Discorde entre la Lfpc et les présidents des clubs : La position d'Hamad Kalkaba Malboum

mercredi, 30 janvier 2019 16:57 Liliane N.

Le président du Comité national olympique et sportif du Cameroun regrette la situation actuelle qui se passe à la Ligue de football professionnel.

On sait que le weekend dernier notamment le samedi 26 janvier 2019, le championnat national de la Ligue 1 n’a pas été lancé. Sur les 16 clubs attendus et devant disputer les matches comptant pour la première journée, seuls 4 ont répondu présent. Tonnerre Kalara Club, Feutcheu Fc, Coton Sport et Colombe  sont ceux qu’on a vus. Jeudi dernier, Narcisse Mouelle Kombi le nouveau patron des Sports a réuni les parties en conflit à savoir la Ligue de football professionnel du Cameroun, la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) et le Syndicat des clubs d’élites du Cameroun. Oh que non ! le calumet de paix n’a pas été fumé. Car le championnat n’a toujours pas débuté.

Approché par notre confrère Cameroon Tribune, Hamad Kalkaba Malboum le président du Comité national olympique et sportif du Cameroun ne cache pas son regret par rapport à la situation qui prévaut et qui d’après lui met en mal l’image du pays. « D’abord, j’ai été surpris que le championnat national d’élite du Cameroun de football n’ait pas pu être lancé comme il était prévu. C’est un événement majeur du sport camerounais. Je me suis naturellement interrogé sur les causes de cette situation qui affecte véritablement l’image du sport camerounais. On est au regret de constater que les divergences persistent entre les deux parties, au-delà des tentatives de conciliation et des compromis qui en ont résulté. Cette situation est déplorable », a-t-il déclaré.

Pour ce qui est des pistes de solution, le président du Comité national olympique et sportif du Cameroun pense qu’en dépit de ce qui peut être la cause de la situation actuelle, les intérêts des sportifs doivent prévaloir. « Il faudrait toujours avoir à l’esprit l’intérêt des sportifs que sont les footballeurs qui sortent d’une longue période d’inactivité. Le sport se gère dans un esprit de concertation, de compréhension mutuelle, de tolérance et surtout de dialogue. Ce qui diverge, ce sont les attitudes des uns et des autres par rapport à une solution. Ce blocage est de nature à pénaliser le sportif sans qui rien ne peut se faire. Il faut le respecter. Je pense que c’est un élément qui n’a pas été pris en compte par les différentes parties. Celles-ci ont certainement leurs raisons, mais il faudrait qu’elles prennent en compte l’intérêt des acteurs silencieux que sont les joueurs », a souligné Hamad Kalkaba Malboum.

Le président du Comité national olympique et sportif du Cameroun affirme que la Ligue et les présidents des clubs doivent parvenir à trouver un compromis.

Liliane N.

Leave a comment