20/10
Japan donates over FCFA 1B to WFP to support thousands of vulnerable persons in Cameroon
20/10
Vaccination : Où en est-on des injections de 3e dose contre le Covid-19 ?
20/10
CAN féminine 2022: Les Lionnes indomptables gagnent le match contre la Rca grâce à Nchout…
20/10
Coronavirus en Russie : Vladimir Poutine décrète une semaine chômée pour freiner l’épidémie
20/10
Vaccination obligatoire contre le Covid-19: les enseignants disent non et menacent d’entrer en grève
20/10
Interaction entre les acteurs impliqués dans la gestion des crises humanitaires en Afrique : complémentarité…
20/10
Commune d’Akonolinga: Une buse usée cause d’énormes désagréments aux populations
20/10
Les Unes des journaux du 20 octobre 2021
19/10
Covid-19: Tout mettre en oeuvre afin de contrer l’avènement de la 3ème vague de l’épidémie
19/10
Infrastructures de la CAN/Samuel Eto’o Fils: «quand c’est bien fait, il faut savoir dire «…
19/10
Douala: 4 personnes aux arrêts pour le vol d’un chimpanzé dans un sanctuaire de primates
19/10
IICFIP Cameroon Country Office gets new leadership
19/10
Jean De Dieu Momo : «l’alternance politique au sommet de l’Etat est un poison violent»
19/10
Sécurité aux frontières : Un camp du BIR inauguré à Gari Gombo
19/10
Décentralisation : Des cités municipales seront bientôt construites dans 6 villes et communes au Cameroun
19/10
Coopération : Le Cameroun signe un accord d’aide financière de 12 milliards de FCFA avec…
19/10
Can Total Energies 2021 : Report de la signature de l’accord-cadre entre le Cameroun et…
19/10
Chronique judiciaire: Le tribunal ordonne l’audition de Nicolas Sarkozy comme témoin
19/10
Etats Unis: Trois Américains blancs jugés pour le meurtre du joggeur noir Ahmaud Arbery
19/10
Drame de Buea: La position du Gouvernement est connue
  • Vous êtes ici :  
  • Accueil
  • International
  • Libye : Rencontre entre Emmanuel Macron et Khalifa Haftar

Libye : Rencontre entre Emmanuel Macron et Khalifa Haftar

jeudi, 23 mai 2019 10:39 Nicole Ricci Minyem

Au menu de la rencontre entre les deux personnalités, les mesures à prendre pour un cessez le feu dans ce pays

 

La situation est critique. Les combats ont gagné en intensité aux abords de la capitale libyenne. Pourtant, le maréchal libyen affirme que les conditions ne sont pas réunies dans son pays, pour que les hostilités prennent fin. C’est l’une des déclarations fortes qu’il a faite, au sortir de l’audience que lui a accordé ce mercredi à Paris, le président français. Une fin de non recevoir alors qu’il était à reprendre le processus politique pour « sortir le pays du chaos et, qu’une cessation des hostilités intervienne le plus tôt possible » selon la présidence française.

 

Toutefois, a reconnu le palais présidentiel : « la défiance entre les acteurs libyens est plus forte que jamais et on voit bien l'impasse entre le souhait de la communauté internationale pour une cessation des hostilités et la manière de voir du maréchal Haftar ».

 

Dans le communiqué de la présidence française, il est précisé que : « Durant les échanges en présence du ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, le maréchal a longuement expliqué et justifié l'offensive militaire qu'il a lancée début avril sur Tripoli pour lutter contre les milices privées et les groupes radicaux dont l'influence grandit dans la capitale ».

 

En plus, « Son autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL) fait cependant face à la résistance des forces du Gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par la communauté internationale et basé dans la capitale. Les combats ont fait depuis le 4 avril plus de 510 morts et 2.467 blessés, selon l'Organisation mondiale de la Santé.

 

Le maréchal Haftar a présenté à Emmanuel  Macron, la situation sur le terrain comme étant en progrès et en dynamique, en affirmant qu'il consolidait progressivement ses positions.

 

A la fin de la réunion, il a semblé convaincu qu'une reprise du processus politique était indispensable mais il n'a pas indiqué s'il allait faire une ouverture en ce sens prochainement ».

De son côté, le chef du GNA, Fayez al-Sarraj, a estimé ce mercredi à Tunis que : « le cessez-le-feu en Libye ne pouvait se faire sans le retrait des agresseurs, c'est-à-dire des forces du maréchal Khalifa Haftar ».

 

L'Élysée a annoncé que la diplomatie française serait très active dans les prochaines semaines, pour essayer de favoriser une solution. Elle entend maintenant pour cela, un dialogue constant avec l'ONU, l'Italie, ancienne puissance coloniale, les autres capitales européennes, Washington et les acteurs régionaux, comme l'Égypte.

 

Durant la discussion, le maréchal Haftar a évoqué de récentes livraisons d'armes étrangères dont auraient bénéficié les milices, malgré l'embargo de l'ONU.

 

En début de semaine, l'émissaire de l'Organisation des Nations Unies pour la Libye, Ghassan Salamé, devant le Conseil de sécurité, a mis en garde contre « le début d'une guerre longue et sanglante qui pourrait conduire à la division permanente du pays ».

 

Face à M. Haftar, l'Élysée a aussi fait part de ses préoccupations quant à la recrudescence des actions de groupes armés dans le sud de la Libye, à la frontière avec le Niger et le Tchad, deux pays proches de la France.

 

Nicole Ricci Minyem 

 

Leave a comment

Il s’agit d’un avis de recrutement d’un directeur général (DG) de la Bourse des valeurs mobilières de l’Afrique centrale(BVMAC) lancé par la…

Agenda

«October 2021»
MonTueWedThuFriSatSun
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031