Cameroun : la masse salariale des fonctionnaires augmente de 34 milliards de F CFA

jeudi, 31 janvier 2019 07:56 Mfoungo

Les salaires, primes, pensions et autres avantages du service public du Cameroun s’élèveront à 1058 milliards FCFA en 2019 contre 1024 milliards FCFA un an auparavant, soit une hausse de l’ordre de 34 milliards FCFA, selon une source auprès des services compétents du ministère des Finances (MINFI).

Selon le Tableau prévisionnel des opérations financières de l’État (TOFE), cette hausse sera portée à 128 milliards FCFA sur la période 2019-2021. Toujours est-il que le gouvernement, depuis une décennie, s’emploie à la maîtrise du fichier solde des agents publics avec, entre le 20 avril et le 10 juillet dernier, le lancement d’une opération de Comptage physique du personnel de l'État (COPPE) ayant aidé à débusquer 44.000 fonctionnaires présumés fictifs ou décédés, mais dont les salaires étaient perçus par des tiers.

Les suspensions de solde qui en ont découlé ont permis, selon le MINFI, de réaliser des économies budgétaires mensuelles de 394,7 millions FCFA, soit une enveloppe annuelle de 4,7 milliards FCFA.

En rappel, selon l'article 27 du statut général de la fonction publique, « le fonctionnaire a droit, après service fait, à une rémunération comprenant un traitement indiciaire, des prestations familiales obligatoires et, éventuellement, des indemnités et primes diverses ».

Le nouveau barème du traitement indiciaire des fonctionnaires civils en activité, applicable depuis 2000, définit comme éléments de rémunération la solde de base, le complément forfaitaire et une indemnité de logement représentant 10% de la solde de base. Sur cette base, la rémunération varie entre 43.580 FCFA et 268.510 F CFA. Il sera davantage important ou non selon qu'on appartient à un corps régi par un autre texte particulier.

Cependant, dans une « revue des dépenses publiques » au Cameroun, présentée aux partenaires financiers et techniques du pays, le 25 mai 2018 à Yaoundé, la Banque mondiale fait remarquer que « le niveau relativement bas de la masse salariale formelle » au sein de l’administration publique camerounaise, «masque l’existence d’un système de rémunération non salarial discrétionnaire », qui augmente substantiellement les dépenses liées au personnel de l’Etat.

Il s’agit, souligne l’institution de Bretton Woods, des « indemnités journalières par session» accordées aux membres des nombreux comités qui existent au sein de l’administration publique, et aux membres des conseils d’administration des entreprises publiques. Selon l’analyse de la Banque mondiale, ces «avantages informels» et « limités à une portion réduite des agents publics», sont largement supérieurs aux salaires de base pratiqués dans la Fonction publique.

Par exemple, alors qu’un fonctionnaire de catégorie A2 perçoit un salaire de base maximum de 350 000 F CFA par mois, contre un peu plus de 200 000 F CFA par mois pour son collègue de la catégorie B2; le membre d’un comité technique peut percevoir entre 150 000 et 300 000 FCFA d’indemnité de session par jour, tandis que le membre du Conseil d’administration d’une entreprise publique, lui, peut percevoir jusqu’à 550 000 F  CFA en moyenne, au titre de l’indemnité journalière de session.

Ces avantages non contenus dans le bulletin de paie, soutient la Banque mondiale, «encouragent des pratiques de recherche de rente et contribuent au retard des processus administratifs de prise de décision». Traduction: fort de ces avantages, les bénéficiaires ne sont pas pressés de prendre les décisions nécessaires pour faire avancer les dossiers, mais préfèrent faire durer leur mandat pour amasser le plus de dividendes possible.

En outre, l’institution de Bretton Woods révèle qu’en plus de ce que ces indemnités ne sont pas liées à une quelconque performance des bénéficiaires, «la distribution et le paiement ne font pas l’objet d’un contrôle interne systématique», ce qui est susceptible d’ouvrir la voie à certaines dérives.

Otric N.

Leave a comment

Economie

Innocent D H Publié le vendredi, 06 décembre 2019 14:32
Portrait : Langllo Flekem, un jeune producteur et vendeur de pastèques qui se frotte les mains à Garoua

Ce jeune homme a fait de la production, et de la commercialisation des pastèques son dada. En cette période marquée…


N.R.M Publié le mercredi, 04 décembre 2019 13:43
Budget Cameroun 2020 : L'analyse et les propositions de l'Economiste Dieudonné Essomba

Selon lui, le « problème du Cameroun est pourtant simple » et, il suffira de mettre en place, quelques réformes…


Santé

Videos

Newsletter

Please type your full name.Invalid email address.