Christian TRIMUA : « L’homosexualité n’est pas un droit de l’Homme »

mardi, 29 décembre 2020 21:47 Stéphane Nzesseu

Le ministre des droits de l’homme du Togo est péremptoire. Pour lui, l’homosexualité est une pratique « contre nature ».

 

Dans son pays le TOGO, un peu comme au Cameroun, la pratique de l’homosexualité n’est pas admise au sein de la population. Pour la plupart des togolais, il ne s’agit ni plus ni moins que d’une pratique « contre nature ». La sanction pénale au TOGO, c’est trois ans de prisons ferme et d’une très forte amende pécuniaire.

Au cours d’une conférence qu’il donnait ce lundi dans la capitale Togolaise, le ministre en charge des droits de l’homme a tenu à faire une précision : « L’homosexualité n’est pas un droit de l’homme ; ce qui est un droit de l’Homme, c’est le droit à la vie sexuelle ». Pour lui, il est hors de question de céder à la dépénalisation comme dans certains pays d’Afrique où  les droits des personnes LGBT (lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres) commencent à être  reconnus.

 

Le ministre Christian Trimua ajoute : « Le Code des personnes et de la famille définit le mariage comme l’union d’un homme à une femme. Ensuite le Code pénal incrimine tous les actes contre-nature entre des gens de même sexe ». Il a toutefois nuancé son propos en reconnaissant in fine que « ce que les uns et les autres font de leur vie sexuelle en catimini les engage ». Puisque la vérité est qu’il est impossible de mettre un policier derrière chaque personne au point d’entrer dans les chambres voir ce que chacun fait de son sexe.

 

 

Le ministre de Faure Gnassingbé intervenait ainsi à l’occasion d’un dîner de presse organisé à Lomé par le Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo dans le cadre de la journée internationale de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

 

Et c’est ce qui fait toute la complexité de cette question. Puisque d’un côté du fait des dispositions de la loi, il est interdit une pratique sexuelle. Mais d’un autre côté, tout le monde reconnaît d’une manière ou d’une autre qu’il est impossible de surveiller tout le monde. A la fin, c’est une question de responsabilité individuelle. C’est chacun, qui dans la liberté de son intimité, utilisera son sexe comme il l’entend. Et dans un contexte comme celui du Togo ou du Cameroun, il n’est pas possible que les praticiens de cette sexualité l’assument en public. C’est alors qu’ils tombent sous le coup de la loi. De ce point de vue, serait-ce possible de dire qu’il s’agit d’un droit individuel mais pas reconnu sur le plan collectif ?

 

Stéphane NZESSEU

Leave a comment

Economie

Innocent D.H. Publié le lundi, 23 novembre 2020 14:35
Cameroun-Plan triennal spécial jeunes : 1 325 projets financés à hauteur de 3,5 milliards de FCFA

Le Ministre de la Jeunesse (Minjec) a récemment achevé sa tournée nationale de remise des financements et de matériels aux…


Innocent D.H. Publié le dimanche, 22 novembre 2020 16:35
Sous-région Cemac : Les banques commerciales refusent 50 milliards de FCFA de la Beac

La frilosité des banques installées dans la sous-région vis-à-vis des injections hebdomadaires de la Banque des Etats de l’Afrique centrale…


Santé

Nicole Ricci Minyem Publié le vendredi, 20 novembre 2020 13:37
Lutte contre le Vih /Sida : Comment atteindre les objectifs 90 – 90 – 90 d’ici cinq ans

Le réseau Camerounais des associations des personnes vivant avec le Vih/Sida propose des pistes de solutions, parmi lesquelles l’amplification rapide…


Liliane N. Publié le vendredi, 20 novembre 2020 07:18
Alerte: Déjà 15 malades d’insuffisance rénale décédés faute de soins à Bertoua

Les malades d’insuffisance rénale continuent d’attendre l’action du Dr Malachie Manaouda, ministre de la Santé publique, qui a promis de…


Videos

Newsletter

Please type your full name.Invalid email address.