Opinion : Les émeutes de la prison principale de Kondengui lundi dernier toujours au menu des débats

mercredi, 24 juillet 2019 08:32 N.R.M.

Chacun y va de son analyse au lendemain de cette situation, qui est intervenue au moment où le Cameroun semble passer d’une crise à une autre, d’un scandale à un autre.

 

Dans les lignes qui suivent, Georges Dougueli tente de démontrer ce qu’il a qualifié de « Premières Escarmouches en prison – Mouroir »

 

 

La mutinerie de Kondengui n’est qu’une bataille dans la guerre qui opposera les possédants aux pauvres. Certes les écarts sociaux ne sont pas une exclusivité camerounaise. D’ailleurs, même les pays développés cherchent encore les moyens de mieux redistribuer la richesse nationale. Néanmoins, au Cameroun, les inégalités sociales se sont beaucoup creusées au fil de ces années de gouvernance erratique.

 

Au point que l’essentiel des missions des forces de l’ordre s’est réduit chaque davantage à protéger les riches de l’appétit insatisfait des pauvres. Ces inégalités se sont dupliquées dans la microsociété que constitue le pénitencier. Rien d’étonnant, donc, que les riches pensionnaires des quartiers spéciaux aient été pris pour cible par des émeutiers furieux d’être parqués et nourris comme du bétail avec l’environnement de promiscuité et d’insalubrité qui va avec.

 

 Entendons-nous bien. La haine des riches n’explique pas à elle seule l’explosion de violence d’hier. La violence naît de l’injustice dont ils estiment être les victimes. Eux, les prisonniers arrêtés pour la cause de l’ambazonie, n’ont pas le sentiment d’avoir enfreint une loi légitime. Leur engagement dans la lutte pour l’autodétermination de leur peuple annihile toute forme de culpabilité envers un Etat qui fait figure d’oppresseur. Ils ne se prennent pas pour des criminels mais comme des martyrs.

 

Quant aux détenus du MRC, ils estiment qu’en vertu du droit constitutionnel de manifester, ils ont la règle de droit de leur côté. A leurs yeux, c’est le gouvernement qui agit en violation des normes. Dès lors, on devine en quelle estime ces personnes tiennent les dignitaires déchus, ces « criminel en col blanc » des quartiers spéciaux qui – injustice suprême- vivent, eux, dans des cellules climatisées aménagées à leur goût, peuvent s’offrir des repas cuisinés à l’extérieur et profitent de toutes sortes d’avantages octroyés par un régime dérogatoire non écrit. 

 

 

Mis à part leurs dirigeants, la majorité des détenus de la prison centrale de Kondengui, qu’ils soient séparatistes « ambazoniens » ou militants du MRC, sont des pauvres. Selon une étude de l’Institut national de la statistique, en 2014, sur 22 millions de Camerounais, 8 millions, soit 37 % de la population, vivaient avec moins de 931 FCFA par jour, soit des revenus en-dessous du seuil de pauvreté.

 

A ceux-là, il faut ajouter les insurgés islamistes de la secte boko haram. Or ces détenus ont pour la plupart été arrêtés et transférés à Yaoundé à partir de deux des régions concentrant le plus de pauvres selon la même étude, à savoir l’Extrême nord (35,8%) et le Nord-Ouest (13,2%).

 

Kondengui est, donc, une poudrière sociale. C’est aussi l’allégorie d’un pays déliquescent, qui a renoncé à l’idée de progrès humain. On n’y respecte pas autrui, ni individuellement ni en groupe. Or,  « Il n’est pas de république sans vertu » ont théorisé deux philosophes, Jules Romain Barni, l’un des pères fondateurs de la gauche, et Montesquieu.

 

La France, qui est souvent notre modèle, tient sa  vertu en l’« Etat-providence » crée après la Seconde Guerre mondiale avec la mise en place de la sécurité sociale et toutes sortes de mécanismes tels que les allocations-chômage et logement. Ne dit-on pas qu’un pays se juge à la façon dont il traite les plus faibles ? 

 

GDouguel

 

Leave a comment

Economie

Santé

Videos

Newsletter

Please type your full name.Invalid email address.