Football: le Congo n'est pas candidat à l'organisation de la CAN 2019

lundi, 10 décembre 2018 08:30 Mfoungo

Le Congo-Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation de la Coupe d'Afrique des nations (CAN) 2019, que la Confédération africaine de football (CAF) a retirée au Cameroun, a indiqué dimanche sur RFI son ministre des sports, contredisant une annonce faite vendredi par un dirigeant de la CAF.

«Nous sommes à six mois de l’organisation de la Coupe d'Afrique des Nations et il ne sera pas possible pour nous de l’organiser avec honneur et dignité. C’est plutôt le contraire, le Congo-Brazzaville ne sera pas candidat. Cela ne sera pas possible», déclare-t-il.

«Un jour peut-être nous serons candidat, avance Hugues Ngouélondélé. Mais pour le moment ce n’est pas au programme de notre gouvernement. Peut-être que l’idée a circulé, mais face à la réalité, nous ne pouvons pas organiser une grande fête comme celle-ci. Nous n’avons pas les structures pour le moment».

Hugues Ngouélondélé a pointé le manque d’infrastructures pour accueillir la compétition. Comme les hôtels dans la ville de Dolisie. «Nous n’allons pas nous lancer dans un telle aventure pour que la fête ne soit pas belle et déshonorer notre pays. Le Congo n’est pas prêt». Actuellement, le Congo-Brazzaville n’a pas la possibilité d'assumer le coût de l’organisation. 

«La crise est mondiale et nous avons d’autres priorités que d’organiser la CAN pour le moment», explique Hugues Ngouélondélé. Celui-ci précise aussi que le Congo-Brazzaville n’a pas été sollicité par la Confédération africaine de football, tout en souhaitant «bonne chance» au pays organisateur.

Contactée par l'AFP, une source au sein de la Fédération congolaise de football (Fécofoot) n'a pas souhaité commenter les déclarations du ministre des sports.

Constant Omari, deuxième vice-président de la CAF, avait affirmé vendredi que le Congo-Brazzaville s'était porté candidat à l'organisation de la CAN-2019, qui devra regrouper 24 équipes pour la première fois. Son organisation a été retirée au Cameroun, dont les préparatifs ont été jugés insuffisants, et la CAF doit désormais trouver un autre pays organisateur avant fin 2018.

Petit pays pétrolier d'Afrique centrale, le Congo-Brazzaville est frappé par une crise économique et financière depuis 2014. Le pays est en négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) en vue d'obtenir une aide. En 2015 il avait réussi l'organisation des onzièmes Jeux africains, dits du cinquantenaire, ayant regroupé presque tous les pays du continent.

En 2014, la CAF, alors présidée par le Camerounais Issa Hayatou, avait attribué les trois prochaines CAN d'un coup : 2019 au Cameroun, 2021 à la Côte d'Ivoire et 2023 à la Guinée. La semaine dernière, la CAF a retiré l'organisation de 2019 au Cameroun, pénalisé par des retards dans les travaux et par une situation fragile sur le plan sécuritaire, au profit d'un plan B déterminé «d'ici le 31 décembre».

Le dossier le plus urgent reste donc de trouver le remplaçant du Cameroun pour la première CAN à 24 équipes, programmée du 15 juin au 13 juillet. L'Afrique du Sud, seul pays africain à avoir déjà organisé une Coupe du monde en 2010 et le Maroc sont souvent présentés comme le recours idéal à l’organisation de la CAN 2019.

Otric N.

Leave a comment