Crime au lycée bilingue de Deïdo : Le Minesec met en garde les coupables de cet assassinat

mardi, 02 avril 2019 17:46 Marie MGUE

Trois jours après l’assassinat d’un élève du Lycée Bilingue de Deïdo, le ministre des Enseignements secondaires est sorti de son mutisme, « pour présenter ses sincères condoléances à la famille si durement éprouvée ».

 

C’est une réaction qui était très attendue depuis le 29 mars 2019, jour de l’assassinat de l’élève Rosman Blerio Tsanou par son camarade au Lycée Bilingue de Deïdo dans l’arrondissement de Douala 1er. C’est finalement dans un communiqué publié le 01er avril 2019,  que Nalova Lyonga, le ministre des Enseignements secondaires (Minesec) s’est enfin prononcée sur ce drame qui continue de secouer la communauté éducative. En quelques lignes, le Minesec a brisé le silence pour adresser ses condoléances à cette famille  qui a perdu leur enfant  qui était inscrit en classe de seconde.

« Le ministre des Enseignements secondaires informe le public et la communauté éducative nationale, que le vendredi 29 mars 2019, l’élève Rosman Blerio Tsanou, âgé de 17 ans, inscrit en classe de seconde espagnol au Lycée bilingue de Deido à Douala, a été mortellement poignardé par un ancien élève qui avait été renvoyé dudit Lycée. Le ministre saisit cette occasion pour présenter ses sincères condoléances à la famille si durement éprouvée. Par ailleurs, elle informe la communauté éducative que les enquêtes sont en cours et permettront aux coupables de répondre de leurs actes odieux devant les tribunaux compétents ».

Très attendu depuis le jour du drame, qui était par ailleurs, le jour de la remise des bulletins pour le compte du deuxième trimestre de l’année scolaire 2018-2019 en cours, cette sortie du ministre est loin de combler les attentes, alors que sa descente dans cet établissement scolaire, confronté aux défiances scolaires de ses pensionnaires, était très sollicité. Avant l’assassinat du jeune Rosman Blériot Tsanou, le Lycée bilingue de Deïdo était  quelques semaines plutôt, au cœur d’une agression sexuelle. Un jeune de la classe de sixième, avait accusé deux élèves de terminale dudit lycée, de l’avoir sexuellement abusé.

Selon certains apprenants, cet établissement scolaire d’enseignement secondaire  connait une recrudescence des élèves qui consomment des stupéfiants. Au sein même de l’établissement, des réseaux de consommateurs et de vendeurs se sont créés au fil du temps. Parmi ces stupéfiants, le tramadol est le plus sollicité.  Selon les statistiques du ministère de la Santé publique (2018), près de 12000 jeunes scolarisés âgés entre 13 et 16 ans sont accrocs à cette substance.

 

Marie MGUE

Leave a comment

Economie

Santé

Videos

Newsletter

Please type your full name.Invalid email address.