Carnet judicaire : Soupçonnées de complicité de terrorisme trois femmes risquent la peine de mort

samedi, 27 juin 2020 12:15 Mfoungo

Détenues depuis plus de cinq ans dans une prison du Nord Cameroun pour « espionnage » au profit du groupe jihadiste boko haram, le procès des trois Camerounaises âgées de 20 ans a de nouveau été ajourné

 

Les avocats des mises en cause se sont confiés à nos confrères de l'AFP ce vendredi après le procès : « L'affaire a été renvoyée au 24 juillet, un sixième renvoi depuis l'ouverture du procès en janvier », a précisé Me Nestor Toko alors que ni le parquet, ni le ministère de la Justice n'ont souhaité commenter le dossier.

 

Retour sur les faits

 

Selon les déclarations une coalition d'une trentaine d'ONG locales et internationales : « Marie Dawandala, Damaris Doukouya et Martha Weteya n'avaient que 17 ans lorsqu'elles ont été interpellées dans l'extrême-Nord du Cameroun dans le cadre des opérations de lutte contre boko haram, très actif dans cette région…Elles ont déjà passé plus de 5 ans en prison, dont deux avec de très jeunes enfants… ».

 

Dans un communiqué, les responsables de cette Ong demandent aux autorités Camerounaises « De veiller à ce qu'elles reçoivent un jugement équitable et dans un délai raisonnable… ».

 

Compte tenu de leur âge au moment des faits allégués et des risques de contamination au coronavirus en prison, « ce sixième ajournement de suite est vivement préoccupant », a expliqué à l'AFP Delphine Lourtau, directrice du Centre Cornell sur la peine de mort dans le monde, membre de la coalition.

 

Les trois jeunes femmes encourent la peine capitale, d'après Me Toko, la justice les poursuivant pour « espionnage et complicité d'insurrection », selon une ordonnance judiciaire.

 

Dans ce document, il leur est notamment reproché de s'être « rendues en 2014 dans la localité camerounaise de Tourou dans le but de recueillir des informations sur les positions de l'armée camerounaise afin de faciliter une attaque de Boko Haram. Ce que réfute leur avocat ».

 

En 2016, le tribunal militaire de Maroua les avait déjà condamnées à mort, jugement qui avait été annulé en appel, selon la coalition d'ONG. Le ministère public avait décidé d'engager une nouvelle procédure contre elles devant le tribunal de Mokolo.

 

Arrestations arbitraires ?

 

Dans leur communiqué, Marie-Lina Samuel, coordinatrice du projet Afrique d'ECPM (Ensemble contre la peine de mort), affirme qu’ « Au plus fort des attaques du groupe jihadiste dans le Nord, les autorités camerounaises ont arbitrairement arrêté des centaines de partisans présumés de Boko Haram, dont beaucoup sans enquête approfondie, et les ont accusés de terrorisme… ».

 

Ce sont les termes qu’affectionnent les Organisations non gouvernementales qui prétendent se préoccuper des questions sécuritaires au Cameroun.

 

Elles ont toujours trouvé à redire sur les interpellations ainsi que l’incarcération des individus convaincus de terrorisme par les Forces de Défense Camerounaises et les magistrats.

 

Pour les responsables de ces Ong, les poseurs de bombes, les assassins et leurs complices sont de simples « victimes d’un système judiciaire corrompu qui boucle les enquêtes… ».  

 

Pas le moindre propos pour les familles dont les membres ont été  lâchement assassinées, même s’il faut convenir que certaines des jeunes personnes utilisées comme kamikazes étaient droguées mais, la quasi majorité a toujours péri avec leurs victimes.

 

En attendant le verdict du tribunal, il est important de relever que la peine de mort n'a pas été appliquée au Cameroun depuis plus de 20 ans.

 

Nicole Ricci Minyem

 

 

Leave a comment

Economie

Innocent D H Publié le jeudi, 02 juillet 2020 09:24
Zone de libre-échange : La Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique promet son soutien au Cameroun

Cette bonne nouvelle a été révélée au cours d’une audience au ministère du Commerce le 25 juin 2020. En effet,…


Mfoungo Publié le samedi, 27 juin 2020 13:00
La Santé Traditionnelle : « Axe de développement non négligeable pour l'économie nationale »

Tel est le point de vue développé par l’honorable François Biba – Député Pcrn après la rencontre le 25 Juin…


Santé

N.R.M Publié le mercredi, 24 juin 2020 11:25
Lupus Érythémateux Systémique : « Ces malades qui meurent »

C’est à travers une lettre ouverte que Ghislaine Mangoua Kamcheu, présidente de l’association « J’ai un Lupus », maladie auto-immune,…


Innocent D H Publié le lundi, 15 juin 2020 11:08
Journée mondiale du donneur de Sang : Les populations de la région du Nord sensibilisées sur l’importance du don volontaire de sang

La célébration de la Journée mondiale du donneur de Sang ce dimanche, 14 juin 2020 dans la région du Nord…


Videos

Newsletter

Please type your full name.Invalid email address.