19/09
“ Entre deux Can à la maison”: Ou revue historique du football Camerounais de 1972…
18/09
Monument de l'Unité: L’édifice trône désormais au rond point du Mont Febe
18/09
Frais d’Ape: “Le plafond à 25000 sur l'étendue du territoire national”
18/09
Cabral Libii: “Chers camarades combattants cybernétiques - Rentrez à la base"!
18/09
Enseignement Supérieur: Quarante enseignants-chercheurs promus au Cameroun
18/09
Brésil : L’état de santé de Pelé, de retour en soins intensifs, est “stabilisé”
18/09
Nécrologie - Algérie : L’ex-président Abdelaziz Bouteflika est décédé
18/09
AFCON 2021: CAF boss says Olembe stadium will be among the best upon completion
18/09
Visite du stade Olembe: Le président de la Caf dit son satisfécit
17/09
Cameroon erects Unity Monument at Unity Boulevard
17/09
Tuerie des soldats à Bamessing/Dieudonné Essomba : «allons vite au fédéralisme»
17/09
Propos injurieux, tribalistes ou haineux: Maurice Kamto rappelle à l'ordre une fois de plus les…
17/09
Concert de Valsero au Zénith: Samuel Eto'o apporte son soutien au rappeur engagé
17/09
Douala: Residents fed up with repeated flooding
17/09
La manifestation de Maurice Kamto du 18 septembre à Paris reportée par les autorités françaises
17/09
Anglophone crisis: About 15 soldiers perish in Amba ambush in Sabga
17/09
Les Unes des journaux du 17 septembre 2021
17/09
CAN 2021: Risque de délocalisation de la poule A en raison du non achèvement des…
17/09
Marché camerounais : La Cimencam plaide pour l’augmentation du prix du sac de ciment de…
17/09
Cotisations sociales : Accord trouvé entre la CNPS et la Mairie de Douala
  • Vous êtes ici :  
  • Accueil
  • International

La manifestation de Maurice Kamto qui devait avoir lieu demain est reportée au motif qu’un autre événement se tiendra à la Place du Trocadero.

Dans un communiqué parvenu à la rédaction d’Agence Cameroun Presse, la Fédération régionale du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) d’Europe informe leurs responsables, militants et sympathisants du report à une date ultérieure, de la manifestation qui devait se dérouler à la Place du Trocadero à Paris en France.

Si on s’en tient au communiqué, il se trouve que demain samedi 18 septembre 2021, qu’une autre manifestation est prévue au même endroit. Il s’agit d’une manifestation «anti pass sanitaire».

«La Préfecture de Police de Paris a estimé qu’il y avait un risque potentiel de débordement. Dans l’impossibilité de régler en 48 heures de nouvelles démarches administratives pour un changement de lieu du rassemblement, les organisateurs de la rencontre avec le président national du MRC le professeur Maurice Kamto, ont reporté ce rassemblement à une date ultérieure. En d’autres termes, la rencontre entre le président Kamto et la diaspora camerounaise en Europe, prévue le samedi 18 septembre, est renvoyée à une date à venir», rapporte la Fédération régionale du MRC d’Europe.

Il convient de rappeler que la manifestation reportée du MRC avait pour but, d’apporter le soutien aux «prisonniers politiques au Cameroun», et d’exiger leur libération. Il était aussi question d’«exiger la fin de la guerre dans les régions anglophones du Cameroun». 

Toutefois, si cet événement n’aura plus lieu demain, dans le communiqué du MRC, il est dit que Maurice Kamto convie massivement ses militants et sympathisants à venir massivement soutenir le général Valsero qui donne un concert demain au Zénith de Paris. Le document précise que la direction du parti communiquera sur la nouvelle date de la manifestation.

Liliane N.

 

    

In what has been considered as one of the most gruesome attack by separatist fighters on soldiers lately, about 15 of them are reported  to have lost their lives after they were ambushed Thursday September 16, along the  Bamessing - Sabga road in the North West region of Cameroon.

Barely a week after seven soldiers of the Rapid Intervention Battalion, BIR perished after their vehicle exploded upon stepping on an improvised explosive device in Kumbo in the Bui Division, one of the most hard-hit areas by the Anglophone crisis, the military is again mourning.

On Thursday September 16, BIR soldiers who were on board two armoured vehicles fell in another ambush by suspected Ambazonia fighters along the Bamessing-Sabga stretch of road in the Ngoketunjia Division, North West region.

