RDC : Franck Diongo et Firmin Yangambi bénéficient de la grâce présidentielle

jeudi, 14 mars 2019 15:40 Nicole Ricci Minyem

Malheureusement, le président Félix Tshisekedi a ordonné la suspension du ministre des Affaires foncières, Lumeya Dhu Malegh. Ces décisions ont été prises ce 13 Mars à Kinshasa

 

La sortie du  directeur de cabinet du président, Vital Kamerhe devant les caméras de la télévision nationale, n’a pas véritablement surpris les congolais ce mercredi : « Conformément à ses promesses de campagne,  le président a signé les ordonnances visant à libérer plusieurs prisonniers politiques et d’opinion… ».

Franck Diongo avait été condamné en 2016, à cinq ans de prison, accusé de  séquestration aggravée, coups et blessures sur des agents de la Garde républicaine. Firmin Yangambi, arrêté en 2009, avait quant à lui avait écopé de vingt ans de prison. On lui reproche, entre autres d’être l’auteur principal d’une tentative d’organisation d’un mouvement insurrectionnel et détention d’armes de guerre.

 

D’autres acteurs bénéficient de la largesse présidentielle

Vital Kamerhe a également annoncé la libération conditionnelle d’Eugène Diomi Ndongala, évoquant un arrêté que le ministre de la Justice Alexis Thambwe Mwamba, actuellement en dehors de la capitale, devrait prendre dès ce jeudi , pour faire libérer l’opposant, condamné en 2014 à dix ans de prison pour viol sur mineures. Son parti, Démocratie chrétienne, dénonçait un procès politique intenté contre leur leader pour son soutien à Étienne Tshisekedi.

Outre ces mesures en faveur des détenus politiques, le président Félix Tshisekedi a également signé une ordonnance sur une mesure de grâce collective. Celle-ci porte sur une remise de peine de servitude pénale principale ou sur des travaux forcés qui restent à accomplir. Elle a été accordée à toute personne condamnée par une juridiction civile ou militaire à la suite des manifestations publiques ou des réunions politiques intervenues entre le 1 janvier 2015 et le 31 décembre 2018.

Cette mesure de grâce ne concerne néanmoins pas les fugitifs, les personnes condamnées pour des infractions relatives aux violences sexuelles, à la corruption, à un assassinat, trahison, vol à main armée, association des malfaiteurs, atteintes à la sûreté intérieur et extérieur de l’État, et toute infraction contre l’autorité de l’État et l’intégrité du territoire. Au total, quelque 700 détenus politiques bénéficieront d’une libération conditionnelle, grâce à deux arrêtés du ministère de la Justice.

 

Un ministre et des mandataires suspendus

Félix Tshisekedi a également ordonné la suspension du ministre des Affaires foncières, Lumeya Dhu Maleghi. D’après Vital Kamerhe, il lui est reproché d’avoir fixé des arrêtés sur des lotissements situés à des endroits interdits et procédé à l’expropriation de citoyens : « Le chef de l’État m’a chargé d’instruire au Premier ministre de procéder à la suspension de l’intéressé et de requérir le procureur général de la République pour l’ouverture d’une procédure judiciaire à charge contre ce ministre », a déclaré Vital Kamerhe, précisant que le président de la République en assumait la responsabilité, en l’absence de sanctions venant du chef du gouvernement, Bruno Tshibala.

D’autres mandataires publics ont été suspendus, notamment Oscar Manikunda, le président de l’Autorité de régulation des postes et télécommunications (ARPTC). On lui reproche des actes de mauvaises gestions et d’insubordination à la hiérarchie.

Le directeur général de la Société commerciale des transports et des ports (SCTP), Daniel Mukoko Samba et son adjoint, ont également été suspendus. Selon Vital Kamerhe, des indices sérieux d’actes de mégestion ont été retenus contre eux. Le Premier ministre et ses collaborateurs ont été chargés de procéder à l’application de cette mesure et d’ouvrir une enquête.

 

 

Leave a comment

Economie

Santé

Videos

Newsletter

Please type your full name.Invalid email address.