Insécurité : 59 milliards pour soutenir les victimes de Boko Haram

samedi, 10 août 2019 14:19 Otric N.

Un fonds de stabilisation vient d’être mis sur pied par les pays membres de la Commission du Bassin du lac Tchad.

 

Il faudra désormais s’habituer au Fonds régional de stabilisation dans le cadre de la lutte contre Boko Haram. Au moment où la secte terroriste semble changer de méthode, les pays membres de la Commission du Bassin du lac Tchad (CBLT) ont de leur côté, décidé de réfléchir à de nouvelles stratégies pour faire face à ce fléau.

D’après Cameroon Tribune qui rapporte cette information, c’est dans le droit fil de la recherche de solutions à ce problème que le deuxième forum des gouverneurs des Etats et régions touchés par les exactions de Boko Haram, réunis à Niamey au Niger du 16 au 18 juillet 2019 a décidé de la création de ce Fonds. Au menu de ces assises, les priorités de la mise en œuvre de la stratégie de stabilisation du Bassin du lac Tchad qui a été adoptée par le Conseil des ministres de la CBLT à Abuja au Nigeria, il y a un an exactement.

Le Cameroun y était représenté par Midjiyawa Bakari et Jean Abate Edi’i, respectivement gouverneurs des régions de l’Extrême-Nord et du Nord. Aux côtés des représentants des Etats concernés, l’on a noté la présence des responsables de la Commission de l’Union africaine, de la CBLT, du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et du gouvernement allemand.

C’est ainsi que le Fonds régional de stabilisation, doté d’une enveloppe de 100 millions de dollars, soit environ 59 milliards de FCFA a vu le jour, pour une première phase. Celui-ci bénéficie du soutien d’un certain nombre de partenaires à l’instar de l’Allemagne, la Suède, l’Angleterre, l’Union européenne qui ont déjà pris à leur compte plus de la moitié des contributions. Il vient en appui aux efforts des gouvernements des pays membres de la Commission du bassin du lac Tchad.

Ce fonds, qui vient en appui aux efforts financiers déjà déployés par les gouvernements des pays membres de la CBLT, va permettre de consolider la sécurité, réhabiliter les services sociaux de base et relancer les activités économiques dans les zones touchées par les actions de Boko Haram. Il convient de souligner que les jeunes et les femmes, qui sont aujourd’hui les cibles les plus vulnérables des exactions de la secte terroriste devraient être au cœur du processus de stabilisation que vise ce Fonds dont la première phase de mise à exécution devrait débuter le mois prochain pour s’étaler sur deux ans.

Les travaux de Niamey ont abouti sur une dizaine de recommandations. Celles-ci saluent notamment l’action de la Force multinationale mixte (Fmm) et des armées nationales, qui a permis une maîtrise des actes menés sur le terrain par la secte terroriste. Le Cameroun va abriter le 3e forum des gouverneurs, en vue de faire le bilan de la première année de mise en œuvre et indiquer d’éventuelles réorientations de la stratégie de stabilisation.

 

Otric N.

 

Leave a comment