Noyade d’un père et sa fille dans le Rio Grande : le HCR se dit choqué et réclame des mesures de prévention

vendredi, 28 juin 2019 10:02 Danielle Ngono Efondo

Il y a quelques jours, la photo montrant les corps noyés d'Oscar Alberto Martinez Ramirez et de sa fille Valeria, âgée de deux ans, échoués sur les rives du Rio Grande, le fleuve qui marque la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis faisait la Une des journaux. L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s’est dite choquée par cette image. Dans un communiqué de presse publié mercredi, le HCR a estimé que, bien que les détails restent incertains, il est clair que les circonstances qui ont conduit à cette tragédie sont inacceptables.

 

Chaque année, des milliers de migrants et de demandeurs d’asile tentent de franchir le fleuve, au péril de leur vie, pour rejoindre les Etats-Unis. Selon le quotidien mexicain La Jornada, l’homme noyé était de l’El Salvador. Il s’appelait Oscar Alberto Martinez Ramirez et était âgé de 25 ans. L’enfant avec lui était sa fille Valeria, âgé de 02 ans. Ils ont tenté de franchir le fleuve, avec Tania Vanessa Avalos, la femme d’Oscar, âgée de 21 ans. En effet, depuis deux mois, ils attendaient, en vain, dans un centre d’accueil au Mexique pour que leur demande d’asile soit traitée.

 

 « Les décès d'Oscar et de Valeria représentent un échec à répondre à la violence et au désespoir qui poussent les gens à prendre des risques pour une vie en sécurité et dans la dignité », a déclaré le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi. « Cela est aggravé par l'absence de voies sûres pour les personnes qui recherchent une protection, ne leur laissant d'autre choix que de risquer leur vie ».

 

Le HCR appelle une nouvelle fois tous les pays de la région Amérique à prendre des mesures immédiates et coordonnées pour empêcher que de telles tragédies ne se produisent. L’agence onusienne a également proposé des moyens d'améliorer et de renforcer le traitement des personnes qui demandent l'asile aux États-Unis, y compris les conditions de détention. « Nous restons prêts à aider tous les gouvernements de la région à faire en sorte que toute personne ayant besoin d'une protection internationale la reçoive rapidement et sans entrave », a indiqué le HCR.

 

Danielle Ngono Efondo

 

Leave a comment

Economie

Santé

Videos

Newsletter

Please type your full name.Invalid email address.