14/01
La France demande une enquête sur l’assassinat du Sénateur Henry Kemende
14/01
Ecole publique de Nloevoé: Le chef d’établissement aurait giflé l’une de ses collaboratrice
14/01
Désinformation: il n y’a pas eu de nombreux blessés après une fusillade à Buea
14/01
CAN 2021: à l'Ouest, cette journée de travail écourtée pour permettre aux fonctionnaires d'aller au…
14/01
Présidence de la CPP: la Cour suprême déboute le ministre Atanga Nji et donne raison…
13/01
CAN 2021: le Cameroun bat l’Ethiopie et s’offre une place pour les 8es de finale
13/01
Actes présidentiels: Maurice Aurélien Sosso bénéficie de deux autres années de service
13/01
Activité des partis politiques: Le Mouvement pour la renaissance du Cameroun invite les Camerounais à…
13/01
“L'Eau: Cette denrée précieuse devenue si rare”
13/01
Coronavirus : Du grabuge autour du variant français mis en lumière l’institut hospitalo-universitaire
13/01
Echos de CAN : Les Lions indomptables prêts à affronter les Walya d'Ethiopie aujourd'hui
13/01
Stades vides à la CAN: le député Cabral Libii suggère à la CAF la suspension…
13/01
Extrême-Nord : Les oiseaux granivores menacent la production des céréales
13/01
CAN Total Energies 2021 : La campagne d’affichage d’UCB toujours bloquée à Yaoundé
13/01
CAN 2021 : Sécurité renforcée à Buea
12/01
CAN 2021: les super favoris Algérie et Egypte tenus en échec à la 1ère journée
12/01
La Cédéao sanctionne durement le maintien de la junte au pouvoir au Mali.
12/01
Assassinat du Sénateur Henry Kemegne: le député Jean Michel Nintcheu tout en larmes
12/01
CAN 2021: le gouvernement demande au peuple de se rendre dans les stades
12/01
Audiences: Le Président de l’Union des Comores et son épouse respectivement reçus par Paul et…
  • Vous êtes ici :  
  • Accueil
  • International

L’Ambassadeur de France au Cameroun Christophe Guilhou souhaite que les auteurs de l’assassinat du Sénateur SDF Henry Kemende répondent de leurs actes.

Pour la France, la lumière doit être faite sur l’assassinat du Sénateur du Social democratic front (SDF) Henry Kemende. Son représentant diplomatique S.E Christophe Guilhou l’a dit dans un message qu’il a fait sur son compte Twitter.

«Toutes mes condoléances à la famille du Sénateur H. Kamende,  lâchement assassiné cette nuit à Bamenda. Que toute la lumière soit faite sur ce drame et que les responsables répondent de leurs actes», a-t-il écrit.

Il convient de préciser que la France à travers son représentant diplomatique n’est pas le seul pays à avoir réagi à cet assassinat. La République fédérale d’Allemagne a condamné en qualifiant l’acte de lâche.

« Réunion avec Ambassadeur du  Cameroun S.E. Victor Ndocki, dans de tristes circonstances: Le gouvernement fédéral est choqué par le lâche assassinat du sénateur Henry Kemende Gamsey et condamne avec la plus grande fermeté cet acte odieux», a écrit Robert Dölger.

Le chef de la délégation de l’Union européenne au Cameroun Philippe Van Damme parlant au nom de son institution, a demandé à ce que les auteurs soient persécutés.

« J’ai obtenu confirmation de l’exécution de sang-froid par des personnes armées non étatiques de l’honorable H. Kemende, sénateur et avocat, à Bamenda hier soir. Crime horrible. Les personnes responsables doivent être persécutées et que justice soit rendue ! Nos sincères condoléances à la famille et aux amis…Les menaces de mort de toutes parts aboutissant à ce meurtre barbare nécessitent une enquête juste, impartiale et approfondie. Est-ce que toutes les personnes de bonne volonté à la recherche d’une solution pacifique à la crise deviennent désormais une menace !», a tweeté Philippe Van Damme, Ambassadeur de l’Union européenne et chef de la délégation de l’UE au Cameroun.

Liliane N.