Separatists claimed responsibility for the attack considered as one of the most gruesome on the military since the crisis began. In videos posted on social media that Agence Cameroun Presse cannot independently confirm, the fighters can be seen posing in front of the burnt-out military armoured vehicles, rejoicing over the successful attack, others wearing uniforms and weapons taken from soldiers. In other videos, the bodies of mutilated or burned soldiers are displaced.

“This is the most gruesome attack of the military I’ve seen since this crisis began. God help Bamenda. Things are about to get much worse. Ordinary civilians will suffer most. This is so heart breaking. » An internet user wrote on her Twitter account.

Reports have it that two pro-independence militias groups are behind the attack, the Jaguars of Bamessing, commanded by General Sagard, and the Marines of Bambalang, one of the most dreadful rebel groups in the North West region, led by General No Pity. The latter even appears in photos of the attack, jubilating among his men or posing in front of one of the burning armoured vehicle.

Reacting to the ‘gruesome’ attack Thursday evening, Serge Espoir Matomba, 1st Secretary General of the PURS party on his Facebook page described it as a shameful attack on Cameroon’s democracy.

According to the 2018 unfortunate Presidential candidate, the State has the obligation to henceforth use force to save lives of the population as well as that of soldiers deployed in the restive regions to combat separatists fighters and restore peace.

 

Ariane Foguem

Le sujet sera au menu des échanges entre le chef de l’Etat Paul Biya et le Président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe en visite au Cameroun.

Selon des indiscrétions, le stade Olembé de Paul Biya pourrait ne plus abriter les rencontres de la poule A tel que prévu dans le calendrier de la Coupe d’Afrique des Nations 2021, en raison du non achèvement des travaux.

Le sujet sera d’ailleurs au menu des échanges entre le Président de la République Paul Biya et le patron de la CAF, Patrice Motsepe qui séjourne au Cameroun depuis ce jeudi 16 septembre 2021. La rencontre aura lieu ce vendredi 17 septembre au palais de l’Unité.

Des sources révèlent que le Président de la CAF pourrait annoncer au chef de l’Etat le blanc B de l’instance faitière du football africain, en occurrence la délocalisation de la poule A à Douala pour le stade Japoma, qui est l'un des plus beaux sur le continent africain, ce qui entrainera une autre délocalisation cette fois ci de la poule E qui pourrait alors descendre au stade de la réunification, ou alors tout simplement envoyer la poule A du côté du stade Ahmadou Ahidjo à Yaoundé.

Pour rappel, lors du match test à huis clos du 03 septembre dernier entre les lions indomptables et les flammes du Malawi, comptant pour la première journée des éliminatoires pour la coupe du monde 2022, le Cameroun avait étalé toutes les insuffisances du stade Olembé, à quelques mois de la CAN, alors que ce stade est sensé abriter les matchs d’ouverture et de clôture de la compétition.

 

Ariane Foguem

Les Cimenteries du Cameroun (Cimencam) plaident pour la hausse du prix d’un sac de ciment de 1 200 F. La question était à l’ordre du jour d’une rencontre entre le Ministre camerounais du Commerce (Mincommerce), Luc Magloire Mbarga Atangana et une délégation conduite par l’administrateur directeur général (ADG) de LafargeHolcim Maroc Afrique (LHMA).

 

A en croire les informations obtenues à l’issue de la rencontre tenue à Yaoundé le 14 septembre dernier, la raison évoquée par Cimencam, est l’augmentation du prix du clinker sur le marché international, principal produit qui permet de fabriquer le ciment.

Pour justifier la démarche du Cimencam qui plaide pour l’augmentation du prix du sac de ciment à 1 200 FCFA, l’administrateur directeur général de LHMA, Xavier Saint-Martin Tillet explique : « Ça représente entre 2 et 3 milliards de FCFA de coûts supplémentaires par mois. Cimencam fait face à ces charges. Si on répercutait ces charges sur le prix de vente, le sac serait à plus de 6 000 FCFA. Nous sommes venus voir avec M. le ministre comment nous pouvions réduire une partie de ces coûts via les charges fiscales, ou alors voire comment une partie de ces coûts pouvaient être répercutée sur le prix du ciment. (…) La question, c’est que faire des 1 200 FCFA supplémentaires par sac ? Comment gérer cela dans le futur ? », s’interroge l’ADG.

