Garoua : Plus de 229 femmes ont utilisé les contraceptifs de janvier à février 2019

lundi, 25 mars 2019 15:26 Félix Swaboka

Le  Centre de la Promotion de la Femme de Garouan dans la région du Nord au Cameroun, entend multiplier des campagnes pour accroître les chiffres.

 

Selon  spécialiste  en charge du planning  familial  au Centre de promotion de la femme de Garoua, c’est la pilule-injection qui a battu le record dans la période allant de janvier à  février  2019 dans ce centre hospitalier. L’utilisation des contraceptifs se remarque dans toutes les couches sociales. Mais les femmes dites lettrées sont les plus intéressées.

« Avant  j’utilisais les préservatifs, puis une fois, pendant la campagne de sensibilisation sur les différentes méthodes de contraception, je me suis dit puisque c’est distribué gratuitement, pourquoi ne pas essayer les implants ? Et donc j’ai opté pour les implants après deux ans je me suis rendu au centre de la promotion de la femme de Garoua  où je les ai retirés, parce que mon mari réclamait un nouveau bébé. Après la naissance de mon  enfant, j’ai recommencé à prendre le contraceptif injectable, jusqu’à ce jour. C’est de commun accord avec mon époux que j’utilise ces contraceptifs », explique Mme Célestine.

Les méthodes de barrière, injectable, chirurgicales, naturelles, des implants, des DIU ou stérilet… voilà l’essentiel des méthodes de contraception promues  au Centre de promotion de la Femme de Garoua.  Selon Hélène Limangna, agent de santé dans ce centre, toutes ces méthodes de contraception modernes offrent une excellente protection contre les grossesses non désirées excepté la méthode de barrière qui protège en plus contre les maladies sexuellement transmissibles (MST) et les infections sexuellement transmissibles (IST).

Tous ces contraceptifs sont efficaces et pourtant ils se diffèrent au niveau de leur popularité et de la demande. Les statistiques du centre de promotion de la femme  de Garoua, pour la période de janvier à février 2019, montrent que 229 femmes ont utilisé contraceptifs. 2017  femmes ont utilisé la méthode injectable qui comporte le Depo Provera et la Sayana press. Selon, nos informations, la demande de la méthode injectable Sayana Press est tellement croissante sur le marché que les experts craignent que la Depo provera disparaisse.  Quant à la méthode orale, il s’agit là des pilules et on peut avoir, entre autres le Mycrogynon ed Fe.

Il y a également la méthode des implants qui sont deux petits bâtonnets qu’on implante dans la peau au niveau d’un des bras. Ils ont une durée de validité variant de trois à cinq ans selon le choix du patient. Le DIU (Dispositif intra utérine) ou stérilet est un contraceptif qu’on place de manière technique dans l’utérus de la femme. Les stérilets, ont une durée de validité plus longue que toutes les autres méthodes. Ils peuvent avoir une durée allant à plus de dix ans.

Pour ce qui est des méthodes chirurgicales, la particularité c’est qu’il n’y a pas de possibilité de renoncer ensuite pour éventuellement enfanter. Les demandes sont très limitées pour cette méthode, les patients ne le font qu’en cas de problème de santé grave.

 

Félix Swaboka

Leave a comment

Economie

Innocent D.H. Publié le mardi, 21 juillet 2020 08:08
Produits pétroliers : Le Cameroun lance un appel d’offres international de 465 000 tonnes

Le ministre camerounais de l’Eau et de l’Energie (Minee), Gaston Eloundou Essomba vient de lancer un avis d’appel d’offres pour…


Innocent D.H. Publié le vendredi, 17 juillet 2020 15:52
Transport aérien : Le Président Paul Biya ordonne la privatisation de la Camair-Co

C’est la quintessence d’une correspondance adressée le 14 juillet dernier au Premier ministre, Chef du Gouvernement par le Secrétaire général…


Santé

Liliane N. Publié le jeudi, 09 juillet 2020 14:44
Le camerounais Arthur Zang invente un système intelligent de production d’oxygène médical

La nouvelle invention d’Arthur Zang qu’il a baptisée Oxynnet peut bien servir en cette période crise sanitaire. Arthur Zang vient…


N.R.M Publié le mercredi, 24 juin 2020 11:25
Lupus Érythémateux Systémique : « Ces malades qui meurent »

C’est à travers une lettre ouverte que Ghislaine Mangoua Kamcheu, présidente de l’association « J’ai un Lupus », maladie auto-immune,…


Videos

Newsletter

Please type your full name.Invalid email address.