21/09
Pour Valsero, le débat sur la présence du drapeau ambazonien lors de son concert au…
21/09
MRC: Maurice Kamto affirme que Michelle Ndocki reste militante de son parti politique
21/09
Attaques des Forces de Défense au Noso: selon l’armée, les Ambazoniens se font armés par…
20/09
Prise illégale d’intérêts : Les avocats d'Eric Dupond-Moretti veulent faire annuler sa mise en examen
20/09
Hommages: Jean de Dieu Momo salue la mémoire des soldats morts sur le front
20/09
Littérature: “ Dans les chemins de la Liberté, Énonciation d’une pensée”
20/09
Recettes douanières : Le Port de Kribi enregistre un chiffre record de 73,56 milliards au…
20/09
Extrême-Nord Cameroun : Plus de 800 présumés ex-combattants et associés de Boko Haram retournent au…
20/09
Assainissement : Yaoundé dispose désormais de sa première station de traitement des boues de vidange
20/09
Formation professionnelle : La Société Nachtigal Hydro Power Company s'engage à appuyer les structures camerounaises
20/09
Boko Haram: 67 écoles restent fermées dans l’Extrême-Nord
20/09
Close to 9,000 bitten, 140 killed by snakes in five years in Cameroon
20/09
Meurtre des élèves de Kumba: pour le Redhac de Maximilienne Ngo Mbe, les personnes condamnées…
20/09
Un avocat accuse Maurice Kamto d'avoir marché sur le sang des soldats récemment tués par…
20/09
Hervé Emmanuel Nkom sur le concert de Valsero: «il n’y avait pas un concert au…
20/09
Cameroon: Army silent over gruesome killing of soldiers in restive Anglophone region
20/09
Crise anglophone : le père d'un soldat décède trois jours après l’assassinat de son fils…
20/09
2021 AFCON Volleyball: Lionesses make history, lift trophy for third consecutive time
20/09
Les Unes des journaux du 20 septembre 2021
19/09
“Entre deux Can à la maison” ou revue historique du football Camerounais de 1972 à…
  • Vous êtes ici :  
  • Accueil
  • Santé
  • Actualité
  • Région de l'Adamaoua : Des motos-ambulances pour aider les femmes à accoucher dans les formations sanitaires

Région de l'Adamaoua : Des motos-ambulances pour aider les femmes à accoucher dans les formations sanitaires

lundi, 23 août 2021 21:47 Innocent D.H.

Ces motos-ambulances sont à même de parcourir les zones les plus enclavées pour aider les femmes à accoucher dans les formations sanitaires. Il s'agit ainsi, d'une solution innovante mise en place pour renforcer la santé maternelle, dans une région où les indicateurs de la santé sont au-dessus de la moyenne nationale, indiquent des sources sanitaires.

 

A en croire les explications Jean Moutsina, chef du district de santé de Tignère, département du Faro et Deo. « Ces engins permettent de référer les femmes enceintes des communautés vers les centres de santé, mais également des centres de santé soit vers les hôpitaux de district, soit vers les centres médicaux d'arrondissement (CMA) pour une meilleure prise en charge ».

L'on apprend que ces motos ne ressemblent pas à une ambulance classique mais elles sont une véritable roue de secours dans cette partie du pays, où les routes sont si mauvaises qu'il est difficile pour ces femmes d'atteindre les centres de santé en cas d'urgence. Et parmi les raisons avancées pour justifier les accouchements à domicile, il y a l'éloignement de la formation sanitaire. La moto-ambulance se présente ainsi comme une solution dans la mesure où elle peut parcourir des centaines de kilomètres sur une route impraticable ou tortueuse même en saison des pluies.

Hassana Yawa, formé à l'utilisation de ces engins raconte, « Lorsque les routes sont impraticables, nous garons la moto-ambulance là où c'est possible. Nous prenons une simple moto pour aller chercher la femme enceinte chez elle et venir l'installer dans la moto-ambulance. Nous sommes deux chauffeurs, le second aide souvent à pousser la moto en cas de problème ». Grâce à cet engin, la femme peut s'allonger complètement sur la civière dans le side-car, assistée d'une personne compétente et accompagnée d'un proche, confie-t-il.

Contribution des ménages

Les ménages doivent payer un taux forfaitaire annuel pour une meilleure appropriation communautaire de ces engins. « Chaque famille contribue à hauteur de 1 150 FCFA par an », indique Pascal Dawa, chef du centre de santé intégré (CSI) de Libong, à une vingtaine de kilomètres de Tignère.

Adamou Amadou, président du comité de gestion des moto-ambulances, fait savoir quand à lui qu'à Wogodoum, village situé à 80 km de Tignère, « les ménages doivent cotiser 2 400 l'an. Cette somme sert à réparer les pannes, à mettre du carburant et à "motiver" les conducteurs » qui travaillent bénévolement.

Innocent D H

Leave a comment

Dans une vidéo publiée lundi sur internet en français et en anglais en guise de déclaration à la proclamation de victoire de…

Agenda

«September 2021»
MonTueWedThuFriSatSun
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930