Réchauffement climatique : La malaria et la dengue présentes en Suisse

mardi, 24 septembre 2019 12:09 N.R.M

D’après les représentants de la santé, certaines maladies tropicales pourraient se propager en Suisse suite aux fortes chaleurs de cet été.

 

Toutefois, les opposants à cette théorie dénoncent une propagande climatique.

Avec ses pics de chaleur à 40 degrés, la canicule de 2019 a battu des records en Suisse. En juillet seulement, il faisait au moins trois degrés de plus que la moyenne. Une alliance de médecins, d’infirmières, de sages-femmes et de physiothérapeutes sonne l’alarme: «C’est notre dernière chance avant que des dommages irréversibles ne nuisent à l’homme et à la nature», peut-on lire sur leur site internet.

Dans un «appel d'urgence à agir», l’Alliance suisse des professionnels de la santé pour le climat demande que la crise climatique soit reconnue comme une menace grave pour la santé. Le groupe ne met pas seulement en garde contre l’augmentation de la mortalité des personnes âgées et des maladies chroniques dues à la chaleur estivale, mais il note également que des agents pathogènes tropicaux et subtropicaux pourraient se propager si la situation climatique persiste.

« Si nous ne réduisons pas l’émission de gaz à effet de serre d'ici à 2050, nous risquons d'être infectés par le paludisme, la dengue et d'autres infections telles que le chikungunya ou le virus du Nil occidental en Suisse», explique Pietro Vernazza, membre de l'alliance et médecin en chef du département d’infectiologie à l'Hôpital cantonal de Saint-Gall. Aussi, les étés plus chauds et les hivers plus doux feraient de la Suisse un environnement propice à la prolifération de moustiques tropicaux.

Les professionnels de la santé pour le climat appellent les responsables politiques et autres décideurs à prendre les mesures qui s'imposent pour lutter contre le changement climatique s'ils ne veulent pas compromettre la santé de la population.

L'immunologiste Beda M. Stadler explique quant à lui qu'il ne faut pas s’affoler. D’après lui, il faudrait des décennies avant que les maladies tropicales deviennent un grave problème en Suisse. « Nous avons encore des hivers froids. Les moustiques ne peuvent pas survivre à cette température. Néanmoins, il convient de se préparer à l’éventualité que le pays soit touché par des maladies tropicales. Quant au réchauffement climatique, il ne peut pas être stoppé aussi rapidement. Il fera plus chaud même sans influence humaine ».

Pour le médecin, il faudrait plutôt prendre des dispositions plus simples à l’avenir pour éviter l'infection par des agents pathogènes. «Par exemple, en lavant davantage les aliments ouverts tels que les fruits et les légumes et en s’armant de moustiquaires. Quand nous allons au Mexique en vacances, nous sommes plus prudents dans la vie quotidienne. En Suisse aussi, on peut apprendre à gérer les dangers des maladies tropicales ».

Mais selon la conseillère nationales Yvonne Feri: «Il n’est pas nécessaire d’installer des moustiquaires et d’ingurgiter des médicaments contre les maladies tropicales.» La socialiste explique que les arguments de l'alliance confirment le besoin urgent d'une action politique contre les émissions de gaz à effet de serre. «Il est clair que le changement climatique entraîne aussi des problèmes de santé pour les hommes et les animaux. Les maladies tropicales n'en sont qu'une partie. La chaleur pourrait faciliter la pénétration des agents pathogènes dans l'eau potable. Les bactéries pourraient ainsi s’y développer».

Quant à Sebastian Frehner, conseiller national UDC, il s’oppose au constat de l’alliance: « L’idée selon laquelle des maladies tropicales profileraient en Suisse est excessive. Ce n’est rien de plus qu’une propagande naïve de la part des activistes du climat. » D’après lui, les températures ont toujours changé et influencé la santé des gens. «Si la température augmente, les gens mourront davantage des suite de maladies tropicales et moins à cause des grippes ».

 

N.R.M

 

Leave a comment

Economie

Santé

Videos

Newsletter

Please type your full name.Invalid email address.