Éducation : Un élève mortellement poignardé par son camarade au Lycée bilingue de Deïdo

samedi, 30 mars 2019 08:28 Marie NGUE

Agé de 17 ans, Ousmane, inscrit en classe de second C, a rendu l'âme à l'hôpital de District de Deido à Douala où il avait été conduit en urgence ce vendredi.  

 

C’est une fin de deuxième trimestre plutôt tragique au Lycée bilingue de Deïdo, dans l’arrondissement de Douala 1er. Ce vendredi 29 mars 2019 aux environs de 11h, après la remise des bulletins, un différend entre élèves de la  classe de second, s’est terminé en homicide. Selon le surveillant général de cet établissement secondaire d’enseignement général bilingue, la victime, Ousmane, inscrit en  classe de Second C, a essayé  de s’interposer dans une bagarre dans sa salle de classe et a reçu un coup de poignard en plein cœur. Une version contestée par ses camarades de classe, qui révèlent qu’il existait depuis quelques jours, un différend entre la victime et son agresseur, pourtant déjà exclu dudit lycée.

Cependant, ce dernier a réussi à s’infiltrer au sein de cet établissement pourtant bien gardé en permanence,  pour commettre son forfait.  Après cet acte criminel, l’agresseur a été immobilisé par les élèves et Ousmane conduit aux urgences de l’hôpital de District de Deïdo. « Vue la lésion, on imagine que le poignard a atteint le cœur qui s’est arrêté brusquement à défaut de pouvoir pomper le sang à nouveau. Nous avons fait le nécessaire, mais malheureusement, on n’a pas pu le réanimer. Il est décédé », explique une source à l’Hôpital de district de Deïdo. Cet élève  est mort à l’âge de 17 ans. Son agresseur a été interpellé par les forces de maintien de l’ordre.  

Avant cet assassinat, cet établissement était déjà au centre d’un autre fait divers il y a quelques semaines. Un élève de 6e déclarait avoir été  sexuellement agressé  par deux de ses camarades de terminale au mois de février. Le Lycée bilingue de Deïdo serait réputé comme l’un des établissements scolaires de la capitale économique, où la délinquance juvénile, la drogue et bien d’autres pratiques interdites par la loi camerounaise en milieu scolaire vont grandissant.

Pour rappel, ce vendredi, 29 mars 2019 était la  date de remise des bulletins pour le compte du deuxième trimestre de l'année scolaire  en cours sur l'étendue du territoire national.

Marie NGUE

Leave a comment

Economie

Santé

Videos

Newsletter

Please type your full name.Invalid email address.