06/07
Cryptomonnaie: Emile Parfait Simb dans bientôt poursuivi en France après le Cameroun, le Canada et…
06/07
Maurice Kamto : «le MRC n’a pas été créé pour mettre en place un comptoir…
06/07
Assemblée nationale : les députés ont bloqué le débat d’orientation budgétaire
05/07
Mondial 2022: le staff technique des Lions indomptables en repérage à Doha
05/07
Un conducteur de camion enlevé au Nord-Ouest
05/07
Affaire Liyeplimal: le député Cabral Libii va déposer une plainte aux Etats-Unis
05/07
Honneur et Fidélité : Conflictualités de puissances : pendaison programmée de l’Afrique ???
04/07
Alternance au MRC : un avocat charge Michèle Ndocki
04/07
Coronavirus au Cameroun: seul le test PCR est payable pour les voyageurs
04/07
CAN féminine 2022: les Lionnes indomptables tenues en échec par la Zambie
04/07
Commune de Bikok: Le développement en marche
04/07
Explosion d’un engin explosif à Mokolo: Que s’est - il passé?
04/07
Activités parlementaires: Les conditions d’entrée, de séjour, et de sortie des étrangers au Cameroun en…
02/07
Iran : Trois séismes font cinq morts et des dizaines de blessés
02/07
Assemblée Nationale: Le ministre de la Santé Publique, le ministre de l’Agriculture et du Développement…
02/07
Assemblée Nationale: Pauline Nalova Lyonga Egbe interpellée à propos des pénalités relatives aux dépôts tardifs…
02/07
Honorable François Biba: “Les Droits d’auteurs en eaux troubles au Cameroun”
01/07
Subventions: la Fecafoot dément avoir perçu 560 millions de F du gouvernement
01/07
Fecafoot: Samuel Eto'o met fin au contrat de l'équipementier Le coq sportif
01/07
Activités Parlementaires: L’honorable Ghimbop Joséphine interpelle Paul Atanga Nji sur le temps de délivrance des…
  • Vous êtes ici :  
  • Accueil
  • Tribune Libre
  • Achille Mbembe: “Une longue tradition de chefs - vandales”

Achille Mbembe: “Une longue tradition de chefs - vandales”

mercredi, 01 juin 2022 15:12 Nicole Ricci Minyem

Le politologue et enseignant universitaire affirme que “ L’histoire  des chefs des régions côtières du Cameroun est loin d'être reluisante…”. Un jugement qui arrive au moment où les déguerpissements meublent l’actualité dans la capitale économique du Cameroun 

 

Il ajoute que:  

 

“Dans une lettre qu'il leur adressa en 1884, le Consul anglais Hewett qualifiait ceux de Douala en particulier de "gros imbéciles". 

 

Plus grave, il les accusait, entre autres, de s'être "vendus à l'Allemagne". Déçu, dira-t-on, de n'avoir pu décrocher, au profit de Sa Majesté la Reine d'Angleterre, le petit joyau au fond du golfe de Guinée.  

 

Mais déjà, en 1881, le missionnaire George Grenfell parlait d'eux comme "de pauvres gens incapables de se gouverner eux-mêmes". 

 

D'autres sources (missionnaires notamment), les présentent comme des affairistes et trafiquants, esprits oisifs rompus à des habitudes sanguinaires et responsables du cortège de cruautés et de la corruption qui conduiront finalement à la dissolution des sociétés autochtones de l'époque.

 

En effet, du côté de Bimbia, leur rapacité est légendaire. Négriers pour leur propre compte, ils "vendent" les leurs à des négociants européens contre du tabac, des miroirs, de l'alcool et de la quincaillerie. 

 

Montrant d'ores et déjà des signes d'asservissement volontaire et de lobotomie culturelle, certains se parent des "noms d'oiseaux” - King William, Dick Merchant, Yellow Money, Duke ceci et Duke cela et ainsi de suite. 

