Fête de la Jeunesse : Le Cerac organise une opération de don de sang

vendredi, 08 février 2019 06:14 Liliane N.

 Ladite opération se déroule dans l’enceinte de l’Université protestante d’Afrique centrale à Yaoundé. 

 

Dans le cadre de la célébration de la 53e édition de la Fête de la Jeunesse, le Cercle des Amis du Cameroun (Cerac) depuis le mercredi 6 février 2019 se retrouve à l’Université protestante d’Afrique centrale (Upac) pour une opération de don de sang. Avant de procéder à l’opération, l’association caritative créée par Chantal Biya la Première Dame par la bouche du Dr Appolonie Noah Owona, a entretenu les étudiants et le personnel de l’Upac.

Dans son exposé, le Dr Appolonie Noah Owona s’est appesanti sur la pénurie du sang toujours décrié dans les banques spécialisées et les hôpitaux du pays. «Le don du sang est un geste de solidarité qui permet de sauver des vies. Il intervient généralement en situation d’urgence: cas d’accidentés de la route ou femmes en couche. Il n’y a aucun médicament capable de substituer le sang. C’est pourquoi nous sensibilisons les communautés, dont les étudiants constituent un important vivier, à se mobiliser pour donner un peu de sang. Nous sommes infiniment reconnaissant au Cerac et à Mme Chantal Biya pour leur contribution à cette œuvre», a-t-elle déclaré.

Il convient de préciser qu’alors que les besoins en transfusion sanguine sont estimés à environ 400 000 poches de sang par an, le Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) ne prélève que 91 000 dons de sang environ par an. Ainsi, plus de 300 000 transfusions sanguines ne sont pas réalisées par manque de sang. La Fédération camerounaise des donneurs bénévoles de sang (FECADOBES) explique que cette pénurie de sang est la conséquence de la réticence, qu'ont les camerounais pour le don de sang. Ils considèrent que cet acte n'est pas conforme à leur croyance religieuse. D’après certaines croyances, donner de son sang revient à commettre un péché. «Il n’est pas rare de voir un parent refuser de se faire extraire un peu de sang à transfuser pour son propre enfant», rapporte un médecin témoin de cette situation.

L’exposé du Dr Appolonie Noah Owona à l’Upac a permis de comprendre les enjeux de cette opération vivement saluée par le Révérend Pr. Bouba Mbima, le Recteur de cette institution universitaire. Il a loué l’action du Cerac car a-t-il relevé, elle va contribuer à sauver des vies. Il faut rappeler que cette opération n’est pas la première de ce genre organisée par le Cerac. «Nous avons commencé cette activité avec l’accident ferroviaire d’Eséka : il y avait un besoin criard en sang. L’opération avait alors été un succès parce que nous étions parties pour une collecte de 300 poches de sang par jour, mais nous avons atteint 400», a expliqué Mme Aïssa Motaze la Secrétaire générale du Cerac.

Liliane N.  

Leave a comment