11/06
Insécurité : « Le Cameroun a une longue expérience dans la gestion de ses crises…
11/06
Cameroun : 30% des décès maternels sont dus aux avortements clandestins
11/06
Hécatombe de la falaise de Dschang : Des familles toujours dans l'attente des corps
11/06
Cameroun - Minfi : Un imposteur empoche 333.600.000 Fcfa
11/06
Cameroun : Les Unes du vendredi 11 juin 2021
11/06
Financement de l’Entrepreneuriat Territorialisé : Les concertations se multiplient
10/06
Convention : Cimencam et trois structures publiques pour construire 2 000 logements
10/06
Nord : Oumarou Ousmanou porté au poste de président du Conseil régional après le décès…
10/06
Cameroun-Microfinance : Vision Finances double son capital à 4 milliards de FCFA
10/06
Région du Sahel : Macron annonce la fin de l’opération Barkhane
10/06
Lutte contre le Covid-19 : Une camerounaise met sur pied un nouveau traitement
10/06
Cameroun : Les biens de Pascal Monkam placés sous administration séquestre
10/06
Gifle contre Emmanuel Macron : L'agresseur condamné à 4 mois ferme avec mandat de dépôt
10/06
Organisation de la CAN 2021 : L’Algérie dément vouloir remplacer le Cameroun
10/06
Exploitation minière de Kana : Le responsable de China mining aurait tiré sur l’un de…
10/06
Mayo-Darlé : Les artisans exploitants des sables et graviers reçoivent du matériel d’exploitation
10/06
Journaux en kiosque ce 10 juin 2021
10/06
Lutte contre le terrorisme et l’insécurité : Les comités de vigilance du Mayo Danay équipés
10/06
CAN 2021 : Lady Ponce ne cesse de désapprouver l'hymne retenu pour la compétition
10/06
Kambele : Les activités minières suspendues

Carnet Judiciaire : Sept militaires camerounais devant la barre ce lundi

lundi, 19 août 2019 13:42 Nicole Ricci Minyem

Ils ont entre autre accusés de Co action d’assassinat, violation de consignes et complicité d’assassinat suite à l'affaire d'exécution sommaire de femmes et d'enfants qui a fait les choux-gras de la presse il y a un an. 

 

C’est en Juillet 2018 que la vidéo a circulé sur les réseaux sociaux, causant un tollé général, entre ceux qui affirmaient mordicus que les éléments de l’armée camerounaise ne peuvent aussi froidement assassiné des femmes et des enfants et d’autres, qui semblaient croire qu’au sein de la grande muette, on peut compter quelques brebis galeuses.

S’en est suivi une guerre d’informations avec des communications gouvernementales, une enquête qui a conduit à l’arrestation de ceux qui doivent passer devant le juge au tribunal militaire ce jour.

Il faut relever quel les organismes internationaux tels que le Collectif Bellingcat et Amnesty International ont joué un grand rôle pour l’avancée de cette enquête, peut être moins que BBC qui a réussi à trouver le lieu de l’exécution de ces pauvres victimes.

 

Ambiance au tribunal militaire

Il n’était pas évident d’avoir accès à la moindre information ce matin de ce côté et, les journalistes étaient interdits d’accès. Néanmoins, en rôdant dans les parages, nous avons rencontré quelques membres du collectif des Droits de l’Homme à l’instar de La maison des droits de l'homme du Cameroun ou encore Le Comité National des Droits de l'Homme et des Libertés.

Ils veulent accompagner les membres des familles présentes, afin qu’ils ne se sentent pas seuls comme l’affirme Thomb Jean Marc : « Nous suivons cette affaire depuis le début et, nous voulons être là jusqu’au bout. Certes, nous n’avons pu avoir accès à la salle d’audience et nous ne sommes même pas certains que ces assassins seront jugés aujourd’hui, nous ne les avons pas vu mais, nous allons rester ici pour soutenir ces pauvres gens et, espérer, non œuvrer pour que justice leur soit rendue et que les assassins de leurs proches payent le prix fort… ».

Khalida est la sœur cadette de la dame qui portait le bébé au dos. Elle précise que les derniers mois ont été très difficile et c’est avec beaucoup de peine qu’elle a accepté de se confier à nous : « Je n’ai même pas la force de vous parler madame, nous n’arrivons pas à faire notre deuil, surtout que personne en dehors de ces gens qui nous accompagnent ne nous ont soutenu. J’ai effacé ces vidéos mais, je sais que beaucoup de gens, ici et dans les autres pays ont gardé ça. Comment quelqu’un peut avoir le cœur de tirer sur un enfant, un petit bébé ? Dans une guerre, qu’est ce qui peut expliquer qu’on tire ainsi sur un enfant (moment d’émotion avec des larmes) mais, nous savons que Dieu veille et nous les pauvres, nous qui n’avons personne, nous ne pouvons que lever les yeux vers le Seigneur, il va nous rendre justice… ».

Au moment où nous partions de là, le procès n’avait pas encore commencé.

 

Nicole Ricci Minyem

 

Leave a comment

Le Rassemblement démocratique du peuple camerounais par le biais du Pr Jacques Fame Ndongo son Secrétaire national à la Communication, fait savoir…

Agenda

«June 2021»
MonTueWedThuFriSatSun
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930