11/06
Insécurité : « Le Cameroun a une longue expérience dans la gestion de ses crises…
11/06
Cameroun : 30% des décès maternels sont dus aux avortements clandestins
11/06
Hécatombe de la falaise de Dschang : Des familles toujours dans l'attente des corps
11/06
Cameroun - Minfi : Un imposteur empoche 333.600.000 Fcfa
11/06
Cameroun : Les Unes du vendredi 11 juin 2021
11/06
Financement de l’Entrepreneuriat Territorialisé : Les concertations se multiplient
10/06
Convention : Cimencam et trois structures publiques pour construire 2 000 logements
10/06
Nord : Oumarou Ousmanou porté au poste de président du Conseil régional après le décès…
10/06
Cameroun-Microfinance : Vision Finances double son capital à 4 milliards de FCFA
10/06
Région du Sahel : Macron annonce la fin de l’opération Barkhane
10/06
Lutte contre le Covid-19 : Une camerounaise met sur pied un nouveau traitement
10/06
Cameroun : Les biens de Pascal Monkam placés sous administration séquestre
10/06
Gifle contre Emmanuel Macron : L'agresseur condamné à 4 mois ferme avec mandat de dépôt
10/06
Organisation de la CAN 2021 : L’Algérie dément vouloir remplacer le Cameroun
10/06
Exploitation minière de Kana : Le responsable de China mining aurait tiré sur l’un de…
10/06
Mayo-Darlé : Les artisans exploitants des sables et graviers reçoivent du matériel d’exploitation
10/06
Journaux en kiosque ce 10 juin 2021
10/06
Lutte contre le terrorisme et l’insécurité : Les comités de vigilance du Mayo Danay équipés
10/06
CAN 2021 : Lady Ponce ne cesse de désapprouver l'hymne retenu pour la compétition
10/06
Kambele : Les activités minières suspendues

Violences conjugales : Ces victimes qui refusent de dénoncer

vendredi, 23 août 2019 13:36 Nicole Ricci Minyem

Elles sont nombreuses, ces dames qui dans leur ménage, vivent un enfer plus ou moins indescriptible. Elles sont devenues des putching ball de leurs conjoints  et n’osent pas dénoncer leurs bourreaux à cause des représailles et préjugés. 

 

On se pose bien la question de savoir ce que les femmes violentées peuvent subir de plus. Alors que les séquelles de leur calvaire sont visibles sur leur corps. Certaines, malgré leur jeune âge, marchent en courbant l’échine, traînant derrière elles, ce fardeau, refusant de croire qu’elles en sont victimes.

C’est le cas de Eva. Depuis deux semaines, son histoire touche et interpelle. Elle a été reçue sur le plateau de « Regard Social », chez nos confrères d’Equinoxe Télévision. Âgée de 34 ans, elle a passé 11 ans de sa vie auprès d’un homme qui l’a, plus d’une fois envoyée à l’hôpital. Son visage, depuis le coma dans lequel l’a plongé l’un de ces passages à tabac a laissé des traces sur son visage. « Je ne me sens plus femme, je ne suis pas certaine de me remettre dans une relation avec un homme », dit–elle.

D’autres traces de son traumatisme sont visibles et c’est logique, depuis cinq mois, son bourreau qui a refait sa vie avec une autre, lui a arraché leurs enfants, qui ont respectivement six, quatre et deux ans. Elle ne peut pas les voir, leur parler au téléphone, elle se console avec les jouets et les vêtements de ses bouts de chou qu’elle dispose sur sa couchette, ce qui ne l’apaise pas vraiment.

A la question de savoir pourquoi a-t-elle supporté ce calvaire pendant toutes ces années, elle répond : « Je l’aimais, je pensais qu’il allait changer et, il me l’a toujours promis. Même lorsque nous avons déménagé pour aller à Nkongsamba, il m’a promis que tout cela est du passé… Et j’ai accepté de le suivre, en laissant mon travail… ».

Eva n’est pas un cas isolé. Il y a un peu plus d’un mois, une dame a été sauvagement assassiné par son conjoint à Ngaoundéré, dans le domicile de la sœur aînée. Assassinée par une arme à feu.  

 

Violences faites aux Femmes : Un fléau planétaire

Elise Pierrette Mpoung Meno, Co-fondatrice de l'Association de lutte des violences faites aux femmes, affirme que sur 37.719 filles et femmes camerounaises, 5,2% subissent les violences de tout ordre au quotidien.

Elle assure qu’elles sont « un bon nombre, les associations qui œuvrent en permanence, afin d’accompagner psychologiquement, émotionnellement, financièrement et même juridiquement, ces innombrables victimes ».

Selon l’ong Care France, 65% de femmes subissent chaque jour, des Violences domestiques, des agressions sexuelles, des viols, des mutilations génitales, quelques exemples qui ne reposent que sur une question de genre. 

 

Un problème à prendre à bras le corps

Les violences faites aux femmes sont essentiellement évoquées lorsqu’on commémore la Journée Internationale de la Femme ou lors de la célébration de la Journée Internationale pour l'élimination de la Violence contre les Femmes. Et pourtant, elles sont nombreuses, celles qui sous les toits, subissent des atrocités et n’osent en parler, à cause de la société. Elles ont peur du regard des autres et parfois se sentent coupables de vivre cela, trouvant toujours des excuses à leurs bourreaux ou trouvent des liens avec des erreurs qu'elles auraient commises et dont le châtiment leur retombe dessus. Quelques unes ont besoin d’un catalyseur pour solliciter de l’aide. Avoir du soutien dans cette situation devient encore plus compliqué lorsqu'il s'agit de relations qui n'ont pas eu l'approbation de parents et/ou de proches. 

Et, ces propos de Eva le prouvent suffisamment : « Si je suis venue ici, c’est pour que vous m’aidiez à reprendre mes enfants. Il m’a quitté, il vit avec une autre et ça ne me dit rien, c’est parce que je veux reprendre mes enfants que je suis venue ici… ».

 

Nicole Ricci Minyem

 

Leave a comment

Lors de sa prestation de serment le 6 novembre 2018 et, quelques mois auparavant, le Président de la République a promis des…

Agenda

«June 2021»
MonTueWedThuFriSatSun
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930