Martin Camus Mimb rend hommage à Maradona

jeudi, 26 novembre 2020 07:44 Stéphane Nzesseu

Le journaliste sportif rend hommage au « dieu » du football après Pelé. Diego Maradona était un footballeur hors pair que rien ne prédestinait à un tel parcours.

 

Pour Martin Camus Mimb, rien de mieux que le livre écrit par le goléador argentin ne résume mieux l’histoire de sa vie. Aux termes de ce livre, Maradona était une véritable légende du football. « Si comme moi vous avez lu ce livre, vous avez probablement découvert pourquoi Diego Maradona n'a pas son pareil dans le football. Au talent, s'est ajouté une personnalité hors normes qui savait se mettre en ordre de bataille pour gagner, se rebeller et faire briller les autres. Les argentins pour titiller les brésiliens chantent souvent : "Si Pelé est Roi, Maradona est Dieu..." Moi j'ajoute, que si le poste de meneur de jeu a eu autant de prestance, c'est parce que Maradona a existé. El Pibe de Oro descanse en paz ! »

Il vient de loin …

Diego Maradona vient des quartiers pauvres de Buenos Aires, la capitale de l’Argentine. Et cet environnement de quartier difficile à participer à forger le caractère du El Pibe de Oro. Ses origines pauvres ont contribué à façonner le « mythe Maradona » dans l’imaginaire populaire argentin, surtout parmi les plus démunis.

Malgré ses frasques et sa déchéance, ses comportements décadents, tous les amoureux du football l’ont aimé jusqu’au bout. Et ce d’un amour viscéral, inconditionnel et éternel. Icône internationale, il a inspiré le cinéaste Emir Kusturica (avec le documentaire Maradona, sorti en 2008), le chanteur altermondialiste Manu Chao (qui lui a dédié la chanson Santa Maradona, en 1994), la romancière Alicia Dujovne Ortiz (Maradona c’est moi, La Découverte, 1993) ou de nombreux groupes de rock argentins, comme Los Piojos (« les Poux »), dont l’un des tubes assure que « si Diego, demain, joue au ciel, ils mourront seulement pour pouvoir le voir jouer ».

L’histoire de Diego Maradona est une belle histoire. Comme celle de ces héros, ces Robin des Bois qui d’une manière ou une autre quitte la pauvreté pour revenir tendre la main aux siens qui y sont restés. Question de faire émerger le maximum. Dans son autobiographie, Moi, Diego (Calmann-Lévy, 2001), le joueur raconte avec émotion cette enfance sans le sou : « Je garde un souvenir heureux de mon enfance, bien que si je devais définir d’un seul mot Villa Fiorito, le quartier où je suis né et où j’ai grandi, je choisirais le mot lutte. A Villa Fiorito, quand il y avait à manger, on mangeait, sinon, on ne mangeait pas. »

 

Stéphane NZESSEU

Leave a comment

Economie

Innocent D.H. Publié le lundi, 23 novembre 2020 14:35
Cameroun-Plan triennal spécial jeunes : 1 325 projets financés à hauteur de 3,5 milliards de FCFA

Le Ministre de la Jeunesse (Minjec) a récemment achevé sa tournée nationale de remise des financements et de matériels aux…


Innocent D.H. Publié le dimanche, 22 novembre 2020 16:35
Sous-région Cemac : Les banques commerciales refusent 50 milliards de FCFA de la Beac

La frilosité des banques installées dans la sous-région vis-à-vis des injections hebdomadaires de la Banque des Etats de l’Afrique centrale…


Santé

Nicole Ricci Minyem Publié le vendredi, 20 novembre 2020 13:37
Lutte contre le Vih /Sida : Comment atteindre les objectifs 90 – 90 – 90 d’ici cinq ans

Le réseau Camerounais des associations des personnes vivant avec le Vih/Sida propose des pistes de solutions, parmi lesquelles l’amplification rapide…


Liliane N. Publié le vendredi, 20 novembre 2020 07:18
Alerte: Déjà 15 malades d’insuffisance rénale décédés faute de soins à Bertoua

Les malades d’insuffisance rénale continuent d’attendre l’action du Dr Malachie Manaouda, ministre de la Santé publique, qui a promis de…


Videos

Newsletter

Please type your full name.Invalid email address.