15/10
Drame de Buea: David Eboutou interpelle les récupérateurs “morbides”
15/10
Drame de Buea: “ Il faut respecter l'armée du Cameroun en toutes circonstances”.
15/10
Partenariat gagnant-gagnant : Une mission économique brésilienne séjournera au Cameroun du 25 au 30 octobre…
15/10
Entreprises : Samuel Njanga Kondo nouveau président du Syndustricam
15/10
Lutte contre l’insécurité alimentaire : La FAO et le Feicom mutualisent leurs forces
15/10
Drame de Buea : Maurice Kamto condamne ce qu’il considère comme « un assassinat »
14/10
Performances : 43 millions de FCFA collectés en septembre 2021 par le secteur des douanes…
14/10
FMI : Kristalina Georgieva maintenue au poste de Directrice générale
14/10
Covid-19 : Le Cameroun organise la troisième campagne d'intensification de la vaccination du 27 au…
14/10
Enseignement supérieur : Près de 600 titulaires de doctorat et de PhD seront recrutés en…
14/10
Décès de Cara Louise Ndialle: Le ministère de la Défense s’exprime
14/10
Taïwan : 46 morts dans l'un des incendies d'immeuble le plus meurtrier au monde
14/10
Comorbidités et antirétroviraux: Les personnes âgées et vivants avec le Vih sont désormais prises en…
14/10
Paix Mondiale: l’Afrique au centre des convoitises
14/10
Bâtiments et Travaux publics : Le travail reprend droit de cité au Matgénie
14/10
Investissements : Le Directeur général de la CNPS plaide en faveur de la crypto-monnaie et…
13/10
Coupures d’électricité : Le courroux des populations de Minta
13/10
Cancer du sein : Près de 2 000 décès annuels enregistrés au Cameroun
13/10
L'UEFA devance la Fifa et ouvre les candidatures pour l'Euro 2028
13/10
Lutte contre les faux médicaments : Chacun devrait s’y impliquer
  • Vous êtes ici :  
  • Accueil
  • International

Sur sa page facebook, l’influenceur écrit: “  Je prie les marchands du verbe maudit , qui surfent sur les drames qui frappent notre pays pour en faire des sujets de récupération politique ,de faire preuve pour une fois de pudeur . Qu'ils évitent d'ajouter l'abjection à l'horreur” !

 

Des propos qui résument assez bien les commentaires scabreux qui pullulent sur les réseaux sociaux, depuis la survenue de ce drame. Le chroniqueur panafricaniste relève en outre que Cara Louise Ndialle et  Mvogo Achille Rigobert  sont “Tous les deux victimes d'une guerre que ni l'un, ni l'autre n'a été ni à l'origine ni dans ses phases d'escalade…”.

 

Des familles douloureusement éprouvées qui ont les les leurs s’en aller de manière très violente 

 

“ Cette nuit ,j'ai reçu les images de la famille du Gendarme, meurtrie devant la vidéo assassine de leur fils qui se faisait lapider à mort, par une population en furie...l'un des parents  a dû s'écrouler à la vue de ces images d'une rare violence... (je refuse de diffuser ces images).

Que dire alors de cette autre image bouleversante et particulièrement choquante de cette fillette ,couchée sur le siège arrière du véhicule, la tête explosée, laissant du sang dégouliner…

Ou de sa maman,levant les mains au ciel,interrogeant certainement le Créateur sur cette sentence injuste qui venait de s'abattre sur sa petite fille?...!! On ne peut s'empêcher de retenir ses larmes…”.

 

Face à la violente réaction des populations ce Mercredi, il y’a toutefois lieu de s’interroger 

 

Sans qu’il n’ait eu besoin d’un quelconque encouragement ou mot d’ordre, tous se sont rués sur ce Jeune soldat, le lapidant afin de “ venger” le bébé qui venait à peine de perdre la vie;

Une attitude qui n’a pas été observée lorsque Florence Ayafor a été écartelée, vioée et assassinée; Une réaction que l’on n’a pas vu lorsque les enfants ont été décapités dans une école, en plein jour par des individus sans foi ni loi; 

Un comportement qu’on n’a vu à aucun moment, alors que hommes, femmes et enfants meurent quasi quotidiennement par les mains des terroristes ambazoniens. 

