31/07
Cameroon: Tenor spends first night at New Bell prison
30/07
Bacc 2021 results: Restive South West region tops classification chart with 83.73%
30/07
Tokyo 2020 Olympics: Four times Africa champion, Hortence Mballa Atangana crashes out
30/07
Manifestation publique: une marche de soutien au président de la République interdite à Douala
30/07
Le ministre du Commerce dévoile les vrais prix du ciment Cimencam dans les villes de…
30/07
Diaspora: une camerounaise d’origine nommée sénatrice au Canada
30/07
IMF approves new triennial support to Cameroon worth FCFA 375B
30/07
Three Cameroonians napped after stealing FCFA 15M from Gabonese boss
29/07
Destruction des régions du Nord et Sud Ouest : le rapport d’Amnesty International qui accable…
29/07
Cameroon vows to wage ceaseless campaign against Boko Haram following countless attacks
29/07
Tragédie: une famille camerounaise décède dans un incendie en RCA
29/07
Vaccin anti – Covid : Déjà quatre milliards de doses injectées dans le monde
29/07
Douala : Célestine Ketcha Courtès et ses pairs apportent leur soutien au Chef de l’Etat…
29/07
Calixthe Beyala: «ces influenceuses qui risquent amener nos jeunes vers les dérives»
29/07
Un réseau de faux agents de la présidence de la République démantelé
29/07
Crise anglophone: plus de 4,200 personnes ont fui Nwa dans le Nord-Ouest en l’espace de…
29/07
En France, un lieutenant camerounais sort major de l'école de guerre de Saint Cyr
29/07
Le camerounais Basile Njei dans la liste très convoitée des médecins les plus honorés aux…
29/07
Adamawa: Four including three-year-old perish in road accident
29/07
Extrême Nord : boko haram fait de nouvelles victimes
  • Vous êtes ici :  
  • Accueil
  • Société
  • Société
  • Christian TRIMUA : « L’homosexualité n’est pas un droit de l’Homme »

Christian TRIMUA : « L’homosexualité n’est pas un droit de l’Homme »

mardi, 29 décembre 2020 21:47 Stéphane Nzesseu

Le ministre des droits de l’homme du Togo est péremptoire. Pour lui, l’homosexualité est une pratique « contre nature ».

 

Dans son pays le TOGO, un peu comme au Cameroun, la pratique de l’homosexualité n’est pas admise au sein de la population. Pour la plupart des togolais, il ne s’agit ni plus ni moins que d’une pratique « contre nature ». La sanction pénale au TOGO, c’est trois ans de prisons ferme et d’une très forte amende pécuniaire.

Au cours d’une conférence qu’il donnait ce lundi dans la capitale Togolaise, le ministre en charge des droits de l’homme a tenu à faire une précision : « L’homosexualité n’est pas un droit de l’homme ; ce qui est un droit de l’Homme, c’est le droit à la vie sexuelle ». Pour lui, il est hors de question de céder à la dépénalisation comme dans certains pays d’Afrique où  les droits des personnes LGBT (lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres) commencent à être  reconnus.

 

Le ministre Christian Trimua ajoute : « Le Code des personnes et de la famille définit le mariage comme l’union d’un homme à une femme. Ensuite le Code pénal incrimine tous les actes contre-nature entre des gens de même sexe ». Il a toutefois nuancé son propos en reconnaissant in fine que « ce que les uns et les autres font de leur vie sexuelle en catimini les engage ». Puisque la vérité est qu’il est impossible de mettre un policier derrière chaque personne au point d’entrer dans les chambres voir ce que chacun fait de son sexe.

 

 

Le ministre de Faure Gnassingbé intervenait ainsi à l’occasion d’un dîner de presse organisé à Lomé par le Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo dans le cadre de la journée internationale de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

 

Et c’est ce qui fait toute la complexité de cette question. Puisque d’un côté du fait des dispositions de la loi, il est interdit une pratique sexuelle. Mais d’un autre côté, tout le monde reconnaît d’une manière ou d’une autre qu’il est impossible de surveiller tout le monde. A la fin, c’est une question de responsabilité individuelle. C’est chacun, qui dans la liberté de son intimité, utilisera son sexe comme il l’entend. Et dans un contexte comme celui du Togo ou du Cameroun, il n’est pas possible que les praticiens de cette sexualité l’assument en public. C’est alors qu’ils tombent sous le coup de la loi. De ce point de vue, serait-ce possible de dire qu’il s’agit d’un droit individuel mais pas reconnu sur le plan collectif ?

 

Stéphane NZESSEU

Leave a comment

Du haut de 85 ans, le Chef de l’Etat a reçu debout, pendant plus de deux heures, les vœux du corps diplomatique…

Agenda

«July 2021»
MonTueWedThuFriSatSun
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031