 Selon certaines indiscrétions, le coût du sac de ciment sur le marché camerounais a connu officieusement une augmentation d’un trait, ce qui n’est du goût des acheteurs qui se voient en difficulté pour pouvoir réaliser leurs projets de construction.

Innocent D H

  

 

 

La Mairie de Douala est ainsi l’une des bénéficiaires de l’approche de gestion dénommée Talk motivation conference dont la 53ème édition a été organisée à Douala le 26 août 2021 par le cabinet Afrique Empowerment. Il en ressort, qu’un accord a été trouvé entre les deux institutions, ce qui permet à la Communauté urbaine de Douala de s’acquitter progressivement d’un montant d’arriérés estimé à environ 2 milliards de FCFA.

 

D’après les déclarations du Directeur général (DG) de la CNPS, Alain Noël Mekulu Mvondo, « Au-delà des outils classiques de gestion, l’empathie et la capacité d’indignation sont les moteurs qui nous ont permis d’engager de nombreuses réformes. Il faut pouvoir s’indigner des situations ubuesques pour les changer. Se mettre à la place des assurés sociaux et des allocataires pour prendre de bonnes décisions. Le paiement en un jour, l’assouplissement des conditions de paiement de pensions et des prestations sociales, la constitution des dossiers etc. ».

L’on apprend que pendant environ 4 ans (octobre 2016 à novembre 2020), la Communauté urbaine de Douala (CUD) avait accumulé d’importants arriérés sociaux à l’endroit de la Caisse nationale de la prévoyance sociale (pension retraite, allocations familiales, indemnité journalière de congés de maternité etc.). Un passif estimé à une enveloppe de 2,027 milliards de FCFA.

Pour apurer ce montant, les deux institutions ont engagé des pourparlers bilatéraux élargis à Paierie générale de Douala, guichet de paiement des cotisations des employés de la CUD. Les deux parties ont convenu à la mise sur pied d’un comité ad hoc Cud/Cnps/Cril/Pg, le calcul de l’intégralité de la dette sociale due par la CUD, et le paiement séquencé des arriérés des cotisations. Les négociations ont débouché sur la signature le 20 novembre 2020, d’un accord de reprise des prestations avec la Cnps. 

Innocent D H  

Depuis le 12 septembre et ce jusqu’au 17, se tient à Yaoundé, la session 2021 du Comité régional de Pilotage (CRP) des Etats membres de l’Autorité du Bassin du Niger (ABN), et deux ateliers régionaux dont l’un porte sur la validation de l’annexe 5 de la Charte de l’Eau sur les ouvrages d’intérêt commun et l’autre relatif à la validation du statut de l’institution.  

 

Lancés officiellement le 13 septembre, les travaux ont pour objectif de passer en revue le bilan des réalisations de 2021 et à examiner le plan d’action 2022 de projets et programmes. Selon les explications d’Abderahim Birémé Hamid, Secrétaire général de l’Autorité du Bassin du Niger, « Le premier atelier est relatif à l’examen annuel sur les projets et programmes qui sont exécutés par le secrétariat exécutif et les partenaires (…). L’on examine aussi le budget et les contraintes budgétaires pour arrêter des actions qui vont avec les capacités budgétaires de l’ensemble des projets ».

En outre, les deux ateliers devront permettre à terme respectivement de régler les questions juridiques des grandes infrastructures, dont les barrages pour aboutir à un accord consensuel des structures focales nationales et des représentants des Etats. Est aussi prévu, la présentation du rapport d’audit sur l’analyse du statut du personnel en vue de son adoption, car le statut actuel qui date de 2005, comporte des lacunes.

Figurent aussi à l’ordre du jour de ces travaux de six jours, des échanges sur les projets de construction de certains barrages structurants tels que Fomi (Guinée Conakry), Kandadji (Niger) et Taoussa (Mali), ainsi que sur les barrages fonctionnels de Lagdo (Cameroun), Jebba (Niger) et Kainji (Nigéria).  

Innocent D H

Les populations de Bamenda se sont réveillées mardi matin avec la peur dans le ventre, elles qui ont découvert des cercueils déposés dans certains carrefours. Un évènement étrange qui intervient au lendemain de la découverte des corps sans vie de 11 séparatistes neutralisés par les forces de défense, retrouvés au rond-point de City Chemist dans la rue Che et Mile Two.  