Pourquoi ce deux poids, deux mesures? 

Comment comprendre que dans une zone en proie à la crise sécuritaire, une voiture, sans plaque d’immatriculation et avec des vitres fumées roule à vive allure sur une route fréquentée, alors qu’il y’a des écoles aux alentours mais surtout, que le ou la conducteur ( trice) refuse d’obtempérer devant un contrôle mixte de ceux qui, jours et nuits, s’investissent corps et âme afin que leurs concitoyens dorment en toute quiétude ?

Que s’est -il réellement passé ce mercredi matin à Buea?

Vivement que les résultats de l’enquête ouverte viennent répondre à ces questions et en attendant, “ Puisse Dieu consoler les deux familles terriblement éprouvées et accueillir les âmes de nos deux compatriotes dans sa Félicité Éternelle”!

 

N.R.M

Telle est la position de Pierre Mila Assoute - président du “Rassemblement démocratique pour la modernité du Cameroun” qui exige au passage que les ambazoniens déposent les armes sinon “l' armée du Cameroun devra continuer avec détermination à faire son travail de défense du territoire, et de protection des populations et leurs biens…”

 

Son point de vue   

 

“Émeute de Moliko à Buea Sud-ouest, après la mort par balle de la petite écoliere de 4 ans et le lynchage du gendarme auteur du tir mortel.

Je vais commencer par dire  ma peine profonde  pour ces situations regrettables de violence extrême au Noso et présenter mes  condoléances sincères et ma compassion  aux familles éplorées par la mort de ces deux Camerounais dramatiquement tués à Moliko.

Je vais cependant être clair et exprimer ma position sans nuances.

1- les milices doivent déposer les armes au Noso si l' on veut arrêter avec la spectre de la mort de guerre. Sinon l' armée du Cameroun devra continuer avec détermination à faire son travail de défense du territoire, et de protection des populations et leurs biens.

2- Lorsque l'on vit dans une zone de guerre et que l'on est bon citoyen, il est clair que la violation d' un checkpoint est interdite. Elle peut entraîner des risques de vie. (nous convenons en le disant que certains de ces check points sont devenus  des postes de harcèlement citoyen , d'extorsions de fonds et de rackets inacceptables commis  par des mauvais agents de forces de défense) il faut changer ces déviances.

3- Ce qui est malheureusement arrivé à Moliko  et causant la mort violente aussi bien à une fillette de 4ans et un gendarme assurant  la défense de la nation est un corollaire  de la prise des armes par des “séparatistes” et des gangs dans les régions visées.

Cette enfant est tuée précocement et innocemment  du fait de deux irresponsabilités des adultes chargés de sa protection.

  1. Sa mère: pour le fait d' effraction sur un checkpoint en zone de guerre. Ailleurs dans d' autres pays, Soudan, Éthiopie, Libye,.. Le risque de tirs est connu au même niveau. Les militaires qui risquent leur vie peuvent sous les tensions perdre leur sang froid...

B- le gendarme: pour le fait que ce véhicule pouvait être suivi ou signalé au checkpoint suivant pour interpellation  au lieu d'essuyer en pleine agglomération un tir  à risques à balles réelles.

La mort de cette gamine bien que très douloureuse pour notre nation, parce que tuée par une balle de gendarme qui ne la visait sûrement pas, rappellent 3 faits mémoriels graves qu' il ne faut pas oublier, parmi les plus emblématiques. Je vais les rappeler pour fixer notre mémoire sur le rôle et la présence militaire.

  1. a) Devant nous tous dame Ayafor fut écartelée, traînée sur un sol rocailleux par des gangs sécessionnistes avant d' être égorgée à la machette la tête ôtée du cou et brandie en trophée.
  2. b) - Devant nous tous, une jeune dame célibataire et mère de 3 enfants accusée de pieds noirs à Muyuka non loin de Moliko sera arrêtée, jugée, par des bandits, puis traînée sur la voie publique avant d être égorgee sous des supplications en vain de ses bourreaux.
  3. c) Devant nous tous, à Kumba, des gangs de sécessionnistes firent irruption dans une école avec armes et machettes pour égorger et tirer à bout portant sur des écoliers dans une salle de classe dont 13 élèves restèrent sur le carreau.

