Calixthe BEYALA : « Avant d’entrer en politique, il convient d’avoir un métier… »

mercredi, 23 décembre 2020 08:37 Stéphane Nzesseu

L’écrivaine fait ici une réflexion fondamentale. Les hommes politiques camerounais sont très souvent vidés de leur substance à cause des influences de l’argent. Ils cessent de penser notre société pour la panse.

 

Calixthe BEYALA dans une sortie sur son profil Facebook affirme : « Avant d'entrer en politique, il convient d'avoir un métier qui vous assure de quoi loger, manger, éduquer vos enfants... être autonome financièrement. Faire de la politique sans aucun moyen économique c'est courir le risque d'une errance politique, c'est aussi courir de parti en parti en quête de pitance, c'est tout sauf faire de la politique. Faire de la politique c'est avoir les moyens de sa politique qui vous permet d'avoir une idéologie et des positions bien à vous. C'est avoir les moyens pour demeurer incorruptible. »

Eh bien le mot est lâché. Il s’agit de lutter contre la corruption des hommes politiques. Pour l’intellectuelle et écrivaine camerounaise, avoir un emploi avant d’arriver en politique serait la solution pour rester intègre et ne pas se laisser entraîner ci et là, avec le risque de voir s’effriter la substance de leurs positions politiques. Avoir un emploi bien rémunéré pourrait mettre à l’abri. En effet, quand on n’a pas « faim », il est difficile de subir des chantages financiers. Encore que …

 

Manifestement, le postulat de Calixthe BEYALA a d’énormes limites. Car il faut bien reconnaître que le jeu politique c’est un jeu de rapport de force et de jeu de pouvoirs. De ce point de vue il arrivera tout le temps qu’en fonction des objectifs de chaque parti, dont le trait d’union est toujours la conquête du pouvoir, il arrivera donc que les jeux des alliances, des coalitions et autres peuvent parfois amener des politiques à accepter des liaisons de contre nature. De plus, il faut reconnaître que le maître mot devrait être l’intégrité des acteurs politiques. L’intégrité est une valeur, une qualité qui constitue une barrière contre la corruption.

Avoir un emploi, même bien rémunéré ne garantit pas qu’on aura les idées novatrices pour la société. Très souvent, quand on est très impliqué dans les affaires et que son revenu est très important, il plus probable d’avoir plus de conflits d’intérêts si l’on devient politicien. Aussi, tenir le postulat de Calixthe BEYALA voudrait également dire que la pratique politique devrait redevenir la seule affaire des classes bourgeoises. Les sans-emplois ont eux aussi le droit de revendiquer un mieux-être et de porter aux affaires un des leurs pour défendre leurs droits.

 

Stéphane NZESSEU

Leave a comment

Economie

Innocent D.H. Publié le mardi, 04 mai 2021 15:47
Réduction des délestages : Eneo va installer 30 transformateurs à Dschang

Energy of Cameroon (Eneo), concessionnaire du secteur de l’électricité au Cameroun, filiale du Britannique Actis, annonce qu’il va installer 30…


Mfoungo Publié le mardi, 04 mai 2021 12:35
Au Cameroun, l'exploitation illégale de bois de grande valeur nuit aux communautés forestières autochtones

Les peuples autochtones vivant dans les communautés forestières sont maintenant confrontés aux conséquences inquiétantes de l'exploitation forestière illégale lorsque leurs…


Santé

Nicole Ricci Minyem Publié le mercredi, 28 avril 2021 08:48
Semaine Mondiale de la Vaccination : Les réflexions vont bon train à Yaoundé

« Surmonter l'hésitation vaccinale au Cameroun » est le thème choisi par les responsables du ministère de la Santé Publique…


Nicole Ricci Minyem Publié le lundi, 26 avril 2021 14:17
Lutte contre le Paludisme : Une Camerounaise fabrique un pesticide

C’est le fruit de sept années d’efforts, au cours desquelles Agnès Antoinette Ntoumba – Doctorante en Sciences Biologique à l’Université…


Videos