Interdiction de funérailles à l'Ouest: Martin Camus Mimb n'est pas d'accord avec le gouverneur Awa Fonka Augustine

mercredi, 07 avril 2021 11:54 Liliane N.

Le journaliste Martin Camus Mimb suggère qu’on encadre les funérailles comme on pourrait le faire pour les levées de corps et les messes du dimanche.

Martin Camus Mimb n’est pas d’accord avec la décision d’Awa Fonka Augustine le gouverneur de la région de l’Ouest, qui vient d’interdire dans sa zone de commandement la tenue des funérailles. L’interdiction vaut pour une période de deux mois qui peut bien être renouvelée, a-t-il précisé dans sa note. Et la mesure est prise du fait de la résurgence de la pandémie du Coronavirus à l’Ouest. Pour le journaliste commentateur sportif, au lieu d’interdire, le patron de l’Ouest aurait plutôt pensé à encadrer ce type d’évènement.

«J'ai bien compris qu'il fait la différence entre obsèques et funérailles. C'est-à-dire qu'on peut enterrer, mais on ne peut pas célébrer ceux qu'on a enterré. Mais les funérailles ne sont pas simplement une messe de requiem où on prie pour l'âme de ceux qui sont partis. C'est très souvent un rituel de succession et de transmission. C'est-à-dire à dire qu'on ne peut pas s'en passer. Ou alors lorsqu'on s'en passe, il y a des mécanismes de régulation des communautés qui sont gelés. Si je pense comme lui que ces regroupements sont des véhicules de transmission facile du #Covid19, je pense qu'aux mêmes titres que les messes du dimanche, les levées de corps tous les jours dans les morgues, il faut juste encadrer et non interdire», écrit Martin Camus Mimb.

Pour Martin Camus Mimb, la décision du gouverneur de l’Ouest ressemble à un abus d’autorité. C’est une suspension d’un événement qui pour lui, ne constitue que la suite de l’industrie funéraire. Le mieux aurait donc été de décider une fois de la fermeture des morgues, pense-t-il.

«Mais cela trahit quelque chose devenu très banal, qui illustre la déchirure de notre société. La brimade permanente de l'autorité sur les traditions et la culture. Je pense que la première décision et plus simple à prendre, est la fermeture des morgues dans le sens de la sortie des corps. Sinon, j'ai du mal à comprendre la logique de stopper une industrie sur les circuits de distribution et non sur la production de base. Les funérailles sont la continuité de l'industrie funéraire. Il faudrait fermer la production pour stopper la distribution des produits. Sinon, quand on enterre, on a le droit de pleurer ou de chanter», écrit Martin Camus Mimb.

Liliane N.

Leave a comment

Economie

Innocent D.H. Publié le mardi, 13 avril 2021 08:43
Extension infrastructurelle : la Beac va construire une nouvelle agence à Limbé

La Banque des États de l’Afrique centrale (Beac) poursuit la mise en œuvre du programme d’extension et de renouvellement de…


Innocent D.H. Publié le jeudi, 08 avril 2021 06:26
Initiative pour la Transparence dans les industries Extractives (Itie) : Une menace de radiation pèse sur le Cameroun

Le Cameroun est désormais mis au ban des pays qui mettent en œuvre l’Initiative pour la Transparence dans les Industries…


Santé

Innocent D.H. Publié le mercredi, 31 mars 2021 09:58
Techniques de diagnostic de la Covid-19 : Le LANAVET renforce les capacités de son personnel

C’est dans le cadre d’un atelier organisé avec le concours du Centre pasteur du Cameroun et de l’Organisation des Nations…


N.R.M Publié le jeudi, 25 mars 2021 14:25
Soins essentiels dans une crise persistante : Les régions septentrionales du Cameroun bénéficient de l’expertise de Médecins sans Frontières

L’organisation humanitaire médicale internationale et indépendante y a pris ses quartiers depuis un peu plus de cinq ans maintenant et,…


Videos