La promptitude avec laquelle l'émeute vengeresse contre ceux qui donnent leurs vies en sacrifice pour la nation serait attendue des populations contre ceux qui ont ôté les vies ci-dessus référencées devant elles.

Aucun pays au monde ne peut exister sans une armée ni une force de maintien de l'ordre public. Chacun de nous doit le comprendre et l'intégrer. Les défiances aux militaires en zones de guerre partout au monde peuvent causer la mort subite.

Les médias ou des journalistes tiennent des propos graves allant jusqu'à discriminer les catégories des enfants envoyés en guerre dans l'armée sont irresponsables et devraient être suspendus ou en cas de récidive fermé boutique.

Pas de radio mille collines au Cameroun.

Il faut respecter l'armée du Cameroun en toutes circonstances.

Si les soldats français et autres fils du Tchad partent mourir pour la sécurité des autres au sahel, nos propres fils qui optent de s'engager sous le drapeau tricolore doivent se battre pour notre nation avec honneur et fidélité. Et sacrifice suprême.

Paix et aux âmes des disparus”.

 

N.R.M

L’annonce est contenue dans une correspondance adressée à ses membres par la Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat (Ccima). Selon la Ccima, le voyage de ces opérateurs économiques en terre camerounaise a pour but, d’échanger avec leurs homologues camerounais pour un partenariat mutuellement bénéfique.

 

De sources bien introduites, la délégation brésilienne sera constituée d’opérateurs économiques des secteurs variés. Il s’agit entre autres, de l’énergie solaire, la fabrication de scanners ultras performants pour les aéroports, ports et autres hôpitaux, les intrants agricoles, le transport, l’industrie brassicole, la cimenterie, les matériaux de construction, le recyclage des déchets, ou encore les TIC.

Selon des observateurs, ce voyage d’exploration d’opportunités d’affaires pourrait contribuer à doper la coopération économique et commerciale entre le Cameroun et le Brésil, qui n’est pas encore des plus dynamiques. L’on apprend en effet qu’au cours d’une rencontre d’échanges entre les deux pays à Douala, entre 2000 et 2015, les échanges commerciaux entre les deux pays ont culminé à 720 milliards de FCFA. Ce qui correspond à une moyenne de 47 milliards de FCFA de transaction par an.

En outre, sur cette période de 15 ans, le Cameroun totalise seulement 59,5 milliards de francs d’exportations vers le plus grand pays d’Amérique du Sud. Celui-ci s’en tire plutôt avec 660 milliards de FCFA d’exportations en direction du Cameroun sur cette période.

Signalons également qu’à l’analyse, le commerce entre le Cameroun est le Brésil est peu diversifié. Si le Cameroun importe de ce pays des produits tels que le sucre, l’aluminium, les produits chimiques et des équipements industriels, le Brésil quant à lui importe essentiellement le Caoutchouc, le bois et ses dérivés.

Cette mission économique brésilienne au Cameroun offrira donc l’opportunité aux opérateurs économiques des deux pays de réfléchir et de trouver des thérapies efficaces pour des échanges dont les retombées seront plus réalistes dans la production des richesses. 

 Innocent D H

C’est ce qui ressort du compte-rendu de l’Assemblée générale du Syndicat des Industriels du Cameroun (Syndustricam) tenue le 11 octobre 2021 à Douala. Selon le document signé le 13 de ce mois, les patrons d’industries et chefs d’entreprises ont élu Samuel Njanga Kondo Ngande à la présidence de l’organisation syndicale.

 

Le Président directeur général de la Société camerounaise de Cartonnage et de Fournitures de Matériel scolaire et de bureau (Socarto) vient d’être porté à la tête du Syndustricam. Il succède ainsi à Alain Malong qui occupait le poste depuis 2013. De la résolution sanctionnant les travaux de l’Assemblée générale de ce syndicat, l’on apprend que le directeur général du Groupe Alucam/Socatral devient président d’honneur. Le poste de vice-président revient à Noé Ikoué, le directeur général adjoint de Cimencam.      

