Université de Ngaoundéré: La grève est suspendue pour 48 heures

mardi, 12 mars 2019 11:58 Liliane N.

Après une réunion de crise tenue avec le Pr Uphie Chinjé Melo le Recteur de cette Université, les enseignants plaignants de la Faculté des Arts, Lettres et sciences humaines (Falsh) ont décidé de lever momentanément le mot d’ordre de grève.

 

Il y a du nouveau dans le mouvement de grève initié par les personnels d’appui de l’Université de Ngaoundéré. La réunion de conciliation qu’ils ont eue le lundi 11 mars 2019 avec le Recteur a contribué à apaiser les tensions. Cette réunion a été suivie aussi par le Doyen de la Faculté des Arts, Lettres et sciences humaines ainsi que le collectif des enseignants de la Falsh. Les responsables de l’Université ayant promis d’accorder une attention particulière aux demandes des enseignants, ces derniers ont convenu d’une suspension de la grève pour une durée de 48 heures.

«Les droits des enseignants de la Faculté seront apurés en fonction des disponibilités. L’urgence pour nous est de rassurer les enseignants de la Falsh que dès ce mardi, ils recevront dans leurs comptes bancaires ce qui les revient de  droits. Les services financiers de l’Université sont à pied d’œuvre», a déclaré le Pr Uphie Chinjé Melo. Le Recteur de l’Université de Ngaoundéré a par ailleurs décidé de créer deux points focaux des enseignants. Lesdits points auront la charge de suivre les dossiers financiers de la Falsh jusqu'à l’agence comptable de l’institution universitaire.

Ce sont ces promesses sus présentées qui ont conduit à l’arrêt momentané de la grève en attendant de voir l’effectivité des paiements. Le collectif des enseignants plaignants qui a signé un communiqué révélant les rebondissements de leur affaire, a toutefois indiqué que, «la grève reprendra le mercredi 13 mars dès 7h30, si les droits ne sont pas virés à la date promise». D’après l’un des enseignants plaignants, même si la grève a été suspendue, le travail n’a pas encore repris. «Les copies des examens de rattrapage ne sont toujours pas corrigés et les cours n’ont pas toujours repris », précise-t-il.

A titre de rappel, c’est le lundi 4 mars 2019 que les enseignants ont entamé leur grève à l’Université de Ngaoundéré. Avec les personnels d’appui de l’Université, ils avaient pris d’assaut le rectorat. Les étudiants de la Falsh n’avaient pas pu faire cours. Pourtant ils devaient avoirs leurs premiers enseignements comptant pour le second semestre de leur année académique.

Les grévistes revendiquent l’application des textes qui encadrent les avantages liés à leur fonction. Ils parlent de la restitution de la totalité de l’indu prélevé sur leurs salaires depuis 1993. Ils veulent l’application de l’article 23 du décret présidentiel 2011. Ils souhaitent la revalorisation du Smig à 36 270 Fcfa conformément au décret du Premier Ministre signé le 24 juillet 2014. Ils veulent la signature des textes annexes du décret N°2011/119 du 18 mai 2011 relatif au profil de carrière du personnel d’appui, la revalorisation de la prime d’appui à la recherche, la revalorisation des frais de transport.

Liliane N.

Leave a comment

Economie

Santé

Videos

Newsletter

Please type your full name.Invalid email address.