Ingérence française au Cameroun : L’honorable Mandio Peter William donne la parfaite réplique à Emmanuel Macron

lundi, 23 novembre 2020 10:24 N.R.M

Le Député Rdpc du Mbam et Inoubou n’a pas voulu laisser passer cette énième provocation du président français qui, le 16 novembre dernier, dans un entretien accordé aux journalistes Benjamin Roger et Marwane Ben Yahmed, travaillant pour le compte de Jeune Afrique, s’est laissé aller à une attitude paternaliste, condescendante, vis-à-vis du Président de la République du Cameroun.

 

Interrogé sur la question de la crise sécuritaire dans le Nord et le Sud Ouest, de même que sur les mesures préventives prises par le Gouvernement Camerounais par rapport à Maurice Kamto, Macron répond :      

« Pendant très longtemps, le Président Biya n’est pas venu en visite officielle en France. Nous avions eu des contacts par voie téléphonique, mais je lui avais demandé des gestes de confiance avant sa venue à Lyon, en octobre 2019…

Il les avait faits, il y a un an, avec un certain nombre de libérations. La situation s’est de nouveau tendue et j’invite le Président BIYA à effectuer des gestes d’ouverture. Lui aussi doit préparer le renouvellement et pacifier son pays, d’autant plus qu’il a un autre défi beaucoup plus grand : celui de l’avancée de boko haram…

La France n’a pas vocation à protéger des activistes qui cherchent à déstabiliser un pays, il vante les modèles gouvernants Ethiopien avec Abiy Ahmed, Rwandais avec Kagame et Ivoirien avec Alassane Dramane Ouattara ».

Poursuivant dans la même logique, Emmanuel Macron instruit « il instruit l’Union Africaine de trouver des solutions pour un renouvellement rapide de la classe dirigeante Africaine et de militer en faveur des alternances démocratiques… ».

L’élu de la Nation, président du Réseau des Parlementaires pour les Energies Renouvelables, à la lecture de cet entretien a réagi, en affirmant qu’il s’est senti outré et humilié. 

« De quel droit ? De quelle légitimité ? De quelle compétence le président Emmanuel Macron se permet-il de parler du Président Paul BIYA avec condescendance et désinvolture?

L’homme que le peuple souverain Camerounais a plébiscité le 07 octobre 2018 avec 72% de suffrages exprimés en sa faveur pour un mandat de 7 ans ne mérite pas pareille outrance venant de quelqu’un qui prend plaisir à héberger tous les casseurs des Ambassades Africaines et qui paradoxalement a maté avec délectation les mouvements des gilets jaunes en France.

De mémoire, le Président Paul BIYA n’a jamais eu recours aux assassinats pour accéder au pouvoir tel que l’on l’a vécu en Côte-d’Ivoire encore moins à la persécution des opposants pour s’y maintenir. Il est constant que tous les opposants Camerounais y compris les plus virulents vivent au Cameroun et participent joyeusement aux débats publics et aux élections.

C’est bien sous l’ère BIYA qu’on a noté le retour en masse de tous les exilés politiques. Contrairement aux châtiments les plus cruels qui sont réservés aux séparatistes en Ethiopie, ou aux opposants au Rwanda, l’on découvre parfois avec grand étonnement que les criminels arrêtés en zone anglophone reçoivent un traitement digne et sont présentés devant des tribunaux compétents pour répondre de leurs forfaits.

Il serait donc politiquement et intellectuellement malhonnête et inacceptable de la part du Président Français, de prendre l’Ethiopie, le Rwanda et la Côte-d’Ivoire en modèle de démocratie et de respect des droits de l’homme en Afrique.

Par contre, nous avons encore à l’esprit les horribles événements de la politique expansionniste meurtrière de la France dans certains pays Africains ; notamment en Lybie, au Mali, en Centrafrique, etc…

Le Président Paul BIYA, en sage Africain, respectueux des conventions internationales et de la souveraineté des peuples ne s’immisce jamais dans les affaires internes des pays frères et amis.

Dans la même veine, les représentations diplomatiques et consulaires installées sur notre territoire ont toujours bénéficié de la totale protection de nos forces de sécurité et de défense et d’une oreille diplomatique attentive de Yaoundé.

En tant que député de la nation, je dénonce et condamne cette énième ingérence du président Emmanuel Macron dans les affaires de notre pays. Le Cameroun est un Etat libre et indépendant depuis 1960.

Notre souveraineté est non négociable. L’époque des élites vassales et autres satrapes qui prenaient leurs instructions au Quai D’Orsay ou à l’Elysée est révolue. Les dirigeants Africains et leurs peuples méritent respect et considération. J’ai dit ».

 

N.R.M

 

Leave a comment

Economie

Innocent D.H. Publié le lundi, 23 novembre 2020 14:35
Cameroun-Plan triennal spécial jeunes : 1 325 projets financés à hauteur de 3,5 milliards de FCFA

Le Ministre de la Jeunesse (Minjec) a récemment achevé sa tournée nationale de remise des financements et de matériels aux…


Innocent D.H. Publié le dimanche, 22 novembre 2020 16:35
Sous-région Cemac : Les banques commerciales refusent 50 milliards de FCFA de la Beac

La frilosité des banques installées dans la sous-région vis-à-vis des injections hebdomadaires de la Banque des Etats de l’Afrique centrale…


Santé

Nicole Ricci Minyem Publié le vendredi, 20 novembre 2020 13:37
Lutte contre le Vih /Sida : Comment atteindre les objectifs 90 – 90 – 90 d’ici cinq ans

Le réseau Camerounais des associations des personnes vivant avec le Vih/Sida propose des pistes de solutions, parmi lesquelles l’amplification rapide…


Liliane N. Publié le vendredi, 20 novembre 2020 07:18
Alerte: Déjà 15 malades d’insuffisance rénale décédés faute de soins à Bertoua

Les malades d’insuffisance rénale continuent d’attendre l’action du Dr Malachie Manaouda, ministre de la Santé publique, qui a promis de…


Videos

Newsletter

Please type your full name.Invalid email address.