Le nouveau patron défini dores déjà les axes de son mandat. Il compte faire du Syndustricam, une plateforme crédible, active et innovante ayant un réel impact sur la valorisation des industries camerounaises en droite ligne de la vision stratégique du développement du Cameroun.

57 ans sonné, Samuel Njanga Kondo a été formé au Cameroun, en France et en Suisse et travaille au sein d’une entreprise familiale depuis 1987. C’est en 2020 qu’il prend les rênes du groupe Socarto. Sous son impulsion, et grâce aux réformes qu’il a implantées, cette société devient l’un des principaux leaders du secteur des emballages. L’entreprise demeure au sein de la Communauté économique et Monétaire d’Afrique centrale (Cemac), la seule spécialisée dans la fabrication des emballages. Créée en 1950, le Syndicat des Industriels du Cameroun est le pionnier du syndicalisme industriel au Cameroun.

Innocent D H

Le Fonds spécial d’équipement et d’intervention intercommunal (Feicom) et l’Organisation des Nations-Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) viennent de signer à Bertoua dans la région de l’Est Cameroun, un protocole d’accord pour accompagner les communes.

 

Le Document paraphé par Philippe Camille Akoa, Directeur général du Feicom et Mravili Athman, représentant résident de la FAO au Cameroun porte d’abord sur l’amélioration de la sécurité alimentaire. Un objectif qui passe à travers la mise en place des programmes communs de développement agricole en zone périurbaine, la promotion de l’alimentation en milieu scolaire, le soutien à la petite transformation des produits végétaux frais , l’amélioration de la qualité sanitaire des denrées animales à travers la mise en place des infrastructures d’abattage et des espaces de vente au sein des municipalités et, la mise en place et participation aux plateformes d’échanges sur les bonnes pratiques internationales en matière de lutte contre l’insécurité alimentaire au sein des collectivités territoriales décentralisées.

Le Feicom et la FAO se sont également engagés à promouvoir le développement local, la gestion durable des ressources naturelles, la protection de l’environnement, la lutte contre les changements climatiques et le renforcement des capacités des acteurs.

Précisons que selon des sources officielles, la situation de la malnutrition infantile dans la région de l’Est est alarmante. D’après les enquêtes menées par l’Unicef en 2018, il en ressort : « 35,5% d’enfants souffrent de la malnutrition chronique ayant pour principale conséquence, le niveau de croissance desdits enfants. Par ailleurs, il faut noter que la malnutrition aigüe globale est de 2,5%. Compte tenu de ces résultats, les défis d’accompagnement des communautés pour renverser cette tendance sont énormes et les pouvoirs publics ont besoin de l’adhésion de toutes les sectorielles afin que les pratiques nutritionnelles des enfants soient garanties au moins pendant les 100 premiers jours de vie », explique le point focal, nutrition à la délégation régionale de la Santé publique de l’Est.

Innocent D H

Ce jeudi, 14 octobre 2021 en soirée, dans un communiqué, le Président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (Mrc) s’est prononcé sur les tristes évènements survenus à Buea, région du Sud-Ouest ayant occasionné la mort d’une enfant de quatre ans. Maurice Kamto condamne avec véhémence un acte qu’il qualifie « d’assassinat ».

 

Dans sa publication, le Président du Mrc indique que, la mission première des forces de défense et de sécurité est de protéger les populations. En effet, Maurice Kamto écrit : « Une de plus dans la sale guerre que le pouvoir poursuit aveuglément contre sa propre population dans les deux régions anglophones de notre pays. Ce jour, notre fillette à tous, un ange, la petite Caroline, a été tuée par un élément des forces de sécurité dont la mission première est de protéger la population, et par-dessus tout, les enfants et autres personnes vulnérables », dénonce-t-il.

Profitant de cette tribune, l’opposant politique camerounais, présente ses condoléances ainsi que celles du Mrc à la famille de victime. « En cette occasion où la douleur étreint la Nation, j’adresse à la famille si cruellement frappée, en mon nom propre, celui des militants et sympathisants du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (Mrc), ainsi que celui du Peuple de la Résistance, mes condoléances les plus attristées et profondément émues », exprime Maurice Kamto.

