Accidents routiers : La prévention répressive par embuscade

mardi, 29 décembre 2020 08:21 Stéphane Nzesseu

Les gendarmes et les acteurs de la prévention routière se présentent aujourd’hui, plus comme des « tendeurs de pièges » à l’endroit des usagers de la route. La prévention est en « brousse ».

 

C’est un véritable jeu de cache-cache auquel on assiste sur nos axes routiers. Les gendarmes, policiers ou agents de la prévention routière sont plus des collecteurs d’argents que de véritables partenaires des usagers de la route. C’est celui qui sera le plus malin qui s’en tirera soit avec une grosse somme d’argent parce qu’il aura réussi à piéger le conducteur, ou alors ce dernier qui fera de grosses économies, parce qu’il aura réussi à déjouer les manœuvres de ces agents sur la voie publique.

Les gendarmes sur nos axes routiers se cachent dans les brousses sur le trajet pour poster l’instrument de mesure et de photographie de vitesse. L’objectif est clairement de tendre une embuscade aux usagers qui, ne sachant exactement où se trouve l’agent, va essayer de rouler lentement pour ne pas se faire prendre. Et ces agents de la gendarmerie en embuscades sont aidés par une mauvaise signalisation sur nos axes routiers. En effet, lorsque su le parcours, on voit une plaque de signalisation qui indique le début de la limitation d’une vitesse, jamais vous ne verrez la suite de la signalisation qui vous indique à quel niveau exactement s’achève cette limitation. Un vide sur lequel surfe les agents de gendarmerie en embuscade pour vous infliger des sanctions à tout va.

 

Une mauvaise signalisation qui participe à l’embuscade…

 

A tout instant sur la route, les usagers se sentent comme piégés. Et il arrive parfois qu’on assiste à des échauffourées entre gendarmes et usagers. Le dernier ne comprenant pas pourquoi on lui inflige une amende alors qu’il roule à 100 km/h sur l’axe lourd. Et pourtant, il n’y aucune plaque de signalisation visible sur le bout du tronçon où on dit l’avoir « flashé ».

Dans la suite, une chose curieuse dans cette politique d’embuscade, ce sont les sanctions qui sont les mêmes peu importe le forfait commis. Tout le monde verse 25.000 fcfa et ceci séance tenante. Si vous n’avez pas d’argent, votre véhicule ne bouge pas. Et dès cet instant, les gendarmes qui devraient être vos partenaires sur la route et assurer votre protection deviennent agressifs, voir intimidants ; Il faut à tout prix payer immédiatement. Et les caisses sont là, juste à côté. Pas besoin de reporter le paiement.

Bien malin qui dira avec certitude où ces reversées ces sommes importantes collectées chaque jour sur les axes routiers entre 07 heures et 17 heures. On comprend un peu pourquoi de plus en plus certains préfèrent voyager au milieu de la nuit.

 

Stéphane NZESSEU

Leave a comment

Economie

Innocent D.H. Publié le lundi, 23 novembre 2020 14:35
Cameroun-Plan triennal spécial jeunes : 1 325 projets financés à hauteur de 3,5 milliards de FCFA

Le Ministre de la Jeunesse (Minjec) a récemment achevé sa tournée nationale de remise des financements et de matériels aux…


Innocent D.H. Publié le dimanche, 22 novembre 2020 16:35
Sous-région Cemac : Les banques commerciales refusent 50 milliards de FCFA de la Beac

La frilosité des banques installées dans la sous-région vis-à-vis des injections hebdomadaires de la Banque des Etats de l’Afrique centrale…


Santé

Nicole Ricci Minyem Publié le vendredi, 20 novembre 2020 13:37
Lutte contre le Vih /Sida : Comment atteindre les objectifs 90 – 90 – 90 d’ici cinq ans

Le réseau Camerounais des associations des personnes vivant avec le Vih/Sida propose des pistes de solutions, parmi lesquelles l’amplification rapide…


Liliane N. Publié le vendredi, 20 novembre 2020 07:18
Alerte: Déjà 15 malades d’insuffisance rénale décédés faute de soins à Bertoua

Les malades d’insuffisance rénale continuent d’attendre l’action du Dr Malachie Manaouda, ministre de la Santé publique, qui a promis de…


Videos

Newsletter

Please type your full name.Invalid email address.