Les Histoires de Ferdin/ Transport Péri-urbain et rural au Cameroun : Prosper ESSOMBA*, travailleur infatigable, innovateur de génie.

jeudi, 17 janvier 2019 13:45 Ferdin

Bien malin est celui qui aurait parié sur le succès de cet homme discret et très peu bavard. Il y a de cela quelques années encore, faire les trajets desservant la quasi majorité des périphéries de la ville de Yaoundé précisément relevait de la gageure au regard de la vétusté des véhicules et davantage du comportement très discourtois des chauffeurs et chargeurs de ces lignes. La gare routière Yaoundé–Soa (cas qui nous intéresse ici. Ndlr) était un véritable no man’s land ou régnaient voleurs à la tire et agresseurs  de toutes sortes. Aujourd’hui, il est bien révolu ce temps et à l’actif de cette amélioration fièrement « salvée », Prosper ESSOMBA, travailleur infatigable, innovateur de génie.

Avec sa dynamique équipe, réunis au sein de L’Association des Chauffeurs et Chargeurs de Soa (ACCS) dont il préside aux destinées depuis 2006, il a insufflé un ordre nouveau à ses pairs, toute chose ayant concouru  à plus de discipline, à l’instauration d’un ordre dans les manœuvres de chargement et de déchargement, à la sélection et la traçabilité des chargeurs pour plus de politesse et de courtoisie  dans les cars, à la mise en place d’une équipe sécuritaire. Désormais et quel que soit l’heure de débarquement ou d’embarquement à la gare routière de Yaoundé- Soa la sécurité est assurée et les passagers sont en confiance. Il est courant désormais pour un passager de retrouver un sac, un téléphone ou tout autre document égaré dans les bureaux de l’ACCS.

Que les anciens se souviennent de ces moments d’errements dans les points de chargement : Camair, Omnisport… Que dire de ces instants où il fallait avoir de gros biceps pour embarquer dans le car, cette époque où nous escaladions par toutes les ouvertures des véhicules, surtout la malle arrière , Ces moments où les voleurs  et autres agresseurs terrorisaient  les passagers dans et autour de la gare routière de Yaoundé, ces autres moments où les chargeurs n’inspiraient pas un brin de confiance, l’impolitesse étant une de leur qualité première , le temps où le prix fluctuait au gré des humeurs des chauffeurs…

D’années en années comme illustré, de nombreux changements qualitatifs ont été opérés pour le plus grand bonheur des très nombreux passagers de cette ligne de transport. L’un d’eux, pas évoqué jusqu’ici est la mise en circulation des cars de transport de meilleure qualité, loin des guimbardes de l’époque. Cependant, l’on ne saurait passer sous silence, l’inconfort dans lequel les chargeurs mettent les passagers assis au niveau de la portière à qui ils présentent carrément leurs postérieurs parce qu’ayant vendu leur place. C’est là l’une des rares reculades observée sur cette ligne de transport. Puisse-t-elle être corrigée au plus vite.

Sur un tout autre plan, social celui-là, le « Prési » a redonné la dignité à tous ses pairs à travers des actes forts. Les mariages, évènements heureux ou malheureux  des membres de l’association sont encadrés et financés au grand bonheur de tous et chaque fin d’année, les enfants des membres de l’association ont droit un une cérémonie de l’arbre de noël des plus spectaculaires.

Vivement les autres associations de transporteurs, pour la plupart réunies au sein du Syndicat National des Chauffeurs de Transport Péri-urbain et Rural du Cameroun (SYNCTRAPURCAM) également présidé par Prosper Essomba, emboiter le pas à l’ACCS pour un transport Péri-urbain et Rural de plus en plus décent.

 

  * Prosper Essomba est également l’actuel Président par intérim de la Confédération Syndicale des Travailleurs du Cameroun (CSTC), la première centrale syndicale du Cameroun.

Leave a comment