Cameroun : St Eloi Bidoung militant du Rdpc plaide pour une aide à apporter aux membres de la brigade anti-sadinards

mercredi, 10 juillet 2019 12:04 Liliane N.

Celui qui est aussi 1er adjoint au Maire de Yaoundé VI, pense que le Président de la République et les siens doivent secourir les membres de la brigade qui a perturbé le dernier séjour du Chef de l’Etat et de son épouse à Genève en Suisse. Il a à cet effet commis une tribune publiée dans le journal Le Soir du 09 juillet 2019. St Eloi Bidoung affirme que les membres de ladite brigade forment une bande d’aigris. Ils les comparent à des âmes en peine qui ont besoin d’être sauvées.

Découvrez ci-dessous sa tribune dans son intégralité.

 

« Les autorités camerounaises ont le devoir de protéger les citoyens vivants sur le territoire et hors de l’étendue du territoire. C’est un devoir absolu, un devoir régalien ! Pourtant, des compatriotes souffrent dans leur chair de mille douleurs et mille détresses en Suisse ; sans le secours de l’Etat et dans l’indifférence totale du couple présidentiel. Moi Saint Eloi Bidoung, je plaide Pour la Brigade Anti-Sardinard (Bas) j’accuse, j’indexe Paul Biya et les siens pour non-assistance à tribu et ethnie de frontaliers en danger !

 

J'indexe, je dénonce, j'insiste, je persiste, je signe et j'accuse Paul Biya et son épouse Chantal Biya : Je me demande où est partie leur légendaire magnanimité en faveur des sinistrés ; pourquoi ne font-ils rien en faveur des sans-papiers qui aboient dans les rue en Europe ? Où est parti le grand cœur de maman Chantal Biya qui a toujours eu des soucis pour les personnes vulnérables, qui subissent ; froid hivernal et température caniculaire? Il n'ya pas pire aveugle que celui qui refuse de voir, Monsieur et Madame Biya, Ne voient-ils pas ces dynamiques compatriotes tontinards et autres déshérités de la Brigade anti-sardinards qui inscrivent l'honneur du Cameroun au tableau d'honneur du déshonneur international.

 

Bande d'aigris qui doivent leur survie à l'intelligence qu'ils mettent au service du mal à l'étranger (système «D», Fee-mania, planche à billets, Zoophilie, nécrophilie, Homosexualité, comme Mimi de Londres reconvertie en prostituée de luxe exilée) ? Donatien Kouagne, «fee-mann» devant l'éternel et pour l'éternité, doit méditer son sort dans sa tombe et pourrait leurs dire et à leur dépend que l'argent n'aime pas le bruit.

 

Comment le gouvernement de Paul Biya fait-il dans un élan de pro-activité pour ne pas penser à une opération coup de cœur national pour soutenir ces compatriotes en détresse en Europe ? Pourquoi face à toute cette indifférence me reproche-t-on à moi Saint-Eloi Bidoung de penser comme beaucoup d'autres que Paul Biya, en vieillissant, devient de plus en plus radin et méchant. Monsieur le président, même la diaspora fut-ce la «racaille» ne peut cracher sur la main tendue fournie et garnie d'un frère, ce frère soit-il Paul Biya.

 

Des âmes en peine à sauver

 

Voilà la «Brigade anti-sardinards», la (BAS) Comme le font les enfants abandonnés de nos rues d'Akwa ou de l'avenue Kennedy la nuit, pour se réchauffer mutuellement. Ils se collent, s'entrelacent, se battent pour lutter contre le froid et la tristesse. Le stress et le malheur d'être sans papiers en Europe les hante! Au point d'Habiter des maisons abandonnées au fond des campagnes à l'ombre ou en dessous de ponts qui en fait sont des hôtels de luxe pour eux. Surtout pour les tontinards majoritaires au front des aventuriers d'Europe. Les halls de gares, sont pour les plus téméraires qui n'ont pas trop peur du froid et des flics des logis de fortune. La belle étoile leur va si bien. Accoutumés du froid, certains parmi les tontinards, qui à force d'avoir faim et soif, sont devenus comme immunisés contre la peur d'être interpellés et expulsés ; Je suis certain que ces affrontement réguliers à chaque voyage du Chef de l'Etat leur ferait un grand bien ; celui de ne pas devoir acheter un billet d'avion pour venir continuer la galère au pays.

