Commémoration des Droits de l’Enfant : 30 ans après la mise en place de la Convention, que constate t-on ?

mercredi, 20 novembre 2019 14:02 Nicole Ricci Minyem

Les dangers auxquels sont confrontés les enfants semblent avoir pris de l’ampleur, au fil du temps et malheureusement, aucune mesure palliative ne semble mise en place par les gouvernements, afin de protéger ceux qui représentent  l’avenir   

 

Tout semble se limiter aux ateliers, symposium, foras et autres assises au cours desquelles les décideurs développent des grands concepts, mangent de petits fours, prennent les perdiems… Alors que les Enfants sont confrontés  à  de multiples dangers

Traite des enfants

Au cours des dernières années, le phénomène s’est développé. Certains parents ont fui leurs responsabilités et utilisent de plus en plus leur progéniture pour les aider, arguent –ils « à contribuer à payer leurs frais de scolarité et acquérir des responsabilités… ». Des charges qui leur incombent pourtant. Dès lors, on voit des enfants à peine sortie du sein maternel, qui arpentent les rues des villes et des villages, proposant des articles aux passants parce qu’ils espèrent grappiller des sous qui vont leur permettre de contribuer aux charges de la famille.

Ils deviennent ainsi la cible des prédateurs qui ont envahi nos cités ; ils sont violés, assassinés et leurs corps sont profanés parce que leurs assassins considérés comme des  cannibales d’un autre genre, n’hésitent pas à prélever certaines parties de ces jeunes corps pour des pratiques occultes. 

Même dans le giron parental, ces enfants ne sont pas à l’abri des prédateurs de toute espèce. Il ne se passe pas un jour, sans qu’on ne parle du viol d’un bébé, sans distinction du sexe. Acte de sorcellerie commis par un « Tonton », une « Tantine », un « Papa » qui a réussi à tromper la vigilance de tous à cause de sa gentillesse. Quant aux enlèvements, ils sont légions.  

Ils sont aussi employés comme domestiques dans des maisons et quelquefois, harcelés par leurs propres parents, ils se retrouvent entrain de commettre l’irréparable. Certains à l’instar de ces mineurs de 08 -09 ans, qui avaient dérobé de l’argent dans la maison de leurs « patrons », se retrouvent derrière les barreaux, inconscients de la gravité des actes qu’ils posent. Des exemples comme ceux-ci sont innombrables.   

Chairs à canon

Ce sont des enfants qui sont utilisés par les promoteurs des guerres qui naissent un peu partout dans les pays Africains. Ils subissent dans la plupart des cas, un lavage de cerveau quand ils ne sont pas drogués. Dans les régions du Grand Nord par exemple, les membres de la secte terroriste boko haram n’hésitent pas à en faire des kamikazes, dans une guerre asymétrique déclarée au Cameroun.  Et, c’est ainsi que des dizaines d’enfants, enlevés à l’affection de leurs familles, ont disparu sans que les parents n’aient le privilège d’enterrer au moins les cendres de leur progéniture.  

C’est également dans le cadre de ces conflits qu’ils sont lâchement assassinés, comme le démontre une vidéo incriminant des brebis galeuses qui, on ne sait comment, ont réussi à intégrer les rangs de l’armée camerounaise. Des images qui choquent et, qui ont prouvé que lors des conflits, même ceux qui doivent être protégés par les différents protagonistes font les frais d’une guerre dont ils n’ont même pas conscience.

Ce sont également les enfants qui font les frais de la situation sécuritaire qui depuis  quatre ans, paralysent les activités dans les régions du Nord et du Sud Ouest. Dans les réseaux sociaux, elles sont nombreuses, les images de ces enfants lâchement assassinés par des bandes armées alors que ces derniers ne demandent qu’à s’instruire pour assurer le relai dans l’avenir.

Une assurance santé quasi inexistante

Dans le cadre d’une émission qui passe chaque Jeudi chez nos confrères de Equinoxe TV, (regard social), l’on voit exposé à la face du monde, les images des enfants qui souffrent de multiples maux, alors même que les parents vivent dans une précarité indescriptible. Ils n’hésitent pas à afficher aux yeux de tous,  les souffrances qui fondent leur quotidien, parce qu’ils espèrent que les âmes de bonne volonté vont contribuer afin de les aider à recouvrer la santé. Et parfois malheureusement, la prise en charge arrive trop tard.

Combien sont –ils dans les hôpitaux,  qui n’ont droit à aucune prise en charge, parce que les frais de ceci ou de cela n’ont pas été payés. Combien sont-ils chaque jour, à se rendre auprès des charlatans, dans des églises dites de réveil et se trouvent entre les griffes des bonimenteurs, qui leur promettent monts et merveilles avec à la clé, une souffrance plus aigue, plus vivace et parfois la mort ?

La convention met en avant quatre principes fondamentaux concernant les enfants

La non-discrimination, l’intérêt supérieur de l’enfant, le droit de vivre, survivre et se développer ainsi que le respect des opinions de l’enfant.

De manière plus précise,

Le droit d’avoir un nom, une nationalité, une identité

Le droit d’être soigné, protégé des maladies, d’avoir une alimentation suffisante et équilibrée

Le droit d’aller à l’école

Le droit d’être protégé de la violence, de la maltraitance et de toute forme d’abus et d’exploitation

Le droit d’être protégé contre toutes les formes de discrimination

Le droit de ne pas faire la guerre, ni la subir

Le droit d’avoir un refuge, d’être secouru, et d’avoir des conditions de vie décentes

Le droit de jouer et d’avoir des loisirs

Le droit à la liberté d’information, d’expression et de participation

Le droit d’avoir une famille, d’être entouré et aimé…

 

Nicole Ricci Minyem

 

Leave a comment

Economie

Santé

Videos

Newsletter

Please type your full name.Invalid email address.