille Erika, il dit toutefois attendre de la justice qu’elle fasse son travail.

«Maintenant je me tourne vers la justice camerounaise. Que ceux qui sont en charge de ce dossier se mettent en tête que ça peut aussi arriver à leurs enfants. Aujourd'hui il n’y a rien qui puisse remplacer ma fille», a-t-il déclaré.

A la suite de Georges Mouliom, Serge kenfack son avocat, a évoqué un point d’ombre dans l’affaire qui mérite d’être élucidé.

« On précise qu'elle est partie le 15 juillet et que le motif est dépôt de corps. Pour nous ça signifie que même le médecin n'a pas dit de quoi elle est décédée. Nous avons sollicité une remise de cause», a-t-il déclaré.

Liliane N.

 

 

 

C'est en collaboration avec l’Agence de promotion des PME (APME). Le guichet agricole est un dispositif qui permettra de faciliter aux petites et moyennes entreprises œuvrant principalement dans la transformation des produits agricoles, l’accès aux crédits bancaires.

 

A en croire les révélations faites par Jean Marie Louis Badga, directeur général de l'APME, au cours d'un récent atelier organisé à Douala, « Nous avons engagé un processus dans le cadre du programme de transformation des produits agro-alimentaires, pour la création d’un guichet agricole au sein de la Banque camerounaise des PME (…) Nous avons commencé ce processus par des études, pour identifier un certain nombre de produits financiers ».

L'APME explique que le dispositif va offrir divers produits parmi lesquels se trouve le « cautionnement mutuel ». « Les sociétés de cautionnement mutuel (SCM) sont des associations à but non lucratif créées par de petits entrepreneurs (…) et/ou par divers organismes de production. La principale fonction des SCM consiste à offrir aux banques une garantie, afin que les PME puissent obtenir un crédit à des conditions favorables », apprend-on.

« La principale caractéristique des SCM est la mutualité, un principe de solidarité qui unit les petits entrepreneurs (…) économiquement faibles, et leur permet de s’apporter une aide réciproque grâce aux garanties constituées par les versements des différents adhérents », ajoute l'agence de promotion des PME. Ce qui fait dire à certains experts de la finance, que ce mécanisme pourrait révolutionner l’accès des PME camerounaises aux crédits bancaires.

Innocent D H

L'information est rapportée par nos confrères du quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune. Il a été interpellé le 1er septembre à Ngaoundéré, capitale régionale de l’Adamaoua, avec trois autres membres du 3R.

 

Selon Cameroon Tribune, les quatre hommes sont accusés d’« infraction internationale, tentative de trouble à l’ordre public, faux en écriture publique et authentique, immigration clandestine avec complicité ». Ils doivent comparaître devant le tribunal militaire pour répondre de ces accusations.

L'on apprend en outre que Hamadou Bouba a été arrêté suite à un renseignement fiable, alors qu’il projetait d’organiser des kidnappings dans la ville. Une descente menée par le bureau de la lutte contre la grande criminalité de la légion de gendarmerie de l’Adamaoua dans un domicile au quartier Bali, dans le centre-ville, a permis de mettre la main sur ce chef rebelle centrafricain, ainsi que sur son complice, Mamadou Abdoul Aziz, de nationalité camerounaise. L’enquête ouverte suite à cette opération et l’exploitation des suspects a abouti à l’interpellation de trois autres membres du groupe rebelle et d’un complice camerounais, rapporte le média public.

Lors de la perquisition, les gendarmes sont tombés sur de faux documents, de registres d’actes de naissance vierges, des cachets de plusieurs autorités camerounaises et de faux diplômes. Les éléments des forces de l’ordre ont également mis la main sur des photos des suspects posant en tenue de combat avec leurs camarades. Le mouvement rebelle 3R est l’un des plus puissants groupes armés en République centrafricaine (RCA), accusé de multiples exactions.

Innocent D H

Page 8 sur 904