18/10
Roger Milla souhaite que le stade Japoma porte son nom
18/10
Les Unes des journaux du lundi 18 octobre 2021
18/10
Tournée d’inspection des infrastructures de la CAN : Le FDC questionne la pertinence de la…
17/10
CAN 2021: Samuel Eto’o, Patrick Mboma, El Hadji Diouf …des légendes du football africain ont…
17/10
Meurtre d’une écolière à Buea: le gendarme tué par la population mérite le pardon selon…
15/10
Drame de Buea: David Eboutou interpelle les récupérateurs “morbides”
15/10
Drame de Buea: “ Il faut respecter l'armée du Cameroun en toutes circonstances”.
15/10
Partenariat gagnant-gagnant : Une mission économique brésilienne séjournera au Cameroun du 25 au 30 octobre…
15/10
Entreprises : Samuel Njanga Kondo nouveau président du Syndustricam
15/10
Lutte contre l’insécurité alimentaire : La FAO et le Feicom mutualisent leurs forces
15/10
Drame de Buea : Maurice Kamto condamne ce qu’il considère comme « un assassinat »
14/10
Performances : 43 millions de FCFA collectés en septembre 2021 par le secteur des douanes…
14/10
FMI : Kristalina Georgieva maintenue au poste de Directrice générale
14/10
Covid-19 : Le Cameroun organise la troisième campagne d'intensification de la vaccination du 27 au…
14/10
Enseignement supérieur : Près de 600 titulaires de doctorat et de PhD seront recrutés en…
14/10
Décès de Cara Louise Ndialle: Le ministère de la Défense s’exprime
14/10
Taïwan : 46 morts dans l'un des incendies d'immeuble le plus meurtrier au monde
14/10
Comorbidités et antirétroviraux: Les personnes âgées et vivants avec le Vih sont désormais prises en…
14/10
Paix Mondiale: l’Afrique au centre des convoitises
14/10
Bâtiments et Travaux publics : Le travail reprend droit de cité au Matgénie
  • Vous êtes ici :  
  • Accueil
  • International
  • Gabon : Le trafic de bois provoque un scandale dans le pays

Gabon : Le trafic de bois provoque un scandale dans le pays

mercredi, 22 mai 2019 15:46 Nicole Ricci Minyem

Encore appelé «  Kévazingogate » cette activité fait ses premières victimes, avec le limogeage du vice-président issu de l'opposition et du ministre des Forêts

 

C’est par un décret que le Président Ali Bongo a mis fin aux fonctions de quelques uns de ses fidèles collaborateurs, notamment, son vice-président Pierre Claver Maganga Moussavou et son ministre des Forêts et de l'Environnement, Guy Bertrand Mapangou.

 

Aucun détail n’a été donné sur les raisons de ces limogeages, mais les deux hommes, d’après les informations recoupées dans certains médias paraissant dans ce pays, avaient été mis en cause dans le sillage de cette affaire de trafic de bois précieux, pourtant  interdit d'exploitation.

 

Les appels à la démission de M. Mapangou, en particulier, s'étaient multipliés après la suspension dans ce dossier de son directeur de cabinet. Ce qui a d’ailleurs fait la Une des journaux : « Coup de tonnerre dans le monde politique gabonais, un acte d'autorité posé par le chef de l'Etat » a titré il y’a quelques jours, le journal pro-gouvernemental et principal quotidien gabonais, L'Union.  

 

Pierre Claver Maganga Moussavou n'a pour le moment pas été remplacé et le poste de vice-président de la République se trouve donc vacant. Cette fonction avait été rétablie en 2017 et confiée à M. Maganga Moussavou, un opposant à Ali Bongo et candidat malheureux à la présidentielle de 2016, conformément aux résultats d'un dialogue politique avec une partie de l'opposition.

 

Aucun nouveau titulaire du portefeuille des Forêts et de l'Environnement n'a été désigné par le président, qui a placé ce ministère sous l'autorité directe du Premier ministre, Julien Nkoghe Bekalé.

 

Ancien porte-parole du gouvernement, Guy-Bertrand Mapangou est un pilier du régime, qui a été plusieurs fois ministre, notamment à l'Intérieur : « Il y a une certaine confusion des rôles et on aurait préféré que le pouvoir judiciaire joue pleinement le sien. On ne sait pas quelle est la part de responsabilité de chacune des personnes concernées, ce qui leur est exactement reproché », souligne Wilson-André Ndombet, politologue proche de l'opposition à l'Université Omar Bongo (UOB).

Fin février et début mars, près de 5.000 mètres cubes de kévazingo, une essence rare très prisée en Asie, d'une valeur d'environ 7 millions d'euros, avaient été découverts dans deux sites d'entreposage appartenant à des sociétés chinoises, au port d'Owendo, à Libreville.

 

Une partie du kévazingo était chargée dans des conteneurs sur lesquels figurait le tampon du ministère des Eaux et Forêts indiquant une cargaison d'okoumé, une essence de bois dont l'exploitation est autorisée.

 

Après la découverte de ces documents falsifiés, le responsable de ce ministère au port et son équipe avaient été arrêtés, soupçonnés d'implication dans ce trafic.

 

Mais le 30 avril, 353 de ces conteneurs, placés sous l'autorité de la justice, s'étaient mystérieusement volatilisés. Deux cents containers ont par la suite été retrouvés dans les entrepôts de deux entreprises différentes, toujours au port d'Owendo.

 

Bois précieux et sacré

Depuis plus d'une semaine, la presse gabonaise fait ses choux gras de l'affaire, dans le cadre de laquelle plusieurs hauts cadres ont été suspendus de leurs fonctions, dont les directeurs de cabinet des ministères des Forêt et de l'Economie.

 

La justice gabonaise a annoncé l'arrestation de deux ressortissants chinois, accusés d'avoir participé au trafic, avec la complicité de fonctionnaires gabonais. Le directeur général des douanes a été placé en détention provisoire : « Le Premier ministre avait déclaré que son gouvernement serait exemplaire et que les membres de son gouvernement qui s'éloignerait de cette attitude seraient sanctionnés. Les membres du gouvernement qui seraient impliqués dans cette affaire sont invités à en tirer les conséquences qui s'imposent », avait prévenu la porte-parole du gouvernement, Nanette Longa-Makinda, dans une déclaration lourde de sous-entendus.

 

Le kévazingo est un bois rare d'Afrique centrale, considéré comme sacré par certaines communautés locales et très apprécié en Asie, notamment pour la réalisation de parquets, escaliers, meubles de luxe.

 

Représentant 60% du PIB (hors hydrocarbures), le secteur forestier est l'un des piliers historiques de l'économie du Gabon, un pays recouvert à près de 80% par la forêt.

 

Fin mars, le rapport d'une ONG britannique avait dénoncé les pratiques illégales d'un groupe chinois à l'origine d'un vaste trafic d'exploitation de bois au Gabon et au Congo, accusant notamment plusieurs personnalités politiques et agents de l'administration d'y être impliqués.

 

Nicole Ricci Minyem 

 
 
 

Leave a comment

Le Chef du gouvernement et ses collaborateurs ont reçu les vaccins hier à Yaoundé. Un acte courageux dont l’objectif est de lancer…

Agenda

«October 2021»
MonTueWedThuFriSatSun
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031