Marchés publics : 334 entreprises black listées pour une durée de deux ans

jeudi, 23 mai 2019 07:47 Marie MGUE

Dans un communiqué publié le 21 mai dernier, le ministre des Marchés publics, Ibrahim Talba Malla accuse ces structures « d’avoir abandonné les marchés qui leur étaient attribués au cours des exercices allant de 2014 à 2017 ».

 

Le ministre des Marchés publics, Ibrahim Talba Malla, nettoie le secteur des marchés  publics au Cameroun. Les  entreprises qui n’ont pas respectées  leur part  du contrat, alors que l’Etat avait  déjà mis à leur disposition des fonds publics, ont été mises  à l’écart dans le cadre du processus d’assainissement  de ce secteur d’activité. Près de 334 prestataires  au total,  sont  désormais interdits  de soumissionner à  la commande publique pour une durée de 2 ans. Elles sont accusées d’avoir abandonné les chantiers entamés.

 

Dans un communiqué signé  le 21 mai dernier, le ministre des Marchés  publics relève « que les marchés ayant fait l’objet d’abandon au cours des exercices 2014, 2015, 2016 et 2017, sont résiliées au tort, frais et risque des entreprises titulaires ». Ce  communiqué, précise que « pendant la période d’interdiction, ces sociétés ne pourront ni faire acte de candidature, ni co-traiter,  encore moins sous-traiter sauf dérogation spéciale, tout ou partie des prestations objet de la commande publique, sauf dérogation spéciale exclusivement accordée par le ministre en charge des Marchés publics. »

 

Cette décision a été prise trois  mois, après que le ministre ait accordé 21 jours à ces prestataires, majoritairement des petites et moyennes entreprises (Pme) locales pour reprendre leurs prestations,  dont l’effectivité devait être attestée par un ordre de service dûment signé par le maître d’ouvrage ou le maître d’ouvrage délégué. C’est la énième fois que les entreprises sont exclues de la commande publique. En 2016, 122 sociétés défaillantes avaient été résiliées… selon certains observateurs, ces entreprises suspendues, changent parfois de nom afin de décrocher de nouveaux  contrats  pendant leur période de suspension.

 

Dans une étude réalisée en  2015, l’Agence de régulation des marchés publics a révélé que les projets de construction des salles de classe et des autres édifices publics représentent à eux seuls plus de la moitié des abandons, soit 55,8%. Suivis des projets d’électrification rurale et des forages qui représentent 32,7%.

 

Marie MGUE

Leave a comment

Economie

Santé

Videos

Newsletter

Please type your full name.Invalid email address.