 

Selon les informations relayées par nos confrères du journal l’Intégration, ces cercueils ont été aperçus à : Rendez-vous Junction, Domino Hotel Junction par Mulang, Old Simplicity par Ntarinkon et à Cow-boy Junction par Ngomgham. Même si entretemps, la milice armée de la République fantôme d’Ambazonie ne réclame pas la paternité de ces cercueils, selon plusieurs observateurs, ces pratiques visent à effrayer le commun des mortels.

Les combattants séparatistes ont institué depuis quelques jours un mot d’ordre de désobéissance civile. En effet, selon notre source, ils ont ordonné à la population de faire leurs emplettes mardi dernier sur les marchés. Lesquelles emplettes leur permettront de résister aux deux semaines de villes mortes instituées par les sécessionnistes, qui coïncideraient avec la célébration le 1er octobre prochain de ce qu’ils appellent « l’indépendance » de leur territoire.

Indiquons également que sur le théâtre de la crise anglophone, dimanche dernier 12 septembre, l’armée a essuyé une lourde perte. Sept éléments du Bataillon d’intervention rapide (Bir) sont tombés dans une embuscade tendue par des combattants séparatistes.

Innocent D H

 

Patrice Motsepe et son secrétaire général, Véron Mosengo Omba sont arrivés au Cameroun ce jeudi pour une visite inopinée. Le sud-africain a été accueilli à l’aéroport par Seidou Mbombo Njoya, Président par intérim de la FECAFOOT.

Le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe, est au Cameroun. L’instance faitière du football africain a confirmée dans une lettre adressée au ministre des Sports et de l’Éducation Physique (MINSEP), Narcisse Mouelle Kombi datée du 15 septembre 2021 qu’il sera reçu en audience par le président de la République, Son Excellence Paul Biya, au palais de l’Unité.

« Nous avons l’honneur de vous informer que le président de la CAF, Dr Patrice Motsepe et le Secrétaire général, Monsieur Véron Mosengo-Omba seront en visite au Cameroun, demain (aujourd’hui) 16 septembre, pour une audience avec Son Excellence Paul Biya, président de la République du Cameroun », lit-on dans la lettre signée du chef de Cabinet du Secrétaire général de la CAF.

Dans cette lettre, le dirigeant sud-africain de la Confédération africaine de football s’excuse des inconvénients qu’engendre l’information tardive relative à sa visite à Yaoundé.

Il convient de rappeler que lors du tirage au sort des poules de la Coupe d’Afrique des Nations, le 17 août, le dirigeant de la CAF, Patrice Motsepe, devait être reçu en audience par le chef de l’Etat mais cela n’a pas été possible en raison de l’agenda chargé de ce dernier.

Cette visite intervient alors que des rumeurs selon laquelle la CAF ne serait pas contente du Cameroun « pour avoir menti sur l’état du stade Olembé » ou les travaux sont loin d’être terminés circulent.

 

Ariane Foguem

C’est à l’issue d’une visite à quai d’un conteneur censé contenir de la brocante en provenance de Suisse. La cargaison frauduleuse a été sécurisée en attendant les suites contentieuses, communique les sources douanières.

 

D’après la Direction générale des Douanes (DGD), ce sont 1 156 cartons de médicaments périmés représentent 320 292 comprimés importés sans déclaration ni autorisation du ministère de la santé publique (Minsante) qui viennent d’être saisis par le bureau principal des douanes hors classe de Douala port V.

Ce point fort de la douane camerounaise vient s’ajouter à plusieurs autres exploits réalisés dans le cadre de la lutte contre la contrebande et le commerce illicite au Cameroun, notamment des médicaments d’origine douteuse. A titre d’illustration, le 24 février 2021, la Brigade mobile des douanes de Ngaoundéré dans l’Adamaoua a intercepté une cargaison de faux médicaments.

En juin 2020, 40 cartons contenant chacun 300 paquets de faux comprimés de paracétamol et d’aspirine ont été saisis à Douala. Deux mois plus tôt, les douaniers ont mis la main sur 210 cartons de comprimés de chloroquine contrefaits dissimulés dans un camion en provenance du Nigéria et à destination de Yaoundé.

D’après les chiffres publiés par l’Ordre national des pharmaciens du Cameroun (ONPC) à la suite d’une étude, les médicaments vendus dans la rue sont constitués de produits contrefaits, de faux médicaments et de médicaments de bonne origine mais sortis du circuit normal de distribution. La même source évoque dans son rapport d’étude que, ce circuit illicite représente un peu plus de 25% du marché du médicament national, alors que 40% des médicaments de la rue proviennent de la contrebande.

Innocent D H

Page 2 sur 904