Agbor Balla appelle tous et chacun à donner une chance à la paix et à soutenir le processus de dialogue national

jeudi, 12 septembre 2019 10:33 Otric N.

Nkongho Felix Agbor alias Agbor Balla, fondateur/président du Centre pour les droits de l'homme et la démocratie en Afrique, s'est dit satisfait du message que le président Paul Biya a adressé au pays le 10 septembre 2019.

 

Nkongho Felix Agbor a déclaré mercredi que la convocation du "Dialogue national" pour résoudre la crise sociopolitique en cours dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun est très appréciée. "L'appel à un dialogue inclusif est très apprécié. Le gouvernement devrait maintenant permettre aux anglophones de diverses tendances politiques de se mobiliser, de s'organiser et de participer sans crainte d'être arrêtés ou punis pour leurs idées", a déclaré le fédéraliste impénitent.

L'avocat des droits de l'homme et vice-président de l'Association du barreau africain, responsable de l'Afrique centrale, a déclaré que le grand dialogue national imminent concerne l'avenir des anglophones et qu'ils devraient être autorisés à participer sans restriction. "L'annonce du dialogue inclusif devrait marquer la fin des arrestations d'anglophones pour leurs idées politiques. Ils devraient être autorisés à participer sans restriction.  Il s'agit de leur avenir", a-t-il dit.

Agbor Balla regrette que le Président Biya n'ait pas annoncé la libération de toutes les personnes détenues dans le cadre de l'aggravation de la crise dans la région du Nord-Ouest du Cameroun, mais les invite à assister au dialogue prévu pour discuter de cette question.

"J'exhorte ceux qui assisteront au dialogue national à appeler à la libération de toutes les personnes détenues dans le cadre de la crise, à la nécessité d'un amendement constitutionnel et à veiller à ce que la forme de l'État soit également discutée à la table du dialogue", a déclaré l'ancien Président de l'Association des avocats du Fako.

En effet, dans son discours de mardi, le président Paul Biya a laissé entendre que la grâce pourrait être accordée aux détenus anglophones si certaines conditions sont remplies. "Certes, cependant, dans le cadre d'un dialogue, d'un processus de paix ou de réconciliation nationale, la possibilité d'un pardon peut être envisagée, sous certaines conditions. Il est tout aussi vrai que, conformément à notre Constitution, le chef de l'État est habilité à exercer le droit de grâce."

Fort du message du Président Biya à la nation, Agbor Balla appelle tous et chacun à donner une chance à la paix et à soutenir le processus de dialogue. "Bien que mes attentes n'aient pas été pleinement satisfaites dans le discours, nous devrions donner une chance à la paix en soutenant le processus de dialogue."

 

Otric N. 

 

Leave a comment

Economie

Innocent D H Publié le lundi, 20 janvier 2020 13:45
Dialogue Etat-Secteur privé : Le patronat sollicite un rapprochement avec le Chef de l’Etat

Dans une tribune qui a pour titre « Relever les défis des entreprises et de l’économie », parue dans un…


Innocent D H Publié le samedi, 18 janvier 2020 13:31
Sommation : La Beac demande aux banques de lui transmettre les données de leurs transactions

C’est une injonction de la Banque des Etats de l’Afrique centrale entre vigueur dès cette année 2020. Tous les établissements…


Santé

Videos

Newsletter

Please type your full name.Invalid email address.