Etat de la liberté de la presse au Cameroun: les patrons de presse en discorde

jeudi, 29 avril 2021 10:39 Liliane N.

Si certains patrons de presse prévoient de manifester dans les rues de Yaoundé pour la liberté de la presse au Cameroun, d’autres estiment que ce mouvement d’humeur n’a pas lieu d’être.

 

Tous les patrons des médias du Cameroun ne sont pas d’accord sur la question de l’état de la liberté de la presse dans notre pays. S’il y en a comme ceux membres du Réseau des Patrons de Presse du Cameroun, qui trouvent que l’Etat ne favorise pas l’émancipation du quatrième pouvoir, d’autres pensent que cette position n’est pas le reflet de l’actualité. Aussi, cette deuxième catégorie regroupée au sein du Collectif des Communicateurs Républicains et Patriotes s’opposent à la marche pacifique que le Réseau des Patrons de Presse du Cameroun veut organiser le 3 mai prochain dans les rues de la capitale, de 10h à 11h.

Pour le Collectif des Communicateurs Républicains et Patriotes, cette marche voulue par les autres patrons de presse est une forme de chantage contre l’Etat, qui de son point de vue a favorisé la naissance de plus de 600 titres, une centaine de radios et de chaines télévision, ainsi qu’une kyrielle d’organes de presse cybernétiques.

Retrouvez ci-dessous la déclaration intégrale du Collectif des Communicateurs Républicains et Patriotes

A une époque société close et littéralement fermée, le Cameroun, sous l’impulsion et la volonté du Président PAUL BIYA, s’est ouvert à la démocratie comme mode de gouvernement, accordant une place incontestable à l’expression tous azimuts des libertés en général et de la liberté de presse en particulier.

Avec plus de 600 titres, une centaine de radios et de chaines télévision, ainsi qu’une kyrielle d’organes de presse cybernétiques qui meublent le Landerneau médiatique camerounais, il est aisé de constater que le Gouvernement n’a ménagé aucun effort pour faciliter le déploiement libre des médias, mettant en valeur leur qualificatif de « Quatrième Pouvoir ».

  • La suppression de la censure administrative ;
  • La création d’un journal sur simple déclaration d’existence ;
  • L’appui institutionnel de l’État à la presse à capitaux privés ;
  • La désignation récurrente des acteurs des médias au sein des instances délibérantes et consultatives à l’instar de la Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés, du Conseil National de la Communication, de la Commission de Délivrance de la carte de presse;
  • L’existence des multiples plateformes de concertations avec les journalistes et assimilés, tels que les états-généraux de la Communication, pour ne citer que cela, sont autant de témoins vibrants et éloquents de la détermination de l’Etat à promouvoir la liberté de la presse au Cameroun.

Ainsi dans un contexte marqué par les sévices de la Covid-19, couplés aux menaces sécuritaires exacerbées par le climat politique tendu dans certains pays frères, le Collectif des Communicateurs Républicains et Patriotes :

  • Trouve irresponsable toute tentative de dévoyer la presse camerounaise en prétendant hors cadre institutionnel formuler des préoccupations au Gouvernement qui, malgré la crise, a réussi à mobiliser 120 millions de FCFA pour la Presse ;
  • Qualifie de déraisonnable toute initiative visant à instrumentaliser la presse, qui jusqu’ici honore avec brio ses missions d’information et de formation de l’opinion publique ;
  • Condamne vivement les desseins et les sirènes du chantage préjudiciables au bon fonctionnement de l’État;
  • Affirme son total soutien aux Institutions de la République et au Président PAUL BIYA qui les incarne au nom de l’ensemble des Camerounais qui l’ont élu à plus de 70% des suffrages lors du scrutin présidentiel de 2018
  • Se désolidarise de toute action visant à déstabiliser le pouvoir qui est résolu à maintenir le Cameroun sur les rails de l’émergence 2035 telle que prônée par le Chef de l’Etat ;
  • Encourage l’amélioration des conditions d’exercice de la liberté de presse à travers un dialogue républicain entre le Gouvernement et les Acteurs des médias au sein des instances prévues à cet effet;
  • Réitère son serment infaillible de défendre la stabilité d’un État, soucieux du meilleur épanouissement des médias pour les générations présentes sans compromettre le devenir des générations futures, héritières de nos agissements et actes.

 

Pour le Collectif, ont signés:

Raymond BARRE MEKAMBA: (DP LEREPORTER HEBDO LEREPORTER MAGAZINE GOUVERNEMENTUDE)

Paul NGOUARE KINDJI: (DP REALITE PLUS et LES PREUVES)

Jules Brice NGABA : (DP Le QUOTIDIEN et LE PELICAN)

Timothée ESSOMBA ABENA (DP LA REPUBLIQUE PRESSE et L’ELITE)

Roland Parfait MBILI : (DP PERSPECTIVES D’AFRIQUE)

Olivier MBELLE : (DP LE COURRIER)

Lire aussi : Les patrons de presse annoncent une marche dans les rues de Yaoundé le 03 mai

 

Leave a comment

Economie

Innocent D.H. Publié le mardi, 04 mai 2021 15:47
Réduction des délestages : Eneo va installer 30 transformateurs à Dschang

Energy of Cameroon (Eneo), concessionnaire du secteur de l’électricité au Cameroun, filiale du Britannique Actis, annonce qu’il va installer 30…


Mfoungo Publié le mardi, 04 mai 2021 12:35
Au Cameroun, l'exploitation illégale de bois de grande valeur nuit aux communautés forestières autochtones

Les peuples autochtones vivant dans les communautés forestières sont maintenant confrontés aux conséquences inquiétantes de l'exploitation forestière illégale lorsque leurs…


Santé

Nicole Ricci Minyem Publié le mercredi, 28 avril 2021 08:48
Semaine Mondiale de la Vaccination : Les réflexions vont bon train à Yaoundé

« Surmonter l'hésitation vaccinale au Cameroun » est le thème choisi par les responsables du ministère de la Santé Publique…


Nicole Ricci Minyem Publié le lundi, 26 avril 2021 14:17
Lutte contre le Paludisme : Une Camerounaise fabrique un pesticide

C’est le fruit de sept années d’efforts, au cours desquelles Agnès Antoinette Ntoumba – Doctorante en Sciences Biologique à l’Université…


Videos