Crise anglophone : Human Rights Watch dresse un tableau sombre de la situation des personnes handicapées

lundi, 05 août 2019 13:11 Otric N.

« Les personnes handicapées dans les régions anglophones du Cameroun sont prises dans la violence et luttent pour fuir vers la sécurité lorsque leurs communautés sont attaquées », a déclaré Human Rights Watch dans un rapport daté du 5 août 2019. L’ONG affirme également que ces personnes ont des difficultés à obtenir l'aide nécessaire.

 

"Les personnes handicapées font partie des populations les plus marginalisées et les plus à risque de tous les pays touchés par la crise, et le Cameroun ne fait pas exception à la règle", a déclaré Emina Ćerimović, chercheuse principale en droits des personnes handicapées à Human Rights Watch. "L'intervention humanitaire des Nations Unies, terriblement sous-financée, exacerbe les risques, car de nombreuses personnes handicapées n'obtiennent même pas la satisfaction de leurs besoins fondamentaux." 

Au cours des trois dernières années, les régions anglophones du Cameroun ont été plongées dans un cycle de violence meurtrière qui a coûté la vie à environ 2 000 personnes et déraciné près d'un demi-million de personnes de leur foyer. Les personnes handicapées ont été attaquées et maltraitées par des belligérants, souvent parce qu'elles ne peuvent pas fuir. 

Le 13 mai, le Conseil de sécurité de l'ONU a discuté de la situation humanitaire au Cameroun lors d'une réunion informelle. Cela a donné un élan aux efforts internationaux pour faire face à la crise et une occasion d'envisager des mesures pratiques pour une réponse humanitaire efficace, en particulier pour les personnes les plus à risque.

Le Conseil de sécurité devrait inscrire officiellement le Cameroun à son ordre du jour en tant que point distinct afin qu'il puisse régulièrement faire face à la crise et mettre en lumière la situation humanitaire catastrophique dans le pays, ainsi que les graves violations des droits de l'homme par toutes les parties. 

Entre janvier et mai 2019, Human Rights Watch a interrogé 48 personnes handicapées vivant dans les régions anglophones, des membres de leur famille, des représentants d'agences de l'ONU et d'organisations humanitaires nationales et internationales pour déterminer comment la crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest a affecté de manière disproportionnée les personnes handicapées. 

Les personnes handicapées et les personnes âgées ont été parmi les personnes tuées, violemment agressées ou enlevées par les forces gouvernementales et les séparatistes armés.

Human Rights Watch allègue que des soldats du bataillon d'intervention rapide ont tué un homme de 43 ans ayant une déficience auditive et intellectuelle dans le village de Ntamru, dans la région du Nord-Ouest, le 05 mai, lorsqu'il n'a pas répondu à leurs questions. "Il a reçu une balle dans la tête et dans la poitrine", a déclaré un témoin à Human Rights Watch. 

La destruction des maisons et des biens a un effet accru sur les personnes handicapées, regrette Human Rights Watch.

Tout au long de la crise, Human Rights Watch a documenté de nombreux cas de personnes handicapées dont les maisons ont été brûlées par les forces de sécurité, ce qui les a privées d'environnements domestiques accessibles, d'abris et d'appareils et accessoires fonctionnels et les a déplacées de force. 

Un homme de 41 ans ayant un handicap physique a déclaré à Human Rights Watch qu'il avait perdu son fauteuil roulant après que des soldats eurent brûlé sa maison à Kumbo, dans la région du Nord-Ouest, le 03 décembre 2018 : "Ma maison a été rasée. J'ai eu de la chance de pouvoir m'échapper grâce à un ami qui m'a porté. Mais j'ai tout perdu, y compris mon fauteuil roulant, et je n'ai plus les moyens de me déplacer seul." 

Lors de certaines attaques, les personnes à mobilité réduite ne pouvaient pas fuir avec leur famille. Une femme de 27 ans, paralysée à la jambe gauche à cause de la polio infantile, a déclaré qu'elle était restée seule dans son village, Esu, dans la région nord-ouest, en mars 2018 : "Après trois jours d'affrontements et de tirs incessants, mes parents se sont enfuis et m'ont laissé seul à la maison. J'ai cherché refuge dans une maison voisine, mais les voisins sont partis aussi. Ma famille pensait qu'il était plus sûr pour moi de rester et de me cacher, plutôt que de me porter et de fuir. Mais j'avais vraiment peur." 

Les personnes handicapées qui ont réussi à fuir la violence ont lutté pour obtenir une aide humanitaire de base dans les zones où elles sont déplacées. Plus d'un quart des Camerounais qui ont besoin d'aide humanitaire vivent dans les régions anglophones, y compris plus d'un demi-million de personnes qui restent déplacées à l'intérieur du pays. Le plan d'intervention humanitaire des Nations Unies pour le Cameroun de 2019 n'est financé qu'à hauteur de 21 %. 

 

Otric N. 

 

Leave a comment

Economie

Santé

Videos

Newsletter

Please type your full name.Invalid email address.