Tunisie : Le Président Beji Caid Essebsi prêt à reprendre le travail

vendredi, 28 juin 2019 15:18 Nicole Ricci Minyem

L’annonce a été faite ce vendredi, par les autorités de Tunis et, pour eux, c’est le signal d’un retour à la normale après une agitation de 24 heures dans laquelle le dirigeant est tombé malade.

 

Beji Caid Essebsi, acteur majeur de la transition démocratique du pays, a été emmené jeudi dans un hôpital militaire après une grave crise de santé. Une  urgence sanitaire qui a coïncidé avec les attaques de deux kamikazes qui se sont fait exploser à Tunis, tuant un officier et blessant plusieurs autres.

 

Les attaques, revendiquées par l'État islamique, ont eu lieu des mois avant les élections et au plus fort de la saison touristique au cours de laquelle la Tunisie espère attirer un nombre record de visiteurs. Alarmés par la série de nouvelles inquiétantes, de nombreux Tunisiens ont qualifié jeudi cette journée de journée noire.

 

Toutefois, l’on a vécu comme un retour au calme ce vendredi. Des magasins ont rouvert dans la rue commerçante Charles De Gaulle et des cafés se sont massés dans la rue principale Habib Bourguiba. Les touristes et les tunisiens erraient sur les marchés normalement.

 

« Nous n'avons pas peur, nous n'abandonnerons pas. Nous continuerons nos vies et notre démocratie, ce qui les effraie », a déclaré une femme qui s'appelait Sana.

 

Le ministre du Tourisme, René Trabelsi, a déclaré aux journalistes que l'incident n'aurait pas d'incidence sur le tourisme dans le pays, ajoutant que les sites touristiques étaient sous surveillance stricte.

 

La porte-parole de la présidence quant à elle, a déclaré que la santé du Président tunisien s'était nettement améliorée et qu'il avait appelé le ministre de la Défense pour discuter de la situation dans le pays.

 

Dans une sortie, le Premier ministre Youssef Chahed a minimisé l'impact des attaques et a déclaré qu'il s'agissait d'un acte désespéré de l'effondrement de groupes terroristes.

 

La sécurité s'est améliorée depuis que les autorités ont imposé l'état d'urgence en novembre 2015 après la mort de dizaines de personnes, lors d'attaques d'activistes, l'une dans un musée de Tunis et l'autre sur une plage de Sousse. Une troisième attaque a visé 12 gardes présidentiels dans la capitale et tué 12 États islamiques. Ces actions avaient effrayé les vacanciers et les investisseurs, aggravant ainsi la crise économique.

 

Les choses ont changé. Les autorités affirment que le pays peut recevoir un million de touristes pour la première fois, cherchant à rétablir la confiance dans sa capacité à protéger ses revenus vitaux.

 

L'épisode santé d'Essebsi a soulevé des questions sur les médias sociaux concernant la gestion du pays au cas où le président sortant deviendrait vacant de manière inattendue. Mais Nourredine Benticha, l'un des principaux conseillers d'Essebsi, a déclaré qu'il n'y aurait pas de vacance constitutionnelle.

 

Nicole Ricci Minyem

 

Leave a comment

Economie

Santé

Videos

Newsletter

Please type your full name.Invalid email address.