Etat civil : Plus de 1300 actes de naissance établis à Dizangué

jeudi, 16 mai 2019 07:16 Marie MGUE

Plus de 1000 cartes nationales d’identité et 1300 actes de naissance ont été établis dans le cadre de l’Opération jugement supplétif, établissement des actes de naissance et cartes nationales d’identité, initiée  par le sous-préfet de Dizangué dans le but de régulariser la situation de certains habitants.

 

Ils étaient encore nombreux, ces habitants de Dizangué, une commune située dans le  département de la Sanaga-Maritime, région camerounaise du Littoral qui vivaient sans acte de naissance, encore moins de carte nationale d’identité. Des documents pourtant indispensables pour leur état civil. Pour remédier à cette situation, le Sous-préfet de Dizangué,  Jean-Jacques Nsang Ekonde, a initié l’Opération jugement supplétif, établissement des actes de naissance et cartes nationales d’identité, pour permettre à cette population, de régulariser leur situation. Depuis Juin 2018, cette opération a permis d’établir plus de 1000 cartes nationales d’identité et 1300 actes de naissance. « Jouissant de notre qualité de président de tribunal de premier degré, nous avons mis à contribution les autres, pour organiser l’Opération jugement supplétif, établissement des actes de naissance et cartes nationales d’identité », souligne le Sous-préfet au micro de la Crtv Littoral.

 

Pour permettre à un  grand nombre de personnes qui ne disposaient  pas de ces précieux   documents d’être enrôler dans le processus, des facilités leurs ont été accordées. « Nous avons reçu un kit immédiatement au niveau de l’arrondissement de Dizangué et un poste d’identification qui a été redynamisé », relève Jean-Jacques Nsang Ekonde. Un dispositif qui a permis de toucher un plus grand nombre de la population. Cette opération  avait également pour but de sensibiliser les populations sur la nécessité de disposer de ces documents.

 

L’établissement des actes de naissance au Cameroun est  régi  par l’ordonnance  81-02 du 29 juin 1981. D ‘après cette ordonnance,  la mère, le père de l’enfant ou toute autre personne ayant assisté à la naissance peut déclarer la naissance de l’enfant, dans la mairie territorialement compétente, dans les 30 jours suivant la naissance. Ce qui n’est pas généralement pas le cas, principalement dans les zones rurales.  A son article 33, cette ordonnance stipule que lorsque la naissance n’a pas été déclarée dans le délai de trois mois, elle ne peut être enregistrée par l’officier d’état civil qu’en vertu du jugement rendu par le tribunal compétent.

 

Marie MGUE

Leave a comment

Economie

Innocent D H Publié le lundi, 20 janvier 2020 13:45
Dialogue Etat-Secteur privé : Le patronat sollicite un rapprochement avec le Chef de l’Etat

Dans une tribune qui a pour titre « Relever les défis des entreprises et de l’économie », parue dans un…


Innocent D H Publié le samedi, 18 janvier 2020 13:31
Sommation : La Beac demande aux banques de lui transmettre les données de leurs transactions

C’est une injonction de la Banque des Etats de l’Afrique centrale entre vigueur dès cette année 2020. Tous les établissements…


Santé

Videos

Newsletter

Please type your full name.Invalid email address.