 

La (BAS) ces malades qui s'ignorent

 

Les psychologues et psychanalystes s'accordent pour affirmer que la faim, le manque d'occupation et l'incertitude du lendemain causent des lésions très graves dans le comportement des individus. Certains souffriraient de jalousie extrême, à la limite d'une pathologique, qui peut les pousser à des actes incontrôlés, tels défoncer les portes d'un hôtel de luxe, juste par jalousie maniaco-dépressive. Certains individus de la Brigade anti sardinards ont manifesté cette pathologie, très grave et lourde de conséquences, qui devraient préoccuper les médecins camerounais, avec la collaboration des spécialistes suisses et européens en général. Le ministre de la Santé publique Malachie Manaouda a du pain sur la planche et serait d'ailleurs en train d'étudier avec attention ma proposition qu'on dit brillante d'intelligence, de créer une direction de la Santé mentale des sans-abris camerounais d'Europe et d'Amérique du nord. Une structure qui devra être au chevet des camerounais comme ceux de la Brigade tontinarde et anti-sardinards. J'insiste sur cette proposition, pour le bien de tous les camerounais.

 

Haine viscérale et pathologique

 

Des spécialistes ayant observé les vidéos des manifestations de bas étage d'un ramassis de tontinard arborant de camisoles de pyromanes à l'hôtel Continental de Genève croient avoir décelé plusieurs manifestations sur les manifestants. Certains souffriraient visiblement du «mal du pays». Dans la confusion mentale créée par les âpres épreuves du quotidien de la vie de clandestins en Europe, ils se perdent entre la mal gouvernance du pays et le mal du pays. La deuxième, qui est celle qui les tourmente, est une affection due à plusieurs facteurs. Par exemple, quand un camerounais de la Brigade anti-sardinards ne vit que des restes jetés dans les poubelles des restaurants en Europe, son mental lui fait croire qu'il y a la malnutrition au Cameroun. Au lieu de s'en prendre au chien errant qui lui discute les restes de repas à la poubelle dans les quartiers de Genève de Londres, de Paris ou de Bonn, une illusion d'optique lui fait voir plutôt le visage de Paul Biya. Cela devient obsessionnel, au point qu'il est capable de faire plus d'une centaine de kilomètres, à pieds ou en auto-stop, à travers l'Europe pour aller fouiller les poubelles de l'hôtel où logent Paul Biya et sa suite.

 

Un hôtel de luxe à 3 600 000 Fcfa la nuitée, à forcément de beaux restes dans ses poubelles. Alors les gars de la Brigade anti-sardinards, venus des quatre coins de l'Europe semble t-ils, se regroupent autour de l'hôtel Intercontinental de Genève ; comme des corbeaux, espérant pouvoir avoir accès aux poubelles si bien garnies de l'un des hôtels les plus chers d'Europe voire du monde.

 

Monsieur le Président, votre indifférence, votre silence complice est reprochable et blâmable. Ayez une meilleure écoute, une meilleure attention pour les camerounais de la Brigade anti sardinards qui n'expriment que leurs besoins et lancent des cris d'appels au secours que personne ne veut comprendre ; ni vous, ni votre belle, tendre et charmante épouse, encore moins votre gouvernement. Plusieurs veulent rentrer au pays mais pas le moindre sou. Une expulsion, un rapatriement pourrait les sauver en cas d'interpellation au cours d'une manifestation contre Paul Biya et en Suisse notamment.

 

Plusieurs veulent sortir de leurs cachots, où ils dorment à même le sol entre rats, froid hivernal et canicule estival ; ils veulent obtenir un asile, sinon politique du moins humanitaire dans leurs pays d'accueil pour enfin vivre comme des hommes. Quoi de plus efficace pour eux que d'insulter Chantal Biya et sa coiffure sous les fenêtres de l'Hôtel Continental de Genève, provoquer la soldatesque qui garde le couple présidentiel et faire le dangereux devant les flics suisses. D'autres encore, sinon la grande majorité des tontinards, ne comprennent rien du tout à ce qui se passe. Pauvres « camerounais de la diaspora » tels qu'ils ont été baptisés, ils croient que diaspora est l'autre nom de « Brigade ». Donc l'expression se manifeste par : la force, la violence, la rébellion, la destruction, la contestation systématique, les marche, la casse. C'est la diaspora tontinarde qui s'exprime : de la pire « racaille » en face d'une diaspora sardinarde responsable pondérée.

 

De la Suisse, je n'aime que ma cousine Mengue cette dynamique sardinarde. Elle vit à Genève, où elle a obtenu son permis de travail comme prostituée. Mais alors une très imposante prostituée camerounaise. Les affaires marchent très bien pour elle. Tout le monde est passé sur elle, du moins presque. Quand elle vient en vacances au pays, elle vient toujours construire un nouveau duplex pour la famille. Et il y a des chocolats pour tout le monde. Elle est plus importante pour moi que ces malades de la Brigade anti-sardinards qui prétendent lutter pour mon bonheur. C'est trop bas !. Il faut sauver ces tontinards qui animent la Bas, il faut sauver la diaspora racaille. Monsieur le Président un pardon de plus ne vous ferait aucun mal. Que Dieu vous bénisse».

 

Leave a comment

Economie

Santé

Videos

Newsletter

Please type your full name.Invalid email address.