L’ancien candidat à la présidence de la République, qui déplore également, « la mort du soldat lynché par la foule en colère », plaide pour l’arrêt définitif de « la guerre fratricide » dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest.

Rappelons que ce jeudi, 14 octobre 2021 en matinée, à la suite d’une altercation, un gendarme aurait dégainé et tiré sur un véhicule dont le conducteur aurait refusé de s’arrêter au poste de contrôle. Ce qui qui aurait entraîné sur le coup, la mort d’une très jeune écolière. Le gendarme aurait subi ensuite la furie d’une foule en colère qui va le battre à mort.

Innocent D H

A en croire notre confrère du site d'information spécialisé en économie EcoMatin, sur des prévisions de 18 millions de FCFA, le secteur Douanes Ouest a collecté 43 millions de FCFA. De cette recette, il se dégage une hausse de 25 millions de FCFA (138%).

 

Durant le mois de septembre 2021, le secteur des douanes de l'Ouest a enregistré une recette au-delà des attentes fixées. Selon notre source, pendant cette période, le secteur tablait sur des recettes de l’ordre de 18 millions de FCFA, mais s’en sortira plutôt avec 43 millions de FCFA, soit une hausse de 138% sur ses prévisions initiales. Pour ledit mois, les 12 secteurs des douanes composant les unités de recouvrement avaient pour objectif d’atteindre le cap de 77,2 milliards de FCFA, dont 18,4 millions de FCFA assigné au secteur douane Ouest, apprend-on.

Dans un communiqué de la douane, il ressort que ses services douaniers se sont fixés pour défi « de consolider ces chiffres tout au long du 4ème trimestre de l’année en cours ». Et pour que le cap soit maintenu, un accent particulier sera mis sur la campagne de contrôle de la régularité des opérations de dédouanement des véhicules à travers l’application Cosmos (une application créée par les douanes camerounaises pour rechercher des informations sur le dédouanement des véhicules et engins roulants en circulation au Cameroun ndlr) pour l’atteinte des objectifs, confie-t-elle.

Innocent D H

Dans un communiqué publié dans la nuit du 11 au 12 octobre 2021, le Conseil d’administration de l’institution de Bretton Woods s’est prononcé en faveur de la Bulgare de 68 ans. Une décision qui lui permet de poursuivre son mandat à la tête de l'institution. Toutefois, cette sortie fait suite aux allégations l’impliquant dans les irrégularités enregistrées dans le rapport " Doing business 2018 ".

 

Dans le communiqué du Fonds monétaire international (FMI), on peut lire : « Le Conseil d’administration a estimé que les informations présentées au cours de son examen n’ont pas démontré de manière concluante que la directrice générale a joué un rôle inapproprié concernant le rapport “Doing Business 2018” lorsqu’elle était directrice générale de la Banque mondiale ».  « Après examen de l’ensemble des éléments de preuves présentés, le directoire réaffirme sa pleine confiance dans le leadership et la capacité de la directrice générale à continuer à s’acquitter efficacement de ses fonctions », ajoute le document.  

Cette sortie du Conseil d'administration de l'institution de Bretton Woods vient ainsi mettre un terme aux suspicions qui planaient sur sa personne et qui corrobore les propos de la Directrice de générale du FMI qui a toujours nié les allégations dont elle faisait l'objet.

Rappel des faits

En effet, l’histoire remonte au 16 septembre 2021. Selon plusieurs sources, les conclusions d’une enquête du cabinet d’avocats WilmerHale, intitulée « Enquête sur les irrégularités dans les données de Doing Business 2018 et Doing Business 2020-Conclusions de l’enquête et rapport au Conseil des Administrateurs », menée à la demande du comité d’éthique de la Banque mondiale avait été rendu publique. Dans cette enquête, Kristalina Georgieva était accusée d’avoir manipulé des données du Elrapport "Doing Business" pour favoriser la Chine lorsqu’elle était Directrice générale de la Banque mondiale. Toutefois, le communiqué de l’institution financière du 16 septembre 2021 révélait, « Après que des irrégularités dans les données des éditions 2018 et 2020 du rapport "Doing Business" ont été signalées en interne en juin 2020, la direction de la Banque mondiale a suspendu l’édition suivante et lancé une série d’examens et d’audits ».

