Le Cameroun veut limiter les importations de blé et de malt

samedi, 19 octobre 2019 09:45 Danielle Ngono Efondo

Selon les données récemment collectées auprès du ministère de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat), l’on apprend que le Cameroun a dépensé 149,2 milliards de FCFA dans l’importation du blé et le malt, deux produits presque inexistants sur le marché local. De ce fait, l’Etat camerounais veut limiter les importations de ces produits.

 

« De 377,51 millions de tonnes en 2010, les importations de blé ont augmenté pour se situer à 745,6 millions de tonnes en 2018 soit une facture de 115,9 milliards de FCFA », indique le Minepat. La farine de blé étant demandée en consommation dans les ménages et dans les industries de production, le gouvernement camerounais planche sur la réduction d’au moins de 50% des importations de blé. Au moins 40% du déficit serait substitué par les farines locales. Ceci en maximisant le travail de collaboration entre l’État, les services de recherche et développement et le privé (principalement les industries concernées).

Pour ce qui concerne le malt, un produit fortement demandé par les industries de boissons, il reste inexistant sur le marché local. Le Cameroun en a importé environ 82,3 millions de tonnes pour des dépenses évaluées à près de 33,3 milliards de FCFA en 2018. « La demande étant de plus en plus croissante, il est question pour les industries locales de le substituer au sorgho ainsi réduire son importation à 0% », suggère le Minepat.

Notons que, certaines entreprises agro-alimentaires camerounaises utilisent de plus en plus de matières premières locales. Un choix encouragé par le gouvernement qui veut réduire le déficit de la balance commerciale du pays. En 2018, le déficit de la balance commerciale du Cameroun s’est davantage creusé. Il a connu une augmentation de + 22,8% par rapport à 2017.

Cette situation est l’une des conséquences du volume des dépenses d’importation de produits tels que le blé, l’huile de palme, le sucre, le maïs, le malt, le soja ou encore les tourteaux de soja, qui entrent dans le cycle de production des industries agro-alimentaires du Cameroun.

Ces produits achetés à l’extérieur ont creusé le déficit de la balance commerciale du pays en 2018, le portant à plus de 1438 milliards de francs CFA, d’après le ministère camerounais de l’Économie, de la planification et de l’aménagement du territoire.

 

Danielle Ngono Efondo

 

Leave a comment

Economie

Innocent D H Publié le lundi, 20 janvier 2020 13:45
Dialogue Etat-Secteur privé : Le patronat sollicite un rapprochement avec le Chef de l’Etat

Dans une tribune qui a pour titre « Relever les défis des entreprises et de l’économie », parue dans un…


Innocent D H Publié le samedi, 18 janvier 2020 13:31
Sommation : La Beac demande aux banques de lui transmettre les données de leurs transactions

C’est une injonction de la Banque des Etats de l’Afrique centrale entre vigueur dès cette année 2020. Tous les établissements…


Santé

Videos

Newsletter

Please type your full name.Invalid email address.