Un geste déplacé du sieur Amougou. Z - natif Nkolmetet dans le département du Nyong et So'o.aurait posé devant les apprenants 

 

L’homme qui est présenté par ses collaborateurs comme un “ être méprisant, qui n’a du respect ni pour ses collaborateurs, ni pour sa hiérarchie” aurait choisi de s’en prendre à madame Matip alors qu’élèves et enseignants prenaient la pause de la mi - journée.

 

Nos confrères sur place décrivent une scène inouïe qui a eu comme conséquences: ‘ l’évanouissement d’un parent d’élève, des écoliers traumatisés et un personnel enseignant scandalisé, qui n’entend pas laisser cet énième acte de violence…”. 

 

Autre description faite par ses collaborateurs 

 

“Amougou Z est reconnu devant l'éternel comme un homme, efféminé, mais sans scrupule, une vraie brute et un machin-truc de l'éducation de base…

 

Voilà donc un paltoquet qui avait été appelé à d'autres fonctions comme chef de bureau d'administration générale (BAG) à l'inspection d'arrondissement de Mbankomo dans la Mefou et Akono, mais qui n'a jamais rejoint ce poste…

 

Il a choisi délibérément et contre la décision de sa hiérarchie, de garder son poste de directeur de l'école publique de Nloevoé. Une vraie sorcellerie administrative qui étonne tous les enseignants qui connaissent ce dossier”. 

 

Ses autres “faits d’armes”

 

“Il y’a quelques jours, il a eu maille à partir avec une autre enseignante, une certaine madame Tsogo qu’il a voulu battre; Mal lui en a pris car il a été copieusement frappé par la brave dame…”.

 

A la suite de ce malheureux incident, madame Tsogo a demandé l'affectation et exerce actuellement à l'école publique groupe 3 de Mfou.

 

Que s’est - il donc passé?

 

Notre confrère raconte que ce vendredi matin,  “ Un parent est venu se plaindre de son enfant qui, au-delà d’être mauvais élève, se permet quelquefois de prendre de l’argent dans les poches de sa maman;

 

Mise au courant de la situation, madame Matip tentait tant bien que mal de faire comprendre à l’élève récalcitrant qu’il est entrain d’emprunter un mauvais chemin, bref, de le mettre face à ses responsabilités;

 

C’est sur ces entrefaites qu’intervient le directeur et sans très bien cerner les motivations de son chef hiérarchique, la pauvre dame a reçu une gifle qui l’a laissée sans voix et après son acte, le sieur amougou est tranquillement rentré dans son bureau”.

 

En attendant que les choses ne dégénèrent, le corps enseignant en appelle à la réaction du ministre de l'Education de Base, du Préfet de la Mefou et Afamba, du Sous-préfet de Mfou…”.

N.R.M

Contrairement à ce que le journal français “ L'equipe" a laissé entendre dans un article intitulé “ Plusieurs blessés lors d’une fusillade à Buea, un des sites de la Can”

 

L’article, rédigé par l’Agence France Presse relate des évènements qui n’ont aucun rapport avec la réalité, prétendant par exemple que: “ Des fusillades ont eu lieu à Buea mercredi, dans l’Ouest du Cameroun, qui accueille plusieurs équipes en lice pour la Can. L’attaque n’a pas encore été revendiquée et a causé plusieurs blessés…”. 

 

David Mafani Namangue parle des “ incidents sporadiques”, ajoutant que “ Les Forces de Sécurité sont rapidement intervenues et une enquête est en cours pour déterminer qui sont les responsables… L’attaque n’a pas encore été revendiquée”.

 

Quelques rappels importants 

 

Buea est le chef - lieu de la Région du Sud Ouest et la Coupe d’Afrique des Nations se joue au stade de Limbe. Les équipes du Groupe F évoluent de ce côté, notamment le Mali - la Tunisie - la Mauritanie et la Gambie.  

 

Les quatre équipes de ce groupe profitent pleinement des infrastructures sportives et hôtelières mises à leur disposition. Les Aigles du Mali et les Scorpions de Gambie séjournent par exemple  au Parliamentarian Flats Hotel de Buea et s'entraînent au milieu des 2000 places du Molyko Stadium.