La question du maintien de Kristalina Georgieva

 Il faut dire que, c’est à l’issue d’un peu plus de quatre semaines de discussions que les 24 membres du Conseil d’administration du FMI sont tombés d’accords sur la question du maintien de Kristalina Georgieva. Si la France, le Royaume-Uni et plus largement l’Europe ont fait part de leur soutien à la Bulgare, les États-Unis se sont montrés plus réticents à la maintenir à son poste. On notera également le soutien de plusieurs pays africains.

Pour sa part, la patronne de l’institution de Brettons Woods, affirme que « (…). Je suis honorée de diriger une équipe aussi talentueuse qui travaille sans relâche pour relever les plus grands défis du monde, de la lutte contre le Covid-19 à la lutte contre le changement climatique et la lutte contre les inégalités économiques ».

Innocent D H

 

 

L'information est du Ministre camerounais de la Santé publique (Minsanté), Dr Mamaouda Malachie dans un communiqué rendu public ce mercredi, 13 octobre 2021.

 

Cette troisième campagne d'intensification de la vaccination contre la Covid-19 va se dérouler sur l'ensemble du territoire national. Selon le communiqué du Minsanté, elle concerne " toute personne âgée de 18 ans et plus, et prioritairement, les personnels de santé et les personnes souffrant de comorbidité (diabètes, hypertension...) ".

Dr Manaouda Malachie fait savoir qu'au cours de cette intervention, le vaccin Johnson & Johnson à dose unique sera administré aux bénéficiaires, et les deuxièmes doses des vaccins Astra Zeneca et Sinopharm seront offertes aux personnes ayant préalablement reçu leur première dose.

" La vaccination se déroulera dans les formations sanitaires, dans les lieux publics ou communautaires notamment, les marchés, les chefferies, les Églises/Mosquées, les administrations, et les entreprises, ainsi que dans les ménages, en porte-à-porte ", annonce en outre le communiqué.

La troisième campagne d'intensification de la vaccination anti-Covid 19, en plus de la communication à travers les médias, des réunions et des séances de sensibilisation, seront organisées dans les communes et aires de santé pour édifier les populations sur les bénéfices de la vaccination, et les inciter à se faire vacciner.

Pour l'atteinte d'une immunité collective et l'atténuation des conséquences sanitaires et économiques de résurgence des cas de Covid-19 au Cameroun, le Minsanté, " invité les populations à adhérer massivement à la vaccination ".

Innocent D H

 

C’est la substance d'un communiqué signé ce 13 octobre 2021 de Séraphin Magloire Fouda, président de la commission centrale de recrutement, par ailleurs secrétaire général des services du Premier ministre. 573 postes d’enseignants sont ouverts dans les universités d’Etat pour le compte de l’année 2022, informe ledit document.

 

A la lumière du communiqué de Séraphin Magloire Fouda, la répartition de ce recrutement dans les 8 universités d’Etat se fera ainsi qu'il suit : Université de Bamenda : 71 postes, Université de Buea : 76 postes, Université de Douala : 72 postes, Université de Dschang : 61 postes, Université de Maroua : 60 postes, Université de Ngaoundéré : 76 postes, Université de Yaoundé I : 76 postes, Université de Yaoundé II : 56 postes, et quota de régulation académique : 25 postes.

L'on apprend dans la foulée que, le processus de recrutement ainsi lancé devrait s’achever le 23 mai 2022 avec la publication des listes des personnes retenues, titulaires d’un doctorat ou d’un PhD, pouvant prétendre aux postes d’assistants, chargés de cours, maître de conférences, et de professeurs.

Piqûre de rappel, instruite en octobre 2018 par le Président de la République, Paul Biya, l’opération de recrutement spécial de 2 000 enseignants titulaires d’un doctorat/PhD dans la Fonction publique, participe de la volonté de l'Etat de résorber le déficit en enseignements dans les universités d'Etat du Cameroun et d'offrir qualité de formation aux étudiants pour avenir radieux.

Innocent D H

Page 1 sur 917