11/06
Insécurité : « Le Cameroun a une longue expérience dans la gestion de ses crises…
11/06
Cameroun : 30% des décès maternels sont dus aux avortements clandestins
11/06
Hécatombe de la falaise de Dschang : Des familles toujours dans l'attente des corps
11/06
Cameroun - Minfi : Un imposteur empoche 333.600.000 Fcfa
11/06
Cameroun : Les Unes du vendredi 11 juin 2021
11/06
Financement de l’Entrepreneuriat Territorialisé : Les concertations se multiplient
10/06
Convention : Cimencam et trois structures publiques pour construire 2 000 logements
10/06
Nord : Oumarou Ousmanou porté au poste de président du Conseil régional après le décès…
10/06
Cameroun-Microfinance : Vision Finances double son capital à 4 milliards de FCFA
10/06
Région du Sahel : Macron annonce la fin de l’opération Barkhane
10/06
Lutte contre le Covid-19 : Une camerounaise met sur pied un nouveau traitement
10/06
Cameroun : Les biens de Pascal Monkam placés sous administration séquestre
10/06
Gifle contre Emmanuel Macron : L'agresseur condamné à 4 mois ferme avec mandat de dépôt
10/06
Organisation de la CAN 2021 : L’Algérie dément vouloir remplacer le Cameroun
10/06
Exploitation minière de Kana : Le responsable de China mining aurait tiré sur l’un de…
10/06
Mayo-Darlé : Les artisans exploitants des sables et graviers reçoivent du matériel d’exploitation
10/06
Journaux en kiosque ce 10 juin 2021
10/06
Lutte contre le terrorisme et l’insécurité : Les comités de vigilance du Mayo Danay équipés
10/06
CAN 2021 : Lady Ponce ne cesse de désapprouver l'hymne retenu pour la compétition
10/06
Kambele : Les activités minières suspendues
  • Vous êtes ici :  
  • Accueil
  • Société
  • Société
  • Catastrophe du Lac Nyos : 33 ans après, saura-t-on jamais les causes réelles de ce sinistre ?

Catastrophe du Lac Nyos : 33 ans après, saura-t-on jamais les causes réelles de ce sinistre ?

jeudi, 22 août 2019 07:02 Nicole Ricci Minyem

On est tenté de répondre par la négative. Les sollicitations faites au ministère de la Recherche Scientifique et de l’Innovation, n’ont donné aucun résultat, encore moins au ministère des Mines et du Développement Technologique.

 

Il n’a pas été possible de mettre la main sur un responsable, disposé à apporter  des réponses ou tout au moins, à orienter vers la source la mieux indiquée, apte à dire ce que les recherches ont démontré, 33 ans après le sinistre qui a causé la mort des centaines de camerounais, notamment à Su-Bum, un hameau situé à quelques dizaines de km du lac, à Cha’a et, tout le long de la vallée de la Fang. Ainsi que le déplacement des milliers autres.

L’on se souvient qu’il y’a trois ans, alors qu’on commémorait le 30ème anniversaire de la catastrophe du Lac Nyos, les résultats rendus publique par les scientifiques camerounais révélaient, que c’est l’explosion d’un nuage de gaz carbonique dans le lac, qui était à l’origine de la catastrophe. Toutefois, ils ont omis d’apporter des réponses définitives et, l’on ignore toujours si ce bassin est d’ordre volcanique et s’il est, par conséquent, susceptible de se reproduire dans les prochaines années.

 

Branle bas, au lendemain de la catastrophe  

L’on se souvient qu’au lendemain de cette funeste soirée du 22 Août 1986, après la découverte des cadavres des hommes et des animaux, des scientifiques venus du monde entier ont rejoint les équipes camerounaises, pour tenter de trouver des réponses.

Seulement, nos confrères de Jeune Afrique, Ces derniers se sont constitués en camps rivaux, plus occupés à faire valoir leur point de vue, qu’à faire naître une vérité scientifique fondée sur des faits. Première arrivée sur les lieux, la française, conduite par Haroun Tazieff, avait soutenu que le volcan sous-jacent au lac Nyos a expulsé, au cours d’une éruption phréatique, un nuage de vapeur brûlante avec une forte concentration de CO2.

Or, les américains et les experts islandais qui les ont rejoints, avaient estimé que c’est un détonateur interne ou externe qui a pu déstabiliser la couche supérieure des eaux faisant office de bouchon et, le lac a spontanément vomi une bulle de gaz toxique : « les eaux contenant le gaz carbonique se sont ainsi retrouvées en surface, ce qui a favorisé les émanations gazeuses. Comme le gaz carbonique est une fois et demie plus lourd que l'air, en s'échappant du cratère, il s'est dispersé au niveau du sol sur une grande surface jusqu'aux villages et prairies environnants, causant la mort des villageois et de leurs troupeaux… ».

Un avis partagé à l’époque par les camerounais qui, ont invité les victimes à rejoindre leur village. Ces dernières vivent un autre type de traumatisme aujourd’hui : le terrorisme.

 

Nicole Ricci Minyem   

 

Leave a comment

Aux termes des travaux sur la finalisation des chantiers du plan d’urgence triennal 2015 – 2017, le ministre de l’Habitat et du…

Agenda

«June 2021»
MonTueWedThuFriSatSun
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930