La Tunisie et la Mauritanie sont quant à elles à Limbe au Fini Hotel situé à quelques pas du stade Omnisports de Limbe. Les Aigles de Carthage de Tunisie, s’entraînent au niveau du Centenary Stadium tandis que les Mourabitounes camperont au Middle Farm Stadium.

 

De plus, l’image utilisée pour illustrer leur article n’est pas celle du stade Omnisport de Limbe mais plutôt celle d’Olembe, construit à Yaoundé, capitale politique Camerounaise.

 

Nicole Ricci Minyem

Le gouverneur de la région de l’Ouest Awa Fonka Augustine a demandé à ses collaborateurs de libérer les travailleurs ce 14 janvier 2022, à 12 heures.

Le gouvernement veut à tout prix la réussite de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), qui se joue à domicile. Pour remédier au phénomène des stades vides, les autorités usent de toutes les tactiques pour amener les camerounais à remplir les gradins. Awa Fonka Augustine a décidé de demander à ses collaborateurs d’écourter cette journée de travail. Elle doit s’achever aujourd’hui à 12 heures au lieu de 15 heures.

Il convient de rappeler que la région de l’Ouest abrite la poule B composée du Sénégal, Guinée, Malawi et Zimbabwe et ses matchs se jouent au stade Bafoussam-Kouékong.

Retrouvez ci-dessous le communiqué du gouverneur de l’Ouest

 

Dans la même lancée, Eric Niat le maire de Bangangté a décidé d'acheter les billets d'accès au stade pour le match Sénégal-Guinée. Il prend aussi en charge le transport de Bangangté à Bafoussam. Les inscriptions se font dans sa mairie. 

La Cour suprême confirme la décision du Tribunal administratif centre qui reconnait Edith Kah Walla comme la présidente du Cameroon people’s party.

En date du 13 janvier 2021, la Cour suprême a reconnu qu’Edith Kah Walla est la présidente du Cameroon people’s party (CPP). La juridiction avait été saisie par le ministère de l’Administration territoriale de Paul Atanga Nji. Le département ministériel avait fait une demande de sursis à exécution de la décision rendue par le Tribunal Administratif du centre, qui reconnaissait Edith Kah Walla comme l’unique présidente du CPP.

Pour comprendre au mieux l’affaire qui a opposé le CPP au ministère de l’Administration territoriale, il convient d’indiquer que tout a commencé par une note du ministre Paul Atanga Nji. Celui-ci a fait lire le 17 juillet 2018 sur les antennes de la CRTV, une note adressée aux gouverneurs des 10 régions du pays qui indiquait que le représentant officiel du CPP était désormais un certain Mr Samuel Tita Fon, présenté par Franck Essi le Secrétaire général du CPP comme étant radié du parti.

«Cette décision a eu pour conséquence un accroissement de la répression sur les militants et sympathisants du CPP restés fidèles au leadership légal et légitime de ce dernier issus des diverses consultations internes conformes à nos statuts et à nos règlements», affirme Franck Essi.

Le CPP la faction d’Edith Kah Walla avait donc décidé d’engager une série d’actions devant les instances judiciaires du pays. Le 16 juin 2020, le Tribunal administratif centre lui a donné raison.

«Nous tenons à féliciter nos conseils et avocats pour l’excellent travail de défense effectué. Une mention spéciale et particulière pour Me MELI HYPOLITE et ses collaborateurs. Son magistère, son courage et sa compétence en font l’un des plus illustres acteurs de la lutte pour l'État de droit au Cameroun. Nous tenons également à féliciter Me Thierry Njifen, Secrétaire National en charge des Affaires Juridiques du CPP pour cette victoire à laquelle il a pleinement participé. La lutte continue pour un Cameroun démocratique et respectueux des libertés fondamentales est d’une actualité brûlante», a écrit Franck Essi.

Liliane N.  

Le Cameroun a battu l’Ethiopie cet après-midi à Olembe avec un score de 4 buts contre 1.

