Cameroun : Mouvement d’humeur de plus de 400 gardiens de la société des Plantations du Haut-Penja dans le Moungo

mercredi, 20 novembre 2019 08:24 Innocent D H

Ces employés ont manifesté à la suite de leur compression au sein de cette entreprise agro-industrielle. Ils exigent des clarifications sur leur situation et le payement de leurs droits sociaux, une manifestation qui a paralysé certaines activités et même la circulation routière dans des localités du département du Moungo. 

 

Selon les informations relayées dans le journal télévisé de 20 heures sur la chaine camerounaise Equinoxe TV ce mardi, ce sont plus de 400 agents de sécurité qui ont bloqué les accès de la société des Plantations du Haut Penja (PHP) dès les premières heures de la journée du 19 novembre 2019. Ces employés s’insurgent contre le montant jugé « insignifiant » des indemnités arrêtés par l’entreprise dans le cadre d’une compression des effectifs. Cette multinationale compte se séparer de ces 435 agents de sécurité, apprend-on de la même source. « Cette entreprise est entrain de se débarrasser de nous sans nous payer comme cela se doit. Hier, ils nous ont fait comprendre que Paul Biya a décidé depuis 2014 que les sociétés ne devraient plus utiliser leurs propres gardiens, car les sociétés de gardiennage sont chargées de le faire. Depuis 2014, la PHP n’a pas appliqué l’arrêté présidentiel », dénonce l’un des grévistes ayant requis l’anonymat.   

La société des PHP voudrait par cette mesure confier désormais, le département sécurité à un sous-traitant. Les grévistes trouvent cette décision maladroite, ils crient à l’abus du fait de leur licenciement jugé abusif au regard du montant dérisoire qui leur est offert à titre de compensation. Les manifestants décidés à aller jusqu’au bout de leur mouvement d’humeur, même l’intervention des autorités administratives n’a pas pour autant réussi à les calmer. Ils sont décidés de s’adresser directement au Directeur général, accusé aussi dans la foulée d’être la cause de leur mauvais traitement pendant de nombreuses années. « Lorsqu’ils nous mettent à la porte, nous ne sommes pas payés comme il se doit. Quand nous demandons nous-mêmes notre départ, ça se comprend, mais pour le cas actuel nous sommes forcés de partir. Nous assimilons cette situation à une retraite anticipée », ajoute le gréviste.

La réaction de l’entreprise  

Certains responsables de la société des PHP présents sur les lieux ont fait savoir que le Directeur général a donné l’ordre de rétablir les employés grévistes dans leur fonction. Signalons qu’un autre mouvement d’humeur a été observé à quelque kilomètres du site. Il s’agit du Centre africain de recherche sur les bananiers et plantains de Njombé. Les employés ont bloqué une partie de la route nationale N°5 revendiquant 29 mois de salaires impayés. 

Vu l’ampleur de la grogne, la Direction générale de la société des PHP annonce la suspension de la décision relative à l’externalisation des activités de gardiennage. Une annonce contenue dans un communiqué rendu public ce 19 novembre à la suite de la rencontre entre les représentants des gardiens, autorités administratives et les directeurs de l’entreprise. Deux résolutions sont dans le viseur, la première porte sur une réunion prévue ce mercredi à la cantine centrale de la société des PHP. Au cœur de la réunion, les conditions de départ volontaire ou de maintien en activité des gardiens. 

 

Innocent D H 

 

Leave a comment

Economie

Santé

Videos

Newsletter

Please type your full name.Invalid email address.