24/10
Olivier Bilé: L'Afrique ne sera pas un champ d’expérimentation de vaccins aux agendas cachés
24/10
Hommage: L’honorable Cabral Libii salue la mémoire du Professeur Théophile Yimgaing Moyo
24/10
Mvogo Bogo Rigobert Achille: A jamais dans les mémoires
24/10
Turquie : Erdogan ordonne l’expulsion des ambassadeurs mobilisés pour la libération de l’opposant Kavala
24/10
Utilisation des données: Essentielles à l’élaboration et à la planification des politiques
24/10
Coopération Cameroun -Nigéria
24/10
Infrastructure hydraulique: La remise à niveau a été faite par le comité international de la…
24/10
Jean lambert...Nang: Desperate Can
24/10
Marafa Hamidou Yaya: Le choix de l’action - mes dix ans au Minat
23/10
Climat : L’Arabie saoudite vise la neutralité carbone d’ici à 2060
23/10
Can Total des Nations Total Energies 2021: L’accord Cadre désormais signé
23/10
Stationnement inapproprié des camions: Albert Dzongang menace d’organiser un sit - in à Douala
23/10
Lutte contre le Covid -19 : l’Arabie Saoudite accompagne le Cameroun
23/10
Centre Hospitalier Régional d'Ebolowa: La mise en service est pour bientôt
23/10
Mairie de Douala 5ème: Un jeune homme perd la vie dans les eaux de Makepe…
23/10
Commune d'Afanloum: Angèle Meyanga au côté des populations
23/10
“Unesco Youth ICT BoostCamp for Central Africa”: Le Cameroun vit sa première édition
23/10
Covid -19 et attaque mondiale: Quand la menace sur la liberté d’expression a des répercussions…
23/10
Nécrologie: Théophile Yimgaing Moyo n’est plus
22/10
Problème d’hémodialyse à l’hôpital général de Yaoundé: le premier ministre saisi par le collectif des…
  • Vous êtes ici :  
  • Accueil
  • Tribune Libre
  • Marches du MRC du 22 septembre 2020 : Maurice Kamto dénonce la prise en otage politique et judiciaire de ses militants

Marches du MRC du 22 septembre 2020 : Maurice Kamto dénonce la prise en otage politique et judiciaire de ses militants

mercredi, 22 septembre 2021 15:41 Liliane N.

Dans une déclaration en rapport avec le premier anniversaire des marches du 22 septembre 2020 organisées par le MRC, Maurice Kamto dénonce la détention «illégale» de 124 de ses militants. Il exige leur libération immédiate.

22 septembre 2020-22 septembre 2021, le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) célèbre l’anniversaire de ses marches. Des marches organisées pour dénoncer les méfaits de la crise anglophone, le code électoral en vigueur et les supposés «détournements» des fonds de la Coupe d’Afrique des Nations de football 2019. Pour le MRC, il s’agit d’un triste anniversaire durant lequel, il se souvient et partage la peine de 124 de ses militants qui restent incarcérés dans des prisons de Yaoundé, Douala et Bafoussam.

En sa qualité de président et leader du MRC, Maurice Kamto a publié ce mercredi 22 septembre 2021, une déclaration dans laquelle, il demande la libération de ses militants présentés comme étant des prisonniers politiques du régime.

Retrouvez ci-dessous la déclaration de Maurice Kamto

 TRISTE ANNIVERSAIRE

Déclaration sur la prise en otage politique et judiciaire des militants et sympathisants du MRC  suite aux Marches pacifiques du 22 septembre 2020

_______

Le 22 septembre 2020, les populations camerounaises sont sorties massivement dans les rues du pays pour exprimer, à travers des Marches pacifiques, leur désapprobation de la guerre fratricide qui saigne le Cameroun dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, ainsi que le maintien d’un système électoral inique qui rend impossible l’expression démocratique et exiger la lumière sur la corruption et les atteintes criardes à la fortune publique telle qu’amplifiées, notamment dans le cadre de la préparation de la Coupe d’Afrique des Nations de Football 2019.

En réponse à cette expression pacifique de leur droit constitutionnel par ses concitoyens, Monsieur BIYA et son régime ont réagi, comme à l’accoutumée, par l’arrogance et une violence inégalée révélant un ensauvagement assumé de tout l’appareil d’Etat. Ainsi, les manifestants pacifiques ont été brutalisés torturés, mutilés et, pour 556 d’entre eux, détenus de manière illégale et arbitraire. Ce 22 septembre 2020, des journalistes ont aussi été victimes d’actes de torture par les forces de répression déployées par le régime. Un an plus tard, 124 de ces compatriotes croupissent encore dans les geôles du régime, parmi lesquels 116, tous des civils, comparaissent devant des tribunaux militaires pour des chefs d’inculpation aussi vides que ridicules par certains aspects, tels que : tentative de révolution, rébellion, défaut de carte nationale d’identité, attroupement aggravé, tentative d’insurrection en coaction, conspiration, outrage au Président de la République ; etc.

 Tout au long de cette année de torture et de détention illégales de ces compatriotes héroïques qui ont manifesté de manière pacifique pour non seulement dénoncer les errements du régime mais aussi proposer des solutions aux maux qui déconstruisent la nation, la justice du Cameroun s’est révélée, sans complexe, comme n’étant qu’un des instruments de l’appareil répressif du régime. Ainsi, à la répression politique institutionnalisée contre le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) appliquée systématiquement depuis sa création, le régime assume désormais une répression judiciaire éhontée dans le cadre de laquelle tous les fondamentaux de l’institution de la justice en démocratie sont allègrement bafoués. Ainsi, à un moment charnière de l’histoire de notre pays où l’institution judiciaire s’est trouvée en capacité de contribuer au renforcement de l’état de droit et de la démocratie au Cameroun en faisant prévaloir la force du droit, une certaine justice camerounaise a consciemment pris fait et cause pour le droit de la force et l’injustice, en s’érigeant en un pilier de la dictature. L’histoire le retiendra. L’histoire retiendra aussi que c’est avec la complicité d’une certaine justice que des centres de torture, dignes des pires dictatures, accomplissent leurs sales besognes, au cœur de la capitale et de nos cités.  C’est donc tout à l’honneur du Collectif d’avocats Sylvain SOUOP, constitué pour représenter nos compatriotes otages politiques du régime, d’avoir décidé, le 9 septembre 2021, de dénoncer de manière professionnelle cette situation dramatique en déposant, refusant ainsi de se rendre complice de la  parodie de justice en représentation au Cameroun.

   A Tous nos compatriotes, otages politiques et victimes de l’appareil répressif d’une dictature déclinante, à leurs familles,  je redis ma totale solidarité et mes encouragements dans cette nouvelle épreuve sur le chemin de la libération de notre pays. J’exige une fois de plus la libération immédiate et sans conditions de toutes les personnes illégalement arrêtées et détenues avant, pendant et après les marches pacifiques du 22 septembre 2020. Je réitère la détermination  du MRC à  continuer  à les accompagner,  dans l’attente de leur libération qui interviendra inéluctablement, tout comme la victoire de notre combat commun pour la Renaissance du Cameroun. 

Le 22 septembre 2021

Leave a comment

Selon lui, le « problème du Cameroun est pourtant simple » et, il suffira de mettre en place, quelques réformes qui vont…

Agenda

«October 2021»
MonTueWedThuFriSatSun
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031