C’est une belle victoire que les Lions véritablement indomptables cet après-midi, se sont offerts au stade Olembe à Yaoundé. Après avoir encaissé un but à la 4ème minute du jeu, ils ont su revenir au score en inscrivant le but de l’égalisation à la 8e minute, signé Karl Toko Ekambi. C’est avec ce score de parité que les deux équipes sont allées à la mi-temps, le Cameroun ayant quand même eu de très belles occasions qui ne se sont pas concrétisées.

Revenus de la mi-temps, les Lions indomptables grâce à leur capitaine Vincent Aboubakar ont pris le dessus. L’attaquant auteur des deux buts lors du match contre le Burkina Faso, a inscrit un premier à la 52e minute, ensuite un second à la 55e minute du match. Arrivé à la 68e minute de la partie, Karl Toko Ekambi a ajouté un autre but, ce qui a porté à 4, le nombre de buts inscrits par les Lions indomptables.

Les Lions indomptables sont donc les premiers à se qualifier pour la seconde étape de la compétition qui est les 8es de finale. Il leur reste tout de même une partie à livrer contre le Cap vert. Il sera question pour eux, de sécuriser la première place de leur groupe.

Après cette victoire, les Lions indomptables sont salués pour la qualité de jeu qu’ils ont montré ce 13 janvier à Olembe.

Liliane N.

Le Président de la République a signé un Décret le 06 Janvier dernier, afin que cette décision prenne effet immédiatement. Au delà du rappel de quelques textes de Loi, l’acte du Chef de l’Etat comporte deux principaux articles 

 

Article 1:“ Il est accordé à Monsieur Sosso Maurice Aurélien, Professeur (Matricule 143 343 -5), une prolongation d’activité de deux (02) ans, pour la période allant du 25 Janvier 2022 au 25 Janvier 2024.

 

Article 2: Le Ministre de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative et le Ministre des Finances sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’application du présent Décret…”. 

 

Qui est Maurice Aurélien Sosso?

 

Successivement inspecteur général des services au ministère de l'Enseignement supérieur, doyen de la faculté de médecine et de sciences biomédicales de Yaoundé et vice-recteur de l’Université de Yaoundé I en remplacement de Oumarou Bouba, Maurice Aurélien Sosso - natif du Nkam, est nommé recteur par décret présidentiel le 29 juin 20122.

 

D'après le ministère de l'Enseignement supérieur, il est auteur de 142 articles scientifiques, encadreur de 80 thèses et mémoires.  Sacré prix de l'excellence et meilleur médecin camerounais en 1997, il est un expert auprès de l'Organisation Mondiale de la Santé.

 

Nicole Ricci Minyem

Le ton utilisé dans le document signé par Me Ndong Christophe Nveh - secrétaire général du Mrc donne l’impression que la phase des provocations et des affronts envers le Gouvernement est terminé;

 

Que les résultats donnés au lendemain de l’élection présidentielle d’Octobre 2018 sont acceptés par les camarades du professeur Kamto Maurice et le cap est désormais fixé vers 2025. 

 

Dans le communiqué qu’il signe, Me Ndong Christophe Nveh écrit ceci:

 

“ Le secrétaire général du Mrc rappelle à tous les Camerounais militants ou sympathisants du Mouvement pour la renaissance du Cameroun et tous les militants du changement qui ne sont pas encore inscrits sur les listes électorales que conformément à l’Article 74 du Code électoral, la révision annuelle des listes électorales commence sur l’ensemble du territoire national le 01 Janvier et s’achève le 31 Août de chaque année…”.

 

Une invitation qui s’étend aux Camerounais victimes des exactions commises dans les zones en proie à la crise sécuritaire

 

Me Ndong Christophe Nveh: “ Par conséquent, il invite ces derniers, ainsi que tous les déplacés anglophones ayant fui les régions du Nord - Ouest et Sud - Ouest, du fait de la guerre civile qui y règne, à se précipiter dans les bureaux d’Elections Cameroon proches de leur lieu de résidence pour s’inscrire…”.

 

Implication attendue des responsables du parti 

 

“ Tous les responsables des organes de base du Parti et les militants doivent mener des campagnes de proximité en vue de l’inscription de tous les Camerounais en âge de voter sur les listes électorales”.


