Garoua: l’ACMS fait appel aux technologies nouvelles dans le réseau ProFam

samedi, 27 octobre 2018 10:36 Mfoungo

L’atelier de formation de l’équipe du Programme d’Accès aux Services de la Santé de la Reproduction à l’utilisation de nouvelle technologie s’est tenu à Garoua du 23 au 25 octobre 2018.

 

Se maintenir au niveau des standards internationaux en matière de qualité de services est une préoccupation permanente du staff dirigeant du Programme d’Accès aux Services de la Santé de la Reproduction (PAS/SR) à travers le réseau ProFam. C’est fort de ceci, que ce programme, mise en œuvre dans les régions septentrionales et de l’Est, sous un financement bilatéral du Cameroun et de l’Allemagne, a décidé de recourir aux technologies nouvelles dans le déploiement de son volet « Assurance Qualité ».

Le HNQIS(Health Network QualityImprovement System) puisqu’il s’agit de lui, est une application développée par Population Services International (PSI), pour permettre aux Coordonnateurs Assurance Qualité (CAQ) de son réseau mondial de mener efficacement les visites de supervisions et assurer le suivi des prestataires de soins de santé. Téléchargeable sur Google Playstore, l’application fonctionne sur des smartphones et tablettes disposant d’un système Android, version 4.1 ou plus.

L’atelier de formation de l’équipe du PAS-SR à l’utilisation de cette nouvelle technologie s’est tenu à Garoua du 23 au 25 octobre 2018. Regroupant 38 participants, essentiellement les Coordonnateurs Assurance Qualité, la session de formation a été officiellement lancée par Dr Salifou COMPAORE, Chief of Party du PAS-SR et facilitée parmonsieur Aliou Boubacar Diarra, Chargé M-Health à PSI Mali et formateur des utilisateurs finaux du HNQIS pour les pays d’Afrique francophone.

L’atelier s’est achevé le 25 octobre 2018 sur une note de satisfaction des participants, désormais bien outillés à relever le défi de la qualité des services de planification familiale fournis par environs 800 prestataires des 377 formations sanitaires du réseau ProFam.

Félix Swaboka.

Leave a comment