Réduire la mortalité infantile et maternelle : le rôle des sages-femmes mis en évidence

mardi, 15 octobre 2019 12:29 Otric N.

Elles ont été encouragées à être toujours sur le qui-vive et à bien faire leur travail.

 

Les rideaux tombent le vendredi 11 octobre sur le congrès conjoint des médecins spécialistes de la santé de la femme et de l'enfant ainsi que des gynécologues avec un accent particulier mis sur le rôle des sages-femmes dans l'accouchement.

Organisée par le Groupe Interafricain d'Etude, de Recherche et d'Application sur la Fertilité (GIERAF), la Société des Gynécologues et Obstétriciens du Cameroun (SOGOC) et l'Association Franco-Camerounaise pour la Santé de la Mère et de l'Enfant (AFCASAME) ont conclu que les sages-femmes sont les piliers en obstétrique.

Selon le président du SOGOC, le professeur Leke Robert, le gynécologue ne peut se passer des sages-femmes car ce sont elles qui attirent l'attention du gynécologue dans les cas difficiles. Il a dit qu'elles sont au centre de l'accouchement et qu'elles ont un rôle majeur à jouer pour assurer la survie de la mère et de l'enfant pendant l'accouchement.

Le Professeur Leke Robert a révélé qu'ils ont signé un protocole d'accord avec la société des sages-femmes au Cameroun afin de s'assurer qu'ils travaillent main dans la main pour réduire la mortalité infantile et maternelle au Cameroun.

Lire aussi : La santé des femmes et des nourrissons au cœur d’un symposium à Douala

Pour la présidente de l'AFCASAME, Dr Clarisse Kingue-Ekollo, la sage-femme est en première ligne dans la lutte contre la mortalité infantile et maternelle, ce sont elles qui suivent les femmes jusqu'à l'accouchement et les reçoivent pendant l'accouchement. Un gynécologue n'intervient que lorsqu'il y a un problème, a-t-elle ajouté.

Par conséquent, le Dr Clarisse Kingue-Ekollo estime que la sage-femme devrait toujours être sur le qui-vive pour pouvoir identifier le danger et attirer l'attention d'un médecin. Elle a clairement indiqué que les sages-femmes faisaient partie du congrès conjoint et a également reçu des leçons sur la façon d'identifier le danger et de sauver la vie de la mère et de l'enfant.

Rappelons que le taux de mortalité maternelle (MMRatio) est le nombre annuel de décès de femmes pour 100 000 naissances vivantes pour toute cause liée ou aggravée par la grossesse ou sa prise en charge (à l'exclusion des causes accidentelles ou accidentelles). Le MMRatio comprend les décès pendant la grossesse, l'accouchement ou dans les 42 jours suivant l'interruption de la grossesse, quelle que soit la durée et le lieu de la grossesse, pour une année déterminée.

 

Otric N.

 

Leave a comment

Economie

Innocent D H Publié le lundi, 20 janvier 2020 13:45
Dialogue Etat-Secteur privé : Le patronat sollicite un rapprochement avec le Chef de l’Etat

Dans une tribune qui a pour titre « Relever les défis des entreprises et de l’économie », parue dans un…


Innocent D H Publié le samedi, 18 janvier 2020 13:31
Sommation : La Beac demande aux banques de lui transmettre les données de leurs transactions

C’est une injonction de la Banque des Etats de l’Afrique centrale entre vigueur dès cette année 2020. Tous les établissements…


Santé

Videos

Newsletter

Please type your full name.Invalid email address.