N.R.M   

Tel est le thème de réflexion que propose  Nghomsi Boutchouang au moment où les populations résident en zone urbaine font face à un besoin criard de ce “ précieux sésame".

 

S’il est évident que les pouvoirs publics sont confrontés aux soucis que pose l’essor démographique, il n’en demeure pas moins vrai que la vétusté des infrastructures, l'archaïsme et le manque d’entretien ne sont pas les moindres maux. 

 

Un sombre tableau qui vise à attirer l’attention des gouvernants, afin qu’ils s’attèlent à faire le nécessaire avant que les populations Camerounaises ne décèdent à cause des maladies hydriques et autres.

 

La réflexion a été publiée par nos confrères de mapanes.fsquarecorporation.com    

“En économie, l’on distingue plusieurs caractéristiques de biens parmi lesquels les biens rares. L’eau étant indispensable à la vie n’est pas un bien comme les autres.

Là où l’eau est abondante, la richesse finit par apparaître grâce au travail des hommes. Là où l’eau n’est pas présente ou presque, demeure le plus souvent la pauvreté.

Gérer économiquement l’eau contribue à lutter contre la pauvreté. La disponibilité de l’eau étant un vecteur essentiel de l’amélioration des conditions de vie des populations et de la cohésion sociale.

Le Cameroun est un pays qui dispose du 3ème potentiel hydraulique du continent africain, c’est-à-dire qu’il possède l’un des premiers réservoirs d’eau souterraine et d’eau de surface en Afrique (FAO). De plus, l’essentiel des 58 départements que compte le pays porte le nom des cours d’eau.

Une situation sanitaire inquiétante

Depuis près d’une décennie, les populations sont confrontées à la rareté de l’eau, plus qu’un bien rare, obtenir de l’eau potable est devenue un sacerdoce pour les citoyens tant urbains que ruraux. Malgré que le Cameroun repose sur l’un des plus grands potentiels hydrauliques d’Afrique, l’eau est peu disponible voire rare.

D’après la BAD, le taux de desserte en eau potable est de 33% comparé à un pays sahélien comme le Sénégal ce taux est de 98% en milieu urbain et 82% en milieu rural (BAD, 2010).

Concrètement, près de 60% de la population camerounaise n’est pas connectée au réseau d’adduction en eau. Cet état de fait expose la population aux maladies hydriques telles la typhoïde, le choléra.

La démographie galopante de la population et l’agrandissement des villes n’ont pas contribué à améliorer la situation. Les villes de Douala et de Yaoundé qui absorbent l’essentiel de la production (plus de 50%) connaissent un déficit journalier de plus de 400 000m3/jour.

Ceci s’explique par des équipements vétustes qui engendrent des pertes substantielles d’eau en qualité et quantité puisque beaucoup d’eau s'évapore dans le circuit de distribution à cause des fuites.

De plus les pannes n’arrangent pas les choses, nous pouvons citer le complexe de Japoma qui date de 1954, le complexe Massoumbou mis en service en 1980 qui initialement devait produire 115 000m3/Jour a finalement produit 65000m3 en 2011 à cause des pannes fréquentes.

La station d’Akomnyada qui produit à peine 100 000m3 pour un besoin estimé à 315 000m3. Avec un déficit de 215 000 m3 (MINEE) d’eau journalière, la ville de Yaoundé tire le peloton, suivie de Douala avec près de 120 000m3.

L’un des problèmes majeurs de cette situation, est l’aménagement territorial défaillant du pays. Le Schéma directeur du secteur hydraulique a été fait que trop tardivement et n’a pas su s’adapter à l’évolution de la population et des mutations de leurs habitudes sans oublier l’agrandissement des villes donc difficile de proposer une planification en adéquation entre l’offre et la demande.

En attendant la livraison en Juillet 2022 au lieu de 2019 du projet d’alimentation en eau potable de la ville de Yaoundé et ses environs (PAEPYS) financé à hauteur 399 milliards financement par Eximbank China, la production nationale est passée de 731 080m3 en 2018 à 824 456m3 en 2019 soit 456m3 /Jour, toujours insatisfaisant pour combler les besoins des populations. Celles-ci continuent d’être confrontées au robinet sec ou à de l’eau rougeâtre et impropre à la consommation.

