Emmanuel Sadi a-t-il lâché Jean de Dieu Momo ?

jeudi, 07 février 2019 10:45 Mfoungo

Après la sortie du ministre délégué auprès du ministre de la justice, Jean de Dieu Momo sur les antennes de la CRTV télé, son homologue de la Communication s'est empressé de publier un communiqué où il dit en somme que le ministre Momo ne s'exprimait pas en tant que ministre.

Le lundi 04 février 2019, lendemain du passage de Jean De Dieu Momo sur les antennes de la télévision nationale, le ministre de la Communication, René Emmanuel Sadi, publie un communiqué. Dans ce communiqué qui réagissait davantage à la sortie de l'ambassadeur d'Israël au Cameroun, le Mincom a choisi de donner Jean De Dieu Momo en Holocauste.
 
Le Mincom ouvre son communiqué par rappeler le contexte dans lequel son homologue s'est exprimé. "Au cours d'une émission télévisée à laquelle a pris part dans la soirée du dimanche 03 février 2019, un membre du gouvernement par ailleurs leader d'un parti politique, a tenu, accessoirement au sujet dont il traitait à titre principal des propos évoquant une période dramatique de l'histoire du peuple juif." 
 
Seulement, le ministre Sadi fait une nuance qui pour certains n'a pas lieu d'être. En effet, le ministre Momo avait été bel et bien invité par Ibrahim Shérif en sa qualité de ministre délégué. Toutes les annonces précédant la production de cet édition d'Actualité Hebdo montrent également cette indication.
 
Dans la suite de son communiqué, le ministre de la communication précise : "Le gouvernement de la République du Cameroun tient à souligner que le responsable politique concerné s'exprimait à titre personnel." Cette phrase est celle qui suscite plus de questions qu'elle n'apporte de clarté. En affirmant cela parait inexact étant donné que dès le début du programme, Jean De Dieu Momo a toujours parlé en sa qualité de ministre délégué auprès du ministre de la Justice.
 
René Emmanuel Sadi renchérit, "Le gouvernement camerounais déplore vivement les propos inappropriés de ladite personnalité et s'en dissocie totalement. Il rappelle que le Cameroun et l'État d'Israël entretiennent des relations historiques et excellentes, fondées sur une amitié solide et franche." Il isole son collègue et l'abandonne à son propre sort. Le ministre Momo qui se croyait défendre le gouvernement se trouve désormais dans une position où il lui sera difficile d'aller au charbon pour une équipe qui ne pourra jamais assurer ses arrières. Cette déclaration, daprès de nombreux citoyens camerounais, en dit long sur l'état de la cohésion gouvernementale dans notre pays.
 
Stéphane Nzesseu

Leave a comment