La Beac va ouvrir une enquête sur la rareté des pièces de monnaie

jeudi, 20 décembre 2018 14:17 Mfoungo

La Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac), va ouvrir une enquête sur la rareté des pièces de monnaie constatée sur le marché, a annoncé ce mardi Abbas Mahamat Toli, le gouverneur de la Banque lors de la 4e session ordinaire du Comité de politique monétaire (CPM) tenue à Yaoundé au siège de l’institution.

«Nous avons appris qu’il y a des comportements de certaines entreprises qui, non seulement transfèrent des pièces de monnaie FCFA, mais exportent ces pièces. Nos services mènent des enquêtes avec les autorités des pays membres [de la Cemac] pour déterminer l’ampleur de ce phénomène afin de nous doter des moyens pour le circonscrire. Il y a déjà des mesures d’interdictions qui sont prises çà et là. C’est un sujet sur lequel nos équipes sont à pied d’œuvre pour déterminer l’ampleur, les circuits, et l’historicité», a déclaré Abbas Mahamat Toli.

Selon la presse les chinois ont installé des machines à sous dans plusieurs localités qui alimentent un vaste réseau de trafic de pièces de monnaie de FCFA, avec la complicité des autorités locales corrompues. En Novembre dernier, 42 sacs de pièces de monnaie d’une valeur de 15 millions FCFA ont été saisis aux mains des chinois à Douala, la métropole économique.

Manga E., de nationalité camerounaise, et son complice d’origine asiatique, tous âgés de 37 ans, sont tombés dans les mailles des forces de l’ordre. Ces deux individus étaient alors soupçonnés d’être à la tête d’un important trafic de pièces de monnaie, du Cameroun vers l’Asie. L’arrestation de ces présumés trafiquants a eu lieu le 1er novembre 2018, dans un domicile au quartier Ndogbong, arrondissement de Douala III.

Il s’agit d’un coup de filet des éléments du Groupement territorial de gendarmerie de Douala. Plus de 2 millions de F de pièces de monnaie de 50 et 100 F, contenus dans 43 sacs, ont ainsi été saisis. Le pot aux roses a été découvert après plusieurs semaines de filature et après dénonciation du voisinage, qui avait constaté un remue-ménage étrange.

Outre ce « butin », les gendarmes vont aussi mettre la main sur une vingtaine de machines à sous, sur des essences de bois rares, du Bubinga et de l’ébène, dont la commercialisation est rigoureusement encadrée, mais aussi sur des munitions. La cache découverte à Ndogbong met ainsi à nu un important réseau de trafic des pièces de monnaie, pièces devenues rares dans la ville de Douala.

Les experts en banque et finance distinguent plusieurs types de monnaies. Parmi lesquelles, la monnaie divisionnaire, la monnaie métallique, celle-là qui simplifie les échanges financiers et que l’on appelle communément la petite monnaie. L’absence des pièces de 5 francs, 25 francs, 50 francs, 100 francs, 10 francs, est récurrente.

Taximen, moto-taximen, revendeurs et autres, tout comme les consommateurs de différents biens et services, souffrent de cette pénurie depuis de nombreux mois, pour ne pas dire quelques années. C’est aussi le cas pour les supermarchés, boulangeries, poissonneries et autre structures à caractère commercial. Le manque de pièces de monnaie, incontournables dans le commerce de tous les jours, reste un véritable casse-tête pour tous.

Otric N.

Leave a comment

Economie

Santé

Videos

Newsletter

Please type your full name.Invalid email address.