De temps à autre, de manière irrégulière, des camions citernes ravitaillent les populations de quelques quartiers, celles des autres localités disposant de moyens construisent des puits d’eau, des forages ont accès à des sources d’eau à la qualité peu recommandable.

Cette raréfaction de cette denrée au combien indispensable pour le bien-être des populations est une violation du droit d’accès des populations à l’eau potable.

Si nous faisons un petit tour dans les quartiers des principales villes du Cameroun, nous constaterons que des milliers de personnes y sont installées.

Le développement a suivi, des bâtiments ont poussé en particulier dans les nouveaux quartiers, des maisons familiales, des établissements scolaires, des boutiques, des restaurants, des stations-services, mais l’eau est toujours rare aussi rare que de l’or.

Voici donc la saison sèche qui s’annonce, si rien n’est fait le calvaire des populations ne saurait s’arrêter.L’eau c’est la vie” !

 

N.R.M

Tout est parti d’un tweet de l’institut hospitalo-universitaire (IHU) de Marseille, dirigé par Didier Raoult et publié le 9 Décembre 2021: 

“Un nouveau variant Covid -19 a été détecté à l’IHU Méditerranée Infection issu de patients de Forcalquier. Il a été baptisé variant IHU et déposé sur GISAID sous le nom de B.1.640.2”. 

Quelques semaines après, l’IHU livre une prépublication sur ce variant dit français. Le texte crée rapidement l’inquiétude dans nombre de médias anglo-saxons, qui soulignent notamment le fait que ce variant présenterait de nombreuses mutations et serait lié à un grand nombre d’hospitalisations dans le sud du pays.

Un tollé général dans les médias

 

Alors, dangereux, le variant déposé par l’IHU ? Dans un récent bulletin, en date du 5 janvier, Santé Publique France indique avoir classé le variant 20A/C (B.1.640) comme “variant à suivre”.

 

“Ce classement est dû à la poursuite de sa circulation en France et à des données préliminaires in vitro indiquant une diminution de l’efficacité de la neutralisation par les anticorps vaccinaux ou post infection et donc un possible échappement à la réponse immunitaire”, justifie dans son bulletin Santé Publique France.

 

Des résultats toutefois à “interpréter avec prudence”, prévient cette même source, en raison “du petit nombre de sujets et de sérums analysés”. 

 

“La machine médiatique s’est emballée et a fait marche arrière aussi vite”, tance Samuel Alizon, directeur de Recherche au CNRS et à l’Institut de recherche pour le développement (IRD).

 

Le rapport de l’IHU est une prépublication. Il s’agit donc de résultats non évalués. Autrement dit, n’importe quelle équipe peut poster ce qu’elle veut.

 

De notre coté, lorsque nous tweetons sur de tels résultats, nous rajoutons "non relu par les pairs", afin de bien montrer que cela n’engage que nous et sont à manier avec infiniment de précautions. »

Un variant qui “n’est pas nouveau “.

 

De plus, pour Samuel Alizon, ce variant “n’est pas nouveau”, contrairement à ce qu’a pu laisser entendre l’IHU. “On trouve des séquençages quasi identiques, de la même lignée B.1.640.2, partagées par le laboratoire CEBRA le 4 novembre 2021”,  rappelle le chercheur. 

 

“La lignée B1.640 a été identifiée depuis octobre novembre 2021”, abonde François Blanquart, chercheur du CNRS au Centre interdisciplinaire de recherche en biologie.

 

“Comme l’illustre la circulation ancienne de ces séquences, leur potentiel épidémique est limité car plus de deux mois plus tard elles demeurent très rares, souligne enfin Samuel Alizon. Bref, cette lignée a eu le temps d’émerger mais elle demeure marginale. Et on ne sait évidemment rien de la virulence vu la rareté de cette lignée”.

 

“B1.640.2 n’augmente pas en fréquence en France”, note François Blanquart. Contacté, l’IHU n’a pas donné suite à nos sollicitations à l’heure où ces lignes sont écrites.

 

N.R.M

Page 1 sur 952