 

Tour à tour, ils signent des traités dont les clauses accordent à différentes puissances étrangères le droit d'intervenir directement dans les affaires intérieures de leurs communautés.   Viendraient-ils à ne pas respecter les clauses des différents traités, ils acceptent de se soumettre à de sévères sanctions du gouvernement britannique.

 

Les chefs indigènes de Douala n'agissent pas différemment. En 1856, ils signent un traité qui institue à Douala une Cour dite d'équité - une véritable farce.  

 

Entre autres, les potentats admettent qu'ils pratiquent des "coutumes barbares et inhumaines" et acceptent d'être déportés à Fernando Po au cas où ils transgresseraient les clauses servant désormais à réguler leur assujettissement volontaire.

 

Dès la fin des années 1870, ils entreprennent une vaste campagne visant à se placer, illico, sous la domination anglaise. 

 

En 1879, ils lui adressent une seconde doléance dans laquelle ils demandent qu'un "gouvernement anglais" soit établi au Cameroun et préconisent que "toutes les lois et coutumes [autochtones] soient abandonnees" au profit des lois anglaises. 

 

En avril 1883,  les chefs Bell et Akwa plaident de nouveau pour l'annexion pure et simple du Cameroun par  la Reine d'Angleterre. 

 

Ils écrivent à la Reine d'Angleterre pour céder leur territoire à la Grande Bretagne qui ne semble guère être intéressée. 

 

En 1884, le Consul Hewett est en route pour exaucer leur vœu, mais il se fait devancer par Nachtigal. Les chefs n'en ont cure. Ils se donnent aux Allemands, provoquant l'ire des Anglais qui les qualifient dès lors de "gros imbéciles"!

 

Le samedi 12 juillet 1884, dès l'après-midi, Bell et Akwa signent le fameux traité par lequel ils cèdent "le pays appelé Cameroun" et tous leurs "droits de souveraineté" à la Maison commerciale allemande Woermann. 

 

Le lendemain, lors d'une palabre convoquée à la factorerie, on relit la traite. 

 

Bell et Akwa sont disposés à abdiquer au profit du Kaiser. 

 

Les droits de souveraineté cedes a la Maison Woermann sont très vite retrocedes au Reich et a l'Empereur dans une convention signee le 13 juillet par les commerçants allemands et le commissaire imperial. Le tout est légalisé par le consul d'Allemagne au Gabon, Emil Schulze.

 

C'est le 14 juillet qu'a lieu la "cérémonie" de prise de possession du territoire. Il pleut ce jour-là. Nachtigal est revêtu de toutes ses décorations. Un décor militaire de parade est constitué d'un peloton de 20 matelots commandés par le lieutenant Hoffmann. Deux tambours et trois fifres accompagnent l'ensemble. 

 

Le drapeau allemand est hissé sur Bell-Town, Akwa-Town et Dido-Town. 

 

C'est cet acte que Ruben UM NYOBE et les autres martyrs du peuple camerounais s'efforceront d'abolir. 

 

Faut-il le rappeler, Um, Moumié, Ouandié, Kingue, Yem Mback, Osende Afana et une foule de sans-noms et de sans-visages sacrifieront leur vie pour réparer le forfait de Bell, Akwa et bien d'autres.

 

Cent trente quatre ans plus tard, des chefs douala (faut-il prêter aux anglais l'appellation de "gros imbéciles") vandalisent le monument destiné au plus illustres de nos martyrs, Ruben Um Nyobe. 

 

La lutte, manifestement,  continue !

 

Aux nouvelles générations de se réveiller et de la conduire jusqu'au bout si, comme nous y invita Frantz Fanon, nous devons enfin "sortir de la longue nuit" ! “

Leave a comment

Louis Paul Motaze a défendu le projet de loi qui vise à établir le montant définitif du budget de l'Etat pour l'exercice…

Agenda

«July 2022»
MonTueWedThuFriSatSun
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031






Sunday